Partagez
Share to Google

Avec les taux de crédit immobilier au plus bas, c'est l'occasion de renégocier son emprunt. Dans quelle situation, quelles démarches engager, pour quel gain... Le point sur le déroulement d'une renégociation de prêt.

 renegociation-credit-immobilier

 

Les taux de crédit immobilier n'ont jamais été aussi bas. Le taux d'intérêt moyen s'élevait à 2,29% en janvier 2015, hors assurance de prêt et coûts des sûretés. L'occasion pour les emprunteurs qui ont souscrit un prêt à un taux moins avantageux de renégocier leur crédit. Mais vers qui se tourner, comment procéder, pour quel gain, quel coût... les clefs pour renégocier son prêt.

La renégociation, à qui s'adresse-t-elle ?

Attention, la renégociation de crédit n'est pas forcément avantageuse pour tous les emprunteurs. « Pour que ce soit intéressant, il faut tout simplement que votre prêt soit à un taux supérieur d'au moins 0,70% par rapport au taux actuel », note Ulrich Maurel, fondateur du courtier Immoprêt. En-dessous, les frais liés aux indemnités de remboursement anticipé (IRA) et à la prise d'une nouvelle garantie risquent d'être supérieurs au gain généré.

Selon le courtier Meilleurtaux.com, revoir son crédit immobilier est pertinent lorsque le capital restant dû, hors intérêts, s'élève à 70.000 euros minimum.

Les démarches à suivre

Le premier réflexe est d'aller voir sa banque. « Et leur dire : soit vous me faites une proposition, soit je pars. Il n'y a pas de demi-mesure. Il faut vraiment faire jouer la concurrence », tranche Ulrich Maurel. De son côté, le directeur général d'Union de Crédit Immobilier Jean-Pierre Pires conseille de se renseigner en amont sur les offres des concurrents pour pouvoir avancer des arguments à sa banque. Généralement votre banque vous laissera partir, préférant encaisser les pénalités de remboursement anticipé.

Deux choix s'offrent alors à vous : soit vous faites vous-même le tour des autres établissements ou vous faites appel à un courtier qui s'en chargera pour vous. Ce dernier vous fera alors signer un mandat, qui « l'autorise seulement à instruire votre dossier, aucun frais ne vous sera exigé, c'est interdit », explique Jean-Pierre Pires. Pour les documents à fournir, « ce sont les mêmes que pour un prêt immobilier », indique Ulrich Maurel. A savoir, vos trois dernières fiches de paie, votre avis d'imposition, vos trois derniers relevés de compte, les justificatifs de tous vos prêts en cours et le titre de propriété de votre logement.

Ce qu'il faut renégocier

Deux possibilités : soit vous renégociez les mensualités, soit la durée de votre prêt. Tout dépend ensuite de votre situation. En réduisant la durée, vous baissez le coût de votre prêt. En diminuant les échéances, vous gagnez tous les mois en pouvoir d'achat. Attention, des frais liés à la renégociation sont à prendre en considération. Comptez en moyenne 1.000 euros de frais de dossier et de garantie. Pensez également à votre assurance emprunteur ! En effet, il y a 10 ans, vous n'aviez peut-être pas la même santé et son coût peut avoir augmenté. Prenez le temps de faire quelques calculs pour être sûr que l'opération vaille le coup. Pas de panique, vous pouvez pour ce faire vous tourner vers un courtier ou tout simplement vers une autre banque qui se chargera de les faire à votre place. Et ce, sans aucun frais. La nouvelle banque rapatriera également vos comptes ainsi que vos prélèvements automatiques.

 

Simulation

Monsieur et Madame ont emprunté 258 000€ en janvier 2011, avec un taux à 3,8% hors assurance sur 225 mois. Leur mensualité est de 1 605€. Le coût global de crédit à la date de demande de renégociation est de 284 085€.
En janvier 2015, le capital restant dû est de 218 133€. Les indemnités de remboursement anticipé et les frais s’élèvent à 7 500€. Ils cherchent donc à refinancer 225 633€.

Baisse de la durée : On leur propose un taux à 2% hors assurance, sur 156 mois. La mensualité passe à 1643€, le coût global du crédit passe donc à 256 421€. L’économie réalisée est donc de 27 664€.

Baisse de la mensualité : On leur propose un taux à 2,20% hors assurance, sur 177 mois. La mensualité passe à 1494€, le coût global du crédit passe donc à 264 420€. L’économie réalisée est donc de 19 665€.

Source : Immoprêt

 

A lire également :
Livret A : « Rembourser son crédit par anticipation, ça vaut le coup »
PTZ : principe et conditions du prêt à taux zéro immobilier
Eco-PTZ : les nouvelles conditions en vigueur jusque 2015