Partagez
Share to Google

D’après des chiffres du ministère de l’Intérieur, le code et le permis de conduire coûtent en moyenne 1.600 euros. Des prix qui peuvent grimper jusqu’à 2.000 euros en cas d’échec aux épreuves. Il existe pourtant des bons plans pour limiter la facture.

permis tarif

Sommaire

- Tarifs moyens pour le code de la route et le permis

- Comment choisir son auto-école ?

- Opter pour la conduite accompagnée

- Utiliser des solutions alternatives pour passer son code et son permis

 

Passer son permis est une épreuve pour le candidat… et pour son portefeuille. Chaque année, en moyenne 800.000 candidats passent leur examen. Parmi eux, seuls 60% l’obtiennent du premier coup. Conséquence : il faudra débourser encore plus. Toutefois, ce n’est pas une règle absolue car quelques astuces peuvent rendre la note un peu moins salée.

Tarifs moyens pour le code de la route et le permis

Les tarifs pour passer le code ou le permis de conduire ne sont pas uniformes, ils dépendent des formules proposées mais aussi des régions où vous passez l’épreuve.

Tarifs du code de la route

Pour connaître le prix du code de la route, il faut distinguer plusieurs éléments. La formation et le passage du code. Tout dépend de l’option choisie :
- Pour une formule complète en auto-école avec une formation et le passage de l’épreuve, il faut compter en moyenne 300 euros. La structure s’occupe de votre inscription à l’épreuve du code
- Pour simplement s’inscrire à l’épreuve du code, il faudra débourser 30 euros.

A savoir : l’auto-école propose aux candidats de les accompagner à l’épreuve du code. Le montant de ce service ne doit pas dépasser le prix d’une heure de conduite.

Tarifs du permis de conduire

Une étude menée auprès de 1.076 auto-écoles par l’UFC-Que Choisir en septembre 2016 a montré qu’il existe de fortes disparités régionales au niveau des tarifs. L’association prend en compte le coût réellement dépensé pour obtenir ce précieux sésame, c’est-à-dire le forfait de base de 20 heures de conduite, le passage du code, les frais de dossiers et les heures supplémentaires. Pour comparer ces tarifs, elle ajoute 15 heures de leçons supplémentaires, ce qu’effectuent en moyenne les candidats avant de passer le permis.

Top 10 des départements les plus chers pour passer son permis :
1. Paris : 2.140 euros
2. Haute-Savoie : 2.129 euros
3. Yvelines : 2.104 euros
4. Hauts-de-Seine : 2.055 euros
5. Essonne : 2.042 euros
6. Ain : 1.986 euros
7. Yonne : 1.981 euros
8. Seine-et-Marne : 1.976 euros
9. Bas-Rhin : 1.971 euros
10. Val-d'Oise : 1.949 euros

Top 10 des départements les moins chers pour passer son permis :
1. Territoire de Belfort : 1.468 euros
2. Nord : 1.484 euros
3. Nouvelle-Calédonie : 1.551 euros
4. Gard : 1.578 euros
5. Pyrénées-Orientales : 1.589 euros
6. Somme : 1.600 euros
7. Tarn-et-Garonne : 1.603 euros
8. Tarn : 1.605 euros
9. Doubs : 1.609 euros
10. Drôme : 1.626 euros

Comment choisir son auto-école ?

Pour trouver l’école de conduite la moins chère tout en bénéficiant d’une formation de qualité, voici quelques conseils à suivre.

Analyser les forfaits proposés par l’auto-école

Il est important de regarder la différence entre le forfait de base comprenant 20 heures de conduite et le prix des heures supplémentaires. En moyenne pour obtenir son permis, il faut compter 35 heures de formation. Il faut donc se méfier des offres avec des forfaits de base très alléchants. Certaines proposent par exemple des forfaits à 800 euros soit 40 euros de l’heure. A côté, les heures supplémentaires sont facturées 60 euros. Résultat, pour 35 heures, il faudra débourser 1.700 euros, soit près du double du forfait de base.

A savoir : avant de s’engager, l’école de conduite doit vous proposer une heure d’évaluation qu’elle facturera. Cela permet d’estimer le volume d’heures nécessaires pour obtenir le permis.

Etre vigilant sur le taux de réussite

Pour choisir son auto-école, il peut être judicieux de regarder le taux de réussite. Attention, cette donnée est à manier avec prudence. L’enquête réalisée par l’UFC-Que Choisir le 21 septembre 2016 a montré que plus de 15% des auto-écoles annonçaient des chiffres déconnectés de la réalité, c’est-à-dire 20 points au-dessus de leurs résultats réels. « Sans aucune réglementation autour de ces chiffres, c’est la porte ouverte à tous les délits », regrette l’association qui propose un affichage obligatoire des chiffres du ministère de l’Intérieur, source officielle. « Mettre les taux de réussite communiqués par l’administration ne veut pas dire grand-chose, s’oppose Pierre Talon, président de la Fédération nationale des enseignants de la conduite (FNEC). D’un inspecteur à l’autre, le taux de réussite peut varier du simple au double. Pour choisir votre auto-école ne vous appuyez pas sur les taux de réussite mais référez-vous plutôt au bouche à oreille ou demandez à des élèves sortant de l’auto-école comment se passe leur apprentissage », conseille-t-il.

Utiliser les comparateurs

Autre solution : s’appuyer sur les comparateurs en ligne. Il en existe plusieurs comme vroomvroom.fr ou comparateur.quelpermis.com. Vous renseignez votre adresse, vos besoins de formation et plusieurs auto-écoles sont proposées. Lorsque vous avez les noms, n’hésitez pas à vous rendre directement sur place pour vous faire votre propre opinion.

Opter pour la conduite accompagnée

Pour réduire le coût de son permis, l’une des solutions peut être d’opter pour la conduite accompagnée. Ouverte aux jeunes à partir de 15 ans, elle permet de bénéficier d’une pratique de la conduite plus longue. Les chiffres le montrent puisque le taux de réussite au permis est de 74% pour ceux ayant opté pour ce principe, contre 60% pour la formation classique. « Cette formule permet de limiter le nombre d’heures de conduite avec un moniteur et d’acquérir des automatismes qui facilitent l’obtention du permis du premier coup », analyse Annie Schipman, responsable avec son mari de l’auto-école Schipman à Orchies, dans le Nord. La formation initiale doit comprendre au moins 20 heures avec un moniteur. Ce quota est rarement dépassé de plus de cinq heures. Il est ensuite possible de se présenter aux épreuves du permis B dès 17 ans et demi afin de pouvoir conduire dès le premier jour de sa majorité. Autre atout non négligeable, passer par la conduite accompagnée permet de bénéficier de conditions d’assurance avantageuses car de nombreuses compagnies limitent la surprime à payer en tant que jeune conducteur.

Utiliser des solutions alternatives pour passer son code et son permis

Pour limiter le cout du permis de conduire, pourquoi ne pas sortir des sentiers battus ? Des plus en plus de solutions existent pour mettre un peu moins la main au porte-monnaie.

Pour passer le code

Voici quelques idées pour diminuer le coût.

- Suivre une formation en ligne. Certains sites comme codedelaroute.fr dispensent des cours gratuits en ligne. D’autres comme auto-école.net proposent d’obtenir son code en deux mois via une plateforme de e-learning pour un tarif de 49 euros. Avec le site ornikar.com les premières formules commencent à 29,90 euros.
- Passer en candidat libre. Lorsque vous vous sentez prêt, vous pouvez vous inscrire en candidat libre pour passer l’épreuve du code. Cette inscription coûte 30 euros. Ce service est proposé par La Poste et la société SGS France avec son site objectifcode.com. Elles organisent l’épreuve, mais la correction reste gérée par l’Etat.

Pour passer le permis

Plusieurs dispositifs permettent de réduire la facture. Certains diffèrent en fonction de l’âge ou encore des conditions de ressources.

- Le permis à un euro par jour : les jeunes âgés de 16 à 25 ans peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro. Ils doivent choisir une auto-école partenaire de l’opération qui détermine le nombre d’heures nécessaires et établit un devis. Le candidat devra alors se rendre dans une banque pour obtenir un prêt à taux zéro finançant le coût de sa formation. Trois montants sont proposés : 800 euros, 1.000 euros et 1.200 euros. Les mensualités ne peuvent pas dépasser 30 euros, d’où le nom de « permis à un euro par jour ». Les demandeurs d’emploi, si leur conseiller le juge nécessaire pour retrouver un travail, peuvent eux-aussi recevoir une aide dont le plafond est fixé à 1.200 euros.
Certaines villes proposent également des aides pour financer le permis pour les jeunes. Pour plus d’informations, il faut contacter sa mairie.

- Passer le permis en candidat libre : pour apprendre à conduire en tant que « candidat libre », il faut être accompagné par un formateur qui a reçu au préalable une formation de quatre heures. Auparavant, le véhicule conduit devait disposer de doubles commandes de frein et d'embrayage et de deux rétroviseurs intérieurs. Ce n'est plus le cas depuis le 12 août 2017. Un arrêté publié au Journal officiel du 11 août 2017 indique que cette obligation n'existe plus. Si vous envisagez toutefois de vous équiper, pour éviter que cette installation ne coûte trop cher, certains loueurs proposent ce type de véhicule. Attention : l’inscription au permis peut être beaucoup plus longue pour un candidat libre que pour un candidat inscrit dans une auto-école.

- Passer l’épreuve sur une boîte automatique : il est possible d’apprendre à conduire sur un véhicule avec une boîte automatique (BEA). Le forfait de base est de 13 heures. Une durée moins longue que le forfait classique car la prise en main du véhicule est plus rapide. Ensuite, pour convertir le permis BEA en Permis B, inutile de repasser l’examen pratique. Il faut attendre un délai minimal de six mois après avoir passé l’épreuve et suivre sept heures de formation sur une boîte manuelle pour apprendre à manier une boîte de vitesse et une pédale d’embrayage. Une attestation de permis B est délivrée à l’issue de la formation.

- Faire l’élève test : Comme pour les coiffeurs qui cherchent des modèles pour former leurs professionnels, les centres de formation des moniteurs d’auto-école sont à la recherche de « cobayes ». Mais les places sont rares. « Nous privilégions les élèves inscrits dans notre école. En moyenne, ils sont une dizaine par an à bénéficier de ce dispositif », prévient Annie Schipman.

- S’inscrire à une auto-école en ligne : il est aussi possible de ne pas passer par une agence qui a des locaux mais de s’inscrire à une auto-école en ligne. Certaines d’entre elles comme lepermislibre.fr ou permigo.com proposent de réserver des heures avec des moniteurs en ligne en fonction des disponibilités de chacun. Il faut compter environ 35 euros pour une heure de formation.

- La conduite supervisée : cette pratique permet d’éviter d’avoir à régler des heures supplémentaires de formation. Elle peut se pratiquer à l’issue de la formation initiale ou après un échec à l’examen. Le principe est le même que pour la conduite accompagnée sauf qu’il faut avoir plus de 18 ans. Après avoir obtenu le code et suivi 20 heures de formation, il est possible de conduire avec un accompagnateur qui doit avoir son permis depuis au moins 5 ans. Cette méthode permet de s’assurer de ses acquis avant de passer ou de repasser l’épreuve pratique.

- Utiliser son compte personnel de formation (CPF) : depuis le 15 mars 2017, il est possible de payer la préparation à la catégorie B du permis de conduire en utilisant les heures contenues dans le CPF, intégré au compte personnel d'activité (CPA). Pour bénéficier de cette possibilité, il est nécessaire de montrer que l'obtention du permis s'inscrit dans la réalisation d'un projet professionnel ou favorise la sécurisation du parcours professionnel actuel. Autre condition : la formation doit être organisée par une auto-école agréée. Ce dispositif peut se cumuler avec d'autres comme le permis à un euro par jour.

- Profiter des initiatives locales. Pour les personnes en difficulté, il existe des initiatives prises à l’échelle d’un territoire. Par exemple, le comité d’amis d’Emmaüs Ruffec en Charente a créé une auto-école solidaire pour les personnes en difficulté. Les bénéficiaires, choisis sur critères sociaux, devront débourser 300 euros pour une formation complète.

- Bénéficier des aides en tant que réserviste. Depuis le 16 mars 2017, il existe une aide pour financer le permis des réservistes ayant souscrit un contrat d'engagement à servir dans la réserve opérationnelle des forces armées et des formations rattachées ou au titre de la réserve civile de la police nationale. Leurs frais d’inscription dans un établissement agréé pour suivre une formation à la conduite d'un véhicule de la catégorie B peuvent être pris en charge partiellement.