Partagez
Share to Google

Le voyage est prévu de longue date, la réservation des billets de train SNCF faite bien à l’avance et à un prix défiant toute concurrence. Problème : le voyage ne peut plus se faire et les billets de train sont « non remboursables, non échangeables ». Les solutions pour revendre ses billets de train, y compris nominatifs.

Il est possible de revendre un billet de train non échangeable non remboursable

Quels billets de train peuvent faire l’objet d’une revente d’occasion ?

Beaucoup de voyageurs résignés pensent que leur argent est perdu avec des billets de train estampillés « non échangeable, non remboursable ». Mais plusieurs types de billets de train peuvent être revendus à d’autres voyageurs, qui seront ravis de trouver des places à moindre coût. Il faut toutefois être vigilant et distinguer ceux qui peuvent l’être des autres sous peine d’écoper d’une amende salée de la SNCF.

• Les billets au format cartonné

Ainsi, tous les billets classiques au format « cartonné » qui sont retirables en gares (bornes, guichet, boutiques SNCF, …) peuvent être revendus :

- Les Prem’s : ce sont des billets à petits prix qui sont toujours non échangeables et non remboursables.
- Les « Prime » : ces billets de train sont délivrés en échange de points de fidélité. Le voyageur assidu peut alors choisir soit d’utiliser moins de points et payer son billet « Prime »10 euros, soit de donner plus de points et avoir son billet « gratuitement ».

• Les billets (cartonnés) avec carte de réduction

Les billets Prem’s avec carte de réduction

Depuis le 1er mai 2016, la SNCF a mis en place une réduction supplémentaire de 10% sur le prix des Prem’s pour les voyageurs détenteurs d’une carte de réduction (Carte Jeune, Seniors +, Enfant + …). Contrairement aux billets « classiques » achetés avec une carte de réduction, ces derniers sont également non remboursables et non échangeables.

Toutefois, il est possible de les céder à un autre voyageur à la seule condition que celui-ci possède une carte de réduction identique à celle du vendeur. A savoir : carte Jeune (12-27 ans), Enfant +, Week-end et Senior+.

Attention : si l’acheteur ne possède pas une carte similaire, il s’expose à une amende lors du contrôle d’un agent SNCF.

Les billets classiques

Même démarche avec les billets « classiques » achetés avec une carte de réduction : il faut que l’acheteur possède une carte de réduction identique sous peine de pénalités financières.

• Les iDTGV

Les billets « iDTGV » peuvent également, sous certaines conditions, être revendus. Ce sont les billets de train à prix réduit délivrés par la filiale de la SNCF.

Bon point pour le propriétaire du billet : il est possible de le céder y compris s’il a déjà rempli ses informations personnelles car les iDTGV offrent la faculté de changer le nom initialement inscrit sur le billet de train au voyageur.

En effet, le contrôleur demandera au voyageur une pièce d’identité sur le quai pour embarquer sur le train, c’est pourquoi les nom et prénom doivent être modifiés pour la revente du billet. Petit bémol : la manipulation est simple, mais payante. Il en coûtera 15 euros (depuis juin 2016) si la démarche est réalisée sur Internet et 18 euros par téléphone.

Bon à savoir : la modification du nom du passager est gratuite si elle est effectuée trois jours après la commande.

Le vendeur doit ainsi calculer la rentabilité de l’opération au regard de ses frais. Ces derniers peuvent être répercutés sur l’acheteur si le prix du billet à revendre est peu élevé ou si la période est propice et donc la demande très forte (fêtes de fin d’année, vacances scolaires, jours fériés, …).

• Les Ouigo

Les billets de train Ouigo ont un but similaire aux iDTGV : permettre aux voyageurs de se déplacer à petits prix, sauf que dans le cas présent, ce sont des billets « low-cost » vendus par la SNCF elle-même. Les trains Ouigo ne desservent pas la totalité des gares SNCF en France.

De même que le billet iDTGV, le Ouigo doit être au nom du voyageur car une pièce d’identité est demandée sur le quai pour embarquer dans le train.

Bonne nouvelle pour le voyageur, il est possible de changer le nom inscrit sur le billet sur le même modèle que le billet iDTGV. Ainsi, pour céder son billet, le vendeur doit le mettre au nom de l’acheteur.

Attention, cette démarche a toutefois un coût : passé une heure après la commande, le voyageur devra s’acquitter de frais s’élevant à 10 euros sur Internet et 20 euros par téléphone.

• Les billets imprimés et les e-billets

Attention à ne pas confondre : les e-billets sont ceux présentés au contrôleur via son smartphone ou une tablette. Une fois imprimés, on parle alors de billets « imprimés ».

Le billet imprimé l’est sur une feuille blanche au format A4. Il est possible de les revendre à une seule condition : qu’ils ne comportent pas encore le nom du passager. Voir rubrique suivante.

Peut-on revendre un billet de train nominatif ?

Un billet de train nominatif est-il cessible ou incessible ? Avant de répondre à cette question, il faut bien comprendre ce que la SNCF entend par billet nominatif.

Aux yeux de la SNCF le mot « nominatif » ne signifie pas automatiquement que le billet de train comporte un nom.

Ainsi, les billets de train au format « cartonné » ne sont pas considérés comme « nominatifs » pour la SNCF bien qu’ils comportent un nom. Celui-ci ne fait référence qu’à la réservation du billet et le contrôleur ne demandera pas de pièce d’identité au voyageur. En effet, les billets cartonnés ne sont pas reproductibles et ne peuvent être émis qu’une seule fois contrairement aux autres types de billets de train. Cela prouve que le voyageur - quel qu’il soit – s’est bel et bien acquitté du montant du trajet.

Tous les autres billets sont nominatifs, ce qui signifie, qu’une pièce d’identité peut leur être demandée à bord du train par un contrôleur. C’est pourquoi les « bons nom et prénom » du voyageur doivent figurer sur le billet. Ainsi, un billet iDTGV, imprimé, ou encore un e-billet sont des billets nominatifs.

Seuls les billets imprimés, Ouigo et iDTGV peuvent être revendus à la condition qu’ils ne comportent pas encore d’informations personnelles ou qu’elles puissent être modifiées. C’est pourquoi, pour pouvoir être certain de revendre ses billets et sans frais supplémentaire, il est conseillé de ne renseigner les données personnelles qu’au dernier moment. Ainsi, le vendeur pourra éditer le billet aux nom et prénom de l’acheteur.

Attention : une fois imprimés, les billets ne peuvent plus être modifiés.

A l’inverse, les e-billets ne peuvent être revendus car il est impossible d’acheter son billet sans renseigner simultanément ses informations personnelles et aucune modification postérieure n’est possible. L’identité du voyageur sera contrôlée à bord du train.

Bon à savoir : la revente des billets Eurostar et Thalys est impossible. Les conditions générales de vente des compagnies ferroviaires précisent que cette pratique est interdite.

Où revendre ses billets de train et dans quelles conditions ?

Il existe plusieurs sites internet dédiés à la revente de billets. Certains sont généralistes (transports, concerts, spectacles, …) et d’autres dédiés aux billets de train. On peut citer :

- Troc des trains : http://www.trocdestrains.com
- Kelbillet : http://www.kelbillet.com
- zePASS : http://www.zepass.com
- Le Guichet : http://www.leguichet.fr
- Passe ton billet : http://passetonbillet.fr

En revanche, le site officiel Voyages-sncf.com ne le permet pas.

A noter : en dehors de ces sites, il reste également le vaste site de petites annonces généralistes comme Le Bon Coin.

Attention, le vendeur ne peut pas tout se permettre : il lui est impossible de vendre son billet de train plus cher qu’il ne l’a payé. Il peut en revanche appliquer une réduction sur le montant réglé. Et impossible de contourner cette barrière puisque ces sites demandent la référence du dossier inscrite sur le billet de train qui permet non seulement de l’authentifier mais également d’en connaître son prix réel.

Ensuite, la démarche est simple : il suffit de renseigner les données suivantes :

- La destination de départ et d’arrivée
- La date du trajet
- L’heure
- Le type de billet vendu (Prem’s, Prime, …)
- Son prix de vente
- Le numéro du train
- La classe (1ère ou seconde)
- S’il comporte une carte de réduction et si oui laquelle
- La référence du dossier
- Ses coordonnées pour que les acheteurs puissent vous contacter.

A lire également : acheter un billet de train moins cher