Partagez
Share to Google

De plus en plus de Français effectuent leurs achats en ligne. Mais attention aux arnaques sur Internet qui se multiplient, notamment lors du paiement par carte bancaire. Pour éviter les mauvaises surprises, voici quelques précautions à prendre.

Les précautions à prendre contre les arnarques internet

1.Installer un antivirus sur son ordinateur
2.Vérifier l’authenticité et la fiabilité de l’e-commerçant
3.Les fautes d’orthographe, l’indicateur arnaque
4.Ne pas tomber dans le piège des promos alléchantes
5.Préférer les sites internet sécurisés : « https » et cadenas
6.Ne jamais cocher les cases « mémoriser mes coordonnées bancaires »
7.Utiliser d’autres moyens de paiement

• Installer un antivirus sur son ordinateur

Ce conseil peut paraître basique, mais il est surtout efficace. En effet, un bon antivirus fera déjà un premier tri entre les sites commerçants fiables et ceux qui sont malveillants. Par ailleurs, lorsque l’on achète un ordinateur, on y installe un antivirus… que l’on oublie malheureusement trop souvent de renouveler. Ainsi, se croyant protégé, l’internaute surfe sur Internet sans se méfier.

Attention : pour qu’un antivirus protège correctement votre ordinateur, il faut le mettre à jour régulièrement et donc ne pas repousser indéfiniment les sollicitations du logiciel.

Avant de débuter tout achat en ligne, le premier réflexe à avoir est donc de vérifier que l’on possède bien un antivirus, et si possible efficace. Voici quelques exemples de logiciels de protection :

• Avast
• Bitdefender
• Eset
• Kaspersky
• Norton
• Panda

Côté prix, il vous en coûtera une quinzaine d’euros par an, à renouveler tous les ans.

• Vérifier l’authenticité et la fiabilité de l’e-commerçant

Une fois l’antivirus installé, vous êtes parti sur Internet faire vos achats. Il est conseillé dans la mesure du possible de préférer des enseignes « connues » dont la réputation n’est plus à faire ou celles auxquelles vous avez déjà eu à faire.

Si l’objet convoité se trouve sur un site marchand que vous ne connaissez pas, plusieurs réflexes peuvent vous éviter bien des déconvenues :

Taper le nom du site dans la barre de recherche de son navigateur, en général Google. Pour s’assurer de la fiabilité d’un site internet, quoi de mieux que de se renseigner directement à la source. Le résultat de vos recherches vous indique assez rapidement si le site est fiable ou non, notamment via les commentaires d’autres internautes sur les forums. Il existe des sites spécialisés qui regroupent les évaluations des clients comme Epinions ou Bizrate.
De même, si aucune ou peu d’informations n’apparaît lorsque vous entrez le nom de l’entreprise dans la barre de recherche, c’est généralement mauvais signe.

Se renseigner sur l’existence de l’entreprise : pour ce faire, l’internaute peut commencer par vérifier que le numéro de Siret de l’entreprise est viable. Il est possible de consulter le site de l’Insee qui attribue ces numéros et les classe dans un répertoire dit « Sirene ». Autre moyen de se renseigner : faire un tour sur le site internet societe.com qui propose des fiches de présentation des entreprises. Si celle sur laquelle vous souhaitez réaliser vos achats s’y trouve, cela est un bon indicateur de son authenticité. Enfin, il ne faut jamais oublier que tout commerçant est soumis à la loi. Celle-ci leur impose notamment de faire apparaître clairement dès leur page d’accueil les mentions légales du site internet, qui indiquent notamment le nom, les coordonnées et le numéro de Siret de l’entreprise. Si aucune mention légale ne figure sur la plateforme, c’est une incitation à modifier sa navigation.

Ne pas hésiter à appeler le numéro de téléphone inscrit sur le site internet de l’e-commerçant pour vérifier l’authenticité de l’entreprise.

Au moindre doute sur l’authenticité ou la fiabilité du site commerçant, mieux vaut passer son chemin.

Dernier point : il faut également être vigilant sur la qualité des services que l’entreprise propose. Les colis sont-ils livrés en temps et en heure ? Le service client est-il facilement joignable ? Ou l’entreprise cumule-t-elle les clients mécontents ? Se poser ces questions avant d’acheter peut éviter bien des litiges par la suite.

• Les fautes d’orthographe, l’indicateur arnaque

Cette astuce est connue et pourtant certains internautes se font encore prendre dans les filets des pirates informatiques. Dès qu’un e-mail ou un site internet est bourré de fautes d’orthographe, il faut fuir. Une faute ou deux passe encore mais au-delà, c’est quasi-systématiquement une arnaque.

• Ne pas tomber dans le piège des promos alléchantes

Un iPhone à 20 euros ? Un sac Chanel à 100 euros ? Des -70%, -80% à tout bout de champ ? Il est fort probable que le site soit une tromperie. Les pirates attirent les consommateurs avec ces promotions plus qu’alléchantes afin de leur soutirer leurs coordonnées bancaires lors de l’achat du produit soldé à outrance. Si le prix de l’objet est deux fois moins élevé que celui du marché, c’est soit qu’il n’est pas de la qualité attendue (contrefaçon), soit c’est une arnaque et vous ne recevrez jamais ce produit. La vigilance et le bon sens sont donc de mise : non un smartphone dernier cri ne sera jamais au prix de 20 euros, de même qu’un sac de grand couturier.

• Préférer les sites internet sécurisés : « https » et cadenas

Pour savoir si un site internet est sécurisé, il faut être attentif à un détail dans l’adresse du site, l’URL. Ainsi, si l’URL commence par « https », le site est sécurisé. Le « s » signifie en effet « sécurité ». Sans la présence d’un « s », le site n’est donc pas sécurisé lors d’un paiement bancaire. Autre point à vérifier : le symbole « cadenas ». Au moment du paiement de la commande, l’internaute doit toujours s’assurer qu’il y a bel et bien un petit cadenas dans la barre d’adresse du site en haut à droite, avant « https ». Si tel est le cas, cela signifie que le paiement est là aussi sécurisé. Ce petit cadenas indique ainsi que le site internet utilise une solution de paiement « 3D Secure » qui sécurise au maximum les transactions bancaires en ligne via l’envoi d’un SMS au client sur son mobile. Ce dernier, envoyé par la banque de l’acheteur, comprend un code permettant de valider le paiement de sa commande. Pour savoir si votre carte Bleue bénéficie de cette solution, contactez votre agence bancaire.

• Ne jamais cocher les cases « mémoriser mes coordonnées bancaires »

Cette pratique devient quasi-systématique lors d’un achat en ligne : lors du paiement de sa commande, le client se voit proposer de cocher une case qui aura pour effet de « mémoriser ses coordonnées bancaires » pour ces futures transactions. Ce qui implique que vos coordonnées bancaires sont enregistrées sur ce site marchand. Cette pratique doit être évitée car elle favorise les arnaques, les pirates informatiques ayant accès en permanence à vos coordonnées bancaires puisqu’elles ont été mémorisées. Mieux vaut les rentrer à chaque transactions et ainsi diminuer le risque de fraude.

• Utiliser d’autres moyens de paiement

Pour éviter de se faire pirater ses coordonnées bancaires, pourquoi ne pas utiliser d’autres moyens de paiement spécifiques aux achats en ligne ? Voici quelques solutions de paiement alternatif qui évitent à l’acheteur de communiquer ses coordonnées bancaires sur Internet :

Carte virtuelle ou e-carte : ce type de cartes est proposé par les banques. Le principe est simple : des numéros de cartes virtuelles sont créés pour chaque transaction bancaire et avec un montant déterminé. A noter que ces cartes sont rechargeables. Ce service n’est cependant pas gratuit, des frais étant prélevés par la banque.

Carte prépayée : ce moyen de paiement n’est plus à présenter, et reste utile lorsqu’il s’agit d’effectuer des achats en ligne. Ces cartes sont ainsi créditées d’un certain montant avant l’achat et peuvent être rechargées. Attention, la loi Sapin 2 a limité le montant maximum qui peut être crédité sur les cartes prépayées. L’internaute peut acheter ce type de cartes directement en ligne ou en espèces dans un commerce près de chez lui, comme un bureau de tabac. Là aussi, des frais sont prélevés.

Paypal : pour utiliser cette solution de paiement, il faut ouvrir un compte Paypal soit en donnant ses coordonnées bancaires, soit en créditant le compte à l’avance. Cette procédure est entièrement sécurisée.

Le virement bancaire : cette technique de paiement est encore peu proposée par les sites d’e-commerce. Attention cependant aux délais d’envoi du produit, celui-ci n’étant expédié qu’une fois le virement reçu.

En cas de doute une fois le paiement effectué, il faut faire tout de suite une capture d’écran du site et de la transaction puis vérifier ses comptes bancaires dans les jours qui suivent.

 

A lire également sur le même sujet : Quels recours en cas de problème ou retard de livraison d’un colis ?