Les taux de crédit immobilier en 2021 : taux actuels et perspectives

Par Thibault Fingonnet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Le niveau des taux d’emprunt constitue un élément déterminant dans le cadre d’un projet d’achat immobilier. Le baromètre des taux de crédit en septembre 2021 et leurs perspectives d’évolution pour le reste de l’année.

Le calcul d’un taux de crédit immobilier

Quand les emprunteurs s’intéressent aux conditions de financement d’un achat immobilier, ils s’attardent le plus souvent sur les taux d’intérêts proposés par leur banque ou leur courtier en prêt immobilier. Il s’agit effectivement de la principale composante du taux annuel effectif global (TEAG), anciennement taux effectif global (TEG) d’un crédit immobilier : celui-ci résume en un seul pourcentage le coût global annuel du financement exprimé en % du montant total du crédit. En plus du taux d’intérêt, il comprend le coût de l’assurance de prêt ainsi que tous les frais acquittés par l’emprunteur pour souscrire son prêt.

Pour aller plus loin, notre article sur le calcul du TEG

Les taux détaillés ci-dessous se concentrent uniquement sur le taux d’intérêt brut ou taux d’intérêt nominal, hors assurance emprunteur et frais annexes (frais de dossier, frais de garantie ou hypothèque).

À SAVOIR : sauf indication contraire, les taux présentés dans cet article proviennent des statistiques diffusées par l’Observatoire CSA/Crédit Logement.

Le niveau des taux de crédit immobilier en septembre 2021

Taux immobilier en septembre 2021

En cette rentrée 2021, les taux de crédit immobiliers affichent toujours des niveaux records. Le courtier Voufinancer constate qu’en septembre, « quelques banques ont à nouveau baissé leurs taux, jusqu’à 0,20% ». Ainsi, des établissements bancaires proposent des taux à 0,70% sur 20 ans.

Même constat chez Pretto, pour qui cette période de taux bas devrait encore favoriser la production de crédit immobilier, qui a déjà atteint un niveau record au premier semestre 2021 avec 110,7 milliards d’euros. «Cette baisse [des taux] participe à la bonne rentrée de septembre, qui reste un des meilleurs moments pour acquérir un bien. Les banques bénéficient encore d’une importante marge de manœuvre pour financer des projets immobiliers », affirme Pierre Chapon, président de Pretto.

« Dans un contexte de reprise économique, les banques ont la volonté de prêter même si, en cette rentrée 2021, la menace de sanctions liées au non-respect des recommandations du Haut conseil de stabilité financière pourrait faire craindre un éventuel durcissement des conditions d’emprunt sur la fin de l’année 2021 », tempère Sandrine Allonier, directrice des études chez Vousfinancer. Autre point de vigilance qu’elle met en avant : le manque d’offres de biens dans certaines zones et la hausse des prix qui en découle.

Depuis juillet dernier, les courtiers alertent sur la nouvelle baisse des taux d’usure (le maximum que les banques peuvent appliquer tous frais inclus), tombés à un plus bas historique. Une situation susceptible de pénaliser certains profils d’emprunteurs, parmi lesquels ceux ayant une santé plus fragile (senior et personnes affichant un risque aggravé) ou ceux qui ont besoin d’un crédit relais avec un montant de prêt important à assurer sur une durée courte.

Les meilleurs profils peuvent toujours prétendre à des taux très favorables. Cela confirme que face à la forte demande de crédits immobiliers, les banques effectuent un tri toujours plus qualitatif.

De leur côté, les OAT (obligations assimilables du trésor), qui servent de référence aux banques pour déterminer le niveau des taux fixes, se sont stabilisées après quelques mouvements haussiers.

Il faut également noter que les profils moins bien positionnés ne profitent pas forcément des nouvelles recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF), et notamment la possibilité de contracter un prêt immobilier avec un taux d’endettement maximal de 35%.

En règle générale, les conditions d’emprunt demeurent encore très favorables en cette fin d’été 2021.

D’après Cafpi (baromètre des taux au 13 août 2021, les plus récents communiqués), les taux moyens sur le marché en France s’établissent à :

  • 0,69% sur 10 ans
  • 0,87% sur 12 ans
  • 0,95% sur 15 ans
  • 1,04% sur 20 ans
  • 1,29% sur 25 ans

Cafpi revendique avoir obtenu à cette période des taux pouvant atteindre 0,50% sur 10 ans, 0,55% sur 12 ans, 0,62% sur 15 ans, 0,63% sur 20 ans et 0,80% sur 25 ans, soit jusqu’à environ à 0,49 point de moins que les taux du marché selon les durées d’emprunt.

Selon les chiffres les plus récents mis en ligne sur son site Internet (au 23 août 2021), les taux moyens constatés par Vousfinancer s’établissent à :

  • 0,70% sur 7 ans
  • 0,70% sur 10 ans
  • 0,85% sur 12 ans
  • 0,95% sur 15 ans
  • 1,10% sur 20 ans
  • 1,35% sur 25 ans

D’après les grilles tarifaires reçues le 30 août 2021 par Meilleurtaux.com, la tendance des taux est globalement à la baisse. Cette tendance concerne les taux moyens sur 10 ans (0,65%), sur 15 ans (0,85%) et sur 20 ans (1,02%). Les autres taux sont stables, à 0,52% pour un prêt sur 7 ans et 1,28% pour un prêt sur 25 ans.

Chez Empruntis (au 3 septembre 2021), la tendance à l’échelle de la France entière est globalement orientée à la baisse. Les taux moyens diminuent pour les emprunts souscrits sur 15 ans (0,85%), sur 20 ans (1%) et sur 25 ans (1,15%).  Les emprunts sur 7 ans et 10 ans s’affichent stables (respectivement à 0,55% et 0,65%).

Meilleur taux immobilier en septembre 2021

Les taux minimum constatés varient d’un opérateur à l’autre et seuls les meilleurs dossiers (avec de l’épargne et/ou un apport et/ou une capacité d’épargne importants) peuvent y prétendre.

Les meilleurs taux de crédit immobilier actuels sont :

Chez Empruntis (au 3 septembre 2021) :

  • 0,24% sur 7 ans
  • 0,34% sur 10 ans
  • 0,53% sur 15 ans
  • 0,66% sur 20 ans
  • 0,89% sur 25 ans

Chez Cafpi (au 13 août 2021, derniers chiffres connus) :

  • 0,50% sur 10 ans
  • 0,55% sur 12 ans
  • 0,62% sur 15 ans
  • 0,63% sur 20 ans
  • 0,80% sur 25 ans

Chez Meilleurtaux.com (au 30 août 2021) :

  • 0,24% sur 7 ans
  • 0,37% sur 10 ans
  • 0,56% sur 15 ans
  • 0,70% sur 20 ans
  • 0,89% sur 25 ans

Chez Vousfinancer (au 23 août 2021) :

  • 0,50% sur 7 ans
  • 0,50% sur 10 ans
  • 0,60% sur 12 ans
  • 0,65% sur 15 ans
  • 0,75% sur 20 ans
  • 0,95% sur 25 ans

Taux moyen au 3ème trimestre 2021

Au mois d’août 2021, les taux de crédit (hors assurances) se sont établis en moyenne à 1,05%, soit leur niveau le plus bas depuis plus de vingt ans, selon les dernières données de l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Sur le mois d’août, les taux moyens étaient atteignaient 1,12% pour l’accession dans le neuf et 1,06% pour l’accession dans l’ancien. « Le taux moyen des nouveaux crédits a reculé de 20 points de base (pdb) entre juin 2020 et avril 2021 : depuis, il ne fait plus que s’effriter, doucement d’un mois sur l’autre », constate l’Observatoire. « Après s’être établi à 1,15% en décembre 2020, il est descendu en août au niveau le plus bas jamais constaté jusqu’alors », poursuit-il.

« En dépit de la reprise de l’inflation et de la montée des risques de défaut d’une partie des emprunteurs, les banques maintiennent les conditions des crédits octroyés depuis avril dernier à des niveaux exceptionnellement favorables, afin de soutenir la demande de crédit des particulier », décrypte encore Crédit Logement/CSA dans sa dernière note.

L’organisme constate qu’en août, le durée moyenne des emprunts s’est stabilisée à un niveau élevé : elle était de 236 mois, soit 19,7 ans (257 mois pour l’accession dans le neuf et 248 mois pour l’accession dans l’ancien). « Un niveau rarement observé par le passé », note Crédit Logement/CSA, qui indique que cette durée moyenne s’est accrue de sept mois depuis décembre 2020. « La durée moyenne, qui s’est accrue dès le début de l’été 2020, permet d’absorber les conséquences de la hausse des prix des logements et de contenir le taux d’effort sous le seuil des 35% », poursuit-il.

Autre constat opéré par l’Observatoire : le niveau de l’apport personnel réclamé par les banques continue de s’accroître de manière toujours plus conséquente (+13,1% sur les huit premiers mois de l’année, en glissement annuel, après +10,7% en 2020). « En août 2021, le taux d’apport personnel moyen était de 23% supérieur à son niveau de décembre 2019, lorsque le marché était au zénith et le taux d’apport au plus bas », fait remarquer l’organisme.

Au deuxième trimestre, les taux de crédit s’étaient établis en moyenne à 1,06%, soit leur niveau le plus bas depuis plus de vingt ans. Sur la période, la durée moyenne des emprunts avait encore augmenté pour atteindre 234 mois.

Au premier trimestre 2021, les taux de crédit immobilier avaient encore chuté pour atteindre 1,13% (contre 1,20% au dernier trimestre de 2020). Au cours de cette période, la durée des crédits avait atteint 231 mois.

Au quatrième 2020, les taux de crédit immobilier avaient poursuivi leur recul pour s’établir en moyenne à 1,20% (contre 1,23% au troisième). Dans ce laps de temps, la durée moyenne des crédits s’était allongée de six mois : elle était de 233 mois (soit un peu moins de 19 ans).

Au troisième trimestre 2020, les taux de crédit immobilier avaient continué de baisser pour s’établir en moyenne à 1,23% (contre 1,24% au deuxième trimestre). Durant cette période, la durée moyenne des prêts a diminué, pour atteindre 227 mois (près de dix-neuf ans et demi).

Au deuxième trimestre 2020, l’Observatoire Crédit Logement/CSA avait constaté une remontée des taux à 1,24% en moyenne, pour l’essentiel en mai (ils étaient passés en moyenne de 1,15% en mars à 1,29% en juin). L’Observatoire avait déjà noté cette tendance au premier trimestre 2020. Le confinement provoqué par l’épidémie de Covid-19 avait entraîné dans le même temps une chute de l’octroi des crédits immobiliers de l’ordre de 25%.

À SAVOIR : compte tenu du très faible nombre de prêts souscrits à taux variable (moins de 1% des nouveaux crédits, selon Crédit Logement), seuls les taux fixes sont détaillés ici.

Taux fixes moyens des derniers mois

Septembre 2021 : à paraître
Août 2021 : 1,05%
Juillet 2021 : 1,06%
Juin 2021 : 1,06%
Mai 2021 : 1,07%
Avril 2021 : 1,07%
Mars 2021 : 1,11%
Février 2021 : 1,14%
Janvier 2021 : 1,17%
Décembre 2020 : 1,17%
Novembre 2020 : 1,20% 
Octobre 2020 : 1,21%
Septembre 2020 : 1,22%
Août 2020 : 1,24%
Juillet 2020 : 1,25%
Juin 2020 : 1,29%
Mai 2020 : 1,25%
Avril 2020 : 1,17%
Mars 2020 : 1,14%
Février 2020 : 1,13%
Janvier 2020 : 1,13%
Décembre 2019 : 1,13%
Novembre 2019 : 1,12%
Octobre 2019 : 1,13%
Septembre 2019 : 1,18%
Août 2019 : 1,17%
Juillet 2019 : 1,20%
Juin 2019 : 1,25%
Mai 2019 : 1,29%
Avril 2019 : 1,33%
Mars 2019 : 1,39%
Février 2019 : 1,44%
Janvier 2019 : 1,45%
Décembre 2018 : 1,43%
Novembre 2018 : 1,44%
Octobre 2018 : 1,43%
Septembre 2018 : 1,43%
Août 2018 : 1,43%
Juillet 2018 : 1,43%
Juin 2018 : 1,44%
Mai 2018 : 1,46%
Avril 2018 : 1,47%
Mars 2018 : 1,49%
Février 2018 : 1,48%
Janvier 2018 : 1,49%
Décembre 2017 : 1,51%
Novembre 2017 : 1,54%
Octobre 2017 : 1,55%
Septembre 2017 : 1,56%
Août 2017 : 1,58%
Juillet 2017 : 1,55%
Juin 2017 : 1,56%

Taux fixes moyens selon la durée du prêt

Plus le remboursement d’un crédit immobilier est étalé dans le temps, plus le taux d’intérêt proposé par la banque est élevé.

Au mois d’août 2021, les taux constatés par l’observatoire Crédit Logement/CSA se situaient aux niveaux suivants :

• Crédit sur 15 ans : 0,87% (0,97% en décembre 2020 ; 0,88% en décembre 2019 ; 1,21% en décembre 2018 ; 1,32% en décembre 2017 ; 3,13% en décembre 2012)
• Crédit sur 20 ans : 0,99% (1,10% en décembre 2020 ; 1,05% en décembre 2019 ; 1,41% en décembre 2018 ; 1,52% en décembre 2017 ; 3,40% en décembre 2012)
• Crédit sur 25 ans : 1,17% (1,35% en décembre 2020 ; 1,31% en décembre 2019 ; 1,63% en décembre 2018 ; 1,79% en décembre 2017 ; 3,70% en décembre 2012)

Taux fixes moyens selon la catégorie d’emprunteurs

Les emprunteurs le savent, les banques pratiquent des taux différents selon leur profil et la qualité de leur dossier. De très nombreux paramètres (niveau de revenus, apport personnel, durée du prêt, etc.) sont pris en compte à ce titre, d’où l’importance de bien préparer son dossier de prêt pour mettre toutes les chances de son côté.

Pour aller plus loin, notre article sur la préparation du dossier de prêt

Ici, les emprunteurs sont séparés en quatre groupes, des dossiers les mieux notés aux moins bien notés parmi ceux qui ont pu obtenir un financement auprès d’une banque.

Pour le mois d’août 2021, les taux à retenir, selon l’observatoire Crédit Logement/CSA, sont les suivants :

Emprunteurs du 1er groupe (meilleurs dossiers) :

• 0,64% sur 15 ans
• 0,77% sur 20 ans
• 0,93% sur 25 ans

Emprunteurs du 2ème groupe :

• 0,77% sur 15 ans
• 0,92% sur 20 ans
• 1,08% sur 25 ans

Emprunteurs du 3ème groupe :

•  0,89% sur 15 ans
• 1,02% sur 20 ans
• 1,19% sur 25 ans

Emprunteurs du 4ème groupe (dossiers les moins bien notés) :

• 1,13% sur 15 ans
• 1,24% sur 20 ans
• 1,44% sur 25 ans

Taux immobilier : évolution et perspectives pour le second semestre 2021

La plupart des courtiers (Meilleurtaux, Vousfinancer, etc.) ont constaté une poursuite de la baisse des taux d’emprunt immobilier depuis le début d’année 2021. Des taux qui atteignent leur plancher historique.

« Après un premier semestre extrêmement dynamique sur le front de la production de crédits, la tendance devrait rester la même dans la seconde moitié de 2021. Concurrence oblige, les banques veulent rester compétitives pour placer leurs liquidités, en excès à la suite des confinements successifs. Elles n’ont d’autres choix que d’offrir des taux bas à leurs clients, et ce, toujours dans le respect des critères imposés par le Haut Conseil de stabilité financière. On va certainement rester dans un marché à deux vitesses, avec d’un côté les candidats à l’accession à la propriété qui ont du mal à emprunter du fait qu’ils appartiennent à des secteurs impactés par la crise sanitaire ; et, de l’autre, les bons profils », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

« Nous allons vivre un deuxième semestre assez comparable au premier en termes de conditions d’accès et de taux de crédit. L’écart devrait continuer à se creuser sur la qualité des profils. Les banques vont continuer à répondre favorablement aux dossiers qui présentent peu de risques. En revanche, l’effet ciseau généré par la réduction de l’écart entre les seuils de l’usure et les taux pratiqués par les établissements bancaires va encore réduire les marges de négociations avec les jeunes primo-accédants et les plus vieux emprunteurs, notamment ceux présentant de lourdes pathologies médicales », décrypte de son côté Ludovic Huzieux, co-fondateur d’Artémis Courtage.

« Il va falloir surveiller des signaux qui pourraient être, à des niveaux divers, inquiétants pour le marché immobilier. D’abord la possible remontée des taux, certes limitée qui alourdirait la charge d’emprunt. Ensuite l’effet ciseau lié à la baisse des taux d’usure, qui pourrait annoncer une fin d’année difficile pour les personnes confrontées à des problèmes d’assurance. Enfin, et c’est le plus certain (les contrôles ont déjà débuté), l’aspect plus restrictif des conditions d’octroi des crédits émises par le HCSF. En réduisant l’accès au crédit, on prend le risque de limiter le marché immobilier, lequel ne serait plus dès lors un moteur de croissance », prédit pour sa part Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi.

« L’affichage à la baisse du coût de l’argent est de bon augure pour un maintien des taux de crédit immobilier à un niveau bas. Une hausse de quelques points de base ne serait ni étonnante, ni dramatique », analyse Cécile Roquelaure, directrice des études chez Empruntis. « Du côté des banques, celles qui n’ont pas atteint leurs objectifs de production de crédit vont s’appliquer à proposer des taux toujours intéressants à leurs clients », poursuit-elle, ajoutant que le niveau de la demande (le critère « le moins maîtrisé ») sera un paramètre essentiel pour apprécier l’évolution du marché au second semestre.

« Deux visions se profilent pour juger des évolutions du second semestre. La première, positive, se traduit par un prolongement de la dynamique, avec des taux toujours bas et des emprunteurs au rendez-vous. La seconde, en demi-teinte, repose sur la nature et le niveau des contraintes juridiques qui doivent prendre le relais des recommandations du HCSF en matière d’octroi de crédits », analyse Jean-Marc Vilon, directeur général de Crédit Logement. « Malgré les craintes de certains concernant l’inflation, les taux vont, selon nous, rester structurellement bas. Il faut aussi noter que l’épidémie de Covid-19 a encore renforcé l’appétence des Français pour la pierre », poursuit-il.

Pour les années à venir, la question est de savoir si les banques vont répercuter dans le coût du crédit la perte de marge que pourrait occasionner pour elles l’entrée en vigueur de la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur pour tous les contrats en vigueur depuis le 1er janvier 2018.

Historique des taux de crédits immobiliers depuis 2007

L’historique ci-dessous reprend l’évolution des taux moyens des crédits immobiliers depuis le début de l’année 2007, trimestre par trimestre (Observatoire Crédit Logement / CSA).

Taux 2007

  • Premier trimestre (T1) : 3,96%
  • Deuxième trimestre (T2) : 4,08%
  • Troisième trimestre (T3) : 4,39%
  • Quatrième trimestre (T4) : 4,62%

Taux 2008

  • T1 : 4,67%
  • T2 : 4,67%
  • T3 : 4,94%
  • T4 : 5,07%

Taux 2009

  • T1 : 4,52%
  • T2 : 4,15%
  • T3 : 3,92%
  • T4 : 3,78%

Taux 2010

  • T1 : 3,61%
  • T2 : 3,44%
  • T3 : 3,34%
  • T4 : 3,27%

Taux 2011

  • T1 : 3,58%
  • T2 : 3,83%
  • T3 : 3,89%
  • T4 : 3,88%

Taux 2012

  • T1 : 3,90%
  • T2 : 3,60%
  • T3 : 3,48%
  • T4 : 3,27%

Taux 2013

  • T1 : 3,07%
  • T2 : 2,94%
  • T3 : 2,96%
  • T4 : 3,06%

Taux 2014

  • T1 : 3,01%
  • T2 : 2,84%
  • T3 : 2,64%
  • T4 : 2,40%

Taux 2015

  • T1 : 2,18%
  • T2 : 2,00%
  • T3 : 2,12%
  • T4 : 2,17%

Taux 2016

  • T1 : 2,02%
  • T2 : 1,69%
  • T3 : 1,46%
  • T4 : 1,32%

Taux 2017

  • T1 : 1,46%
  • T2 : 1,56%
  • T3 : 1,56%
  • T4 : 1,52%

Taux 2018

  • T1 : 1,48%
  • T2 : 1,45%
  • T3 : 1,43%
  • T4 : 1,44%

Taux 2019

  • T1 : 1,42%
  • T2 : 1,29%
  • T3 : 1,19%
  • T4 : 1,13%

Taux 2020

  • T1 : 1,13%
  • T2 : 1,25%
  • T3 : 1,23%
  • T4 : 1,17%

Taux 2021

  • T1 : 1,13%
  • T2 : 1,06%
  • T3 : à paraître
ARTICLES CONNEXES
Menu