7 astuces pour acheter son sapin de Noël 2020 pas cher


En cette période de confinement, il va finalement être possible d'acheter un sapin de Noël. Qu’il soit artificiel ou naturel, le « roi de la forêt » représente une dépense non négligeable dans le budget des fêtes de fin d’année. Heureusement, des astuces existent.

Un décret, publié le 19 novembre 2020 au Journal Officiel, autorise la vente de sapins de Noël durant le second confinement. Les arbres peuvent être vendus à compter du 20 novembre dans les grandes surfaces, les magasins de bricolage, les jardineries et les pépiniéristes restés ouverts pendant la mise sous cloche de la population. Si les fleuristes demeurent fermés, ils ont le droit de vendre des sapins à l’extérieur de leur boutique. Ils peuvent également proposer la livraison et le « click and collect » (achat sur Internet, puis retrait en magasin).

Comme tous les ans, « l’épineuse » question de l’achat du sapin de Noël va donc se poser en cette fin d’année. Si cet accessoire fait partie des éléments incontournables de décoration du « Merry Christmas », sa fourchette de prix est très large. Il est cependant possible de faire en sorte que le « roi de la forêt » n’empiète pas trop sur l’enveloppe allouée aux cadeaux.

Limiter la taille du sapin

Logiquement, plus l’arbre est grand et plus il est cher. Dans ces conditions, il peut être judicieux de revoir ses prétentions à la baisse. Après tout, ce n’est pas la taille qui compte… La magie de Noël opèrera quelles que soient les dimensions du sapin.

Acheter un sapin artificiel ou en pot

En 2019, le prix moyen d’un sapin de Noël artificiel s’est élevé à 28,01 euros, contre 21,80 euros pour un Epicéa et 28,80 euros pour un Nordmann, les deux espèces de sapins naturels de loin les plus vendues (respectivement 18,6% et 78,3% des ventes), selon la dernière étude annuelle réalisée par Kantar pour le compte de l’établissement public FranceAgriMer et l’interprofession de la filière d’horticulture d’ornement Val’Hor. Si les arbres en plastique, aluminium ou VPC coûtent généralement plus cher à l’achat comparés aux sapins naturels (31,95 euros, contre 27,23 euros en moyenne en 2019), leur acquisition s’avère rentable à long terme, sachant qu’ils durent en moyenne trois ans (au-delà, ils perdent généralement leur éclat).

Pour les aficionados des « vrais » sapins, il vaut mieux préférer les arbres en pot ou en motte aux arbres coupés. Une fois les fêtes de Noël passées et à condition d’avoir été régulièrement arrosé, le sapin pourra être installé sur une terrasse ou replanté dans un jardin. Dans ce dernier cas, les conifères prenant vite de la hauteur et de la place, l’emplacement devra donc être choisi avec soin. Attention : certains marchands indélicats vendent des sapins coupés en pot. Il est donc conseillé de vérifier que l’arbre dispose bien de ses racines, sinon il ne pourra pas être remis en terre.

D’une manière générale, les Epicéa sont moins chers que les Nordmanns. S’ils sont plus odorants, ils perdent beaucoup plus facilement leurs épines. Pour éviter que son Epicéa ne se déplume, il lui faut éviter les chocs thermiques. Après l’avoir acheté, il vaut mieux l’entreposer d’abord sous une véranda, sur une terrasse ou dans une cave. Au bout de deux ou trois jours, on peut l’installer au milieu du salon en évitant de le placer trop près des sources de chaleur (radiateur, cheminée, poêle, lampes…).

Privilégier les hyper et supermarchés

Près d’un quart des ménages français (23,5% précisément) ont acheté un sapin de Noël naturel ou artificiel en 2019, d’après l’étude FranceAgriMer-Val’Hor. Les hyper et supermarchés ont compris depuis longtemps l’intérêt d’en faire un « produit d’appel ». Les enseignes de la grande distribution rivalisent de sapins à prix cassés à l’approche des fêtes de fin d’année pour attirer le chaland dans leurs magasins.

Carrefour, Auchan et Leclerc sont réputés pour proposer les conifères parmi les moins chers. Du côté des sapins artificiels, les meilleurs prix se trouvent généralement chez les hard discounteurs, comme Lidl ou Aldi, et chez les e-commerçants, tel que CDiscount.com.

Utiliser des bons d’achat

Depuis 2003, l’enseigne Ikea offre des bons d’achat aux acheteurs de ses sapins de Noël. Cette année, les clients du spécialiste de l’ameublement qui auront acheté un sapin « Abies Nordmannania » au prix de 24,99 euros recevront par e-mail une carte cadeau d’une valeur de 20 euros, valable entre le 26 décembre 2020 et le 31 mars 2021.

Il est possible de réserver l’arbre sur le site internet du distributeur suédois dès le 20 novembre. Attention : pour les magasins de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), Lommes (Nord), Metz (Moselle), Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Montpellier, La Valentine (Hérault), Grenoble (Isère) et la Grand Parilly (Rhône), l’e-réservation démarre seulement le 27 novembre, à partir de 20 heures.

Compte tenu de la crise sanitaire, les conditions de retrait ont été modifiées cette année. Le sapin peut être retiré en magasin uniquement à la date et au créneau horaire choisi par l’internaute au moment de la réservation en ligne. Le jour J, il doit se présenter à l’enclos des sapins situé à l’extérieur du magasin à l’heure convenue, muni d’un masque et du QR code figurant dans l’e-mail de confirmation de la réservation.

Le client peut indiquer au vendeur Ikea s’il souhaite un sapin de petite, moyenne ou grande taille, sachant que les arbres les plus grands peuvent atteindre 2,20 mètres. Une fois le sapin choisi, le vendeur donnera également au client les produits complémentaires qu’il a éventuellement commandé (pied de sapin, sac à sapin, calendrier de l’avent). Ces produits ne pourront pas être achetés sur place, mais uniquement lors de la réservation en ligne.

Inconvénient de l’offre Ikea : avec seulement 36 points de vente en France, le distributeur suédois est loin d’être présent sur l’ensemble du territoire. En outre, un seul modèle de sapin est proposé (un Nordmann d’1,40 mètre en moyenne). Enfin, la carte cadeau est valable uniquement dans les magasins Ikea.

Les jardineries se sont également mises à proposer des opérations analogues. Tous les ans, Botanic offre, contre présentation du ticket de caisse, un bon d’achat de 10 euros pour tout sapin naturel coupé acheté dans l’un de ses 70 magasins (situés essentiellement dans le Nord et le Sud-Est) et rapporté dans un point de vente au mois de janvier. L’arbre ramené est recyclé en compost. La réduction s’applique uniquement à partir de 50 euros d’achats dans les magasins Botanic et dans un délai de 30 jours à compter de la date d’émission du bon d’achat. Par ailleurs, si vous ne rapportez par le sapin, vous ne toucherez rien. Cette opération ne semble, pour l’heure, pas être renouvelée cette année.

L’enseigne Truffaut propose, depuis 2009, de replanter les sapins naturels acquis chez elle. Il faut présenter un ticket de caisse prouvant que l’arbre a été acheté chez Truffaut et le rapporter dans un point de vente au plus tard le 31 décembre. L’opération porte uniquement sur les sapins naturels coupés d’une valeur d’au moins 40 euros. Il ne semble pas que l’opération soit reconduite cette année.

Acheter en ligne sur un site spécialisé

Des sites internet se sont spécialisés dans la vente de sapins naturels. Ces « e-fleuristes » ne pratiquent pas forcément des prix plus compétitifs mais ils proposent tous la livraison de l’arbre à domicile, gratuite ou non selon les sites. Ce qui peut faire économiser bien des désagréments et les dépenses de transport (essence, péage éventuel…).

A titre d’exemple, Sapin-noel.fr commercialise des sapins Nordmann de 75 cm à 1 mètre à 29,90 euros, livraison comprise. Pour un arbre identique « bio » (cultivé en France, sans traitements) de 1 mètre à 1,25 mètre , il faut compter 45,90 euros, prix livré.

Acheter son sapin de Noël chez le producteur

L’une des solutions pour réduire le prix de son sapin naturel est de l’acheter directement chez le producteur. On économise ainsi les marges prises par les intermédiaires et les distributeurs. Le site de l’Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN) propose une carte interactive qui permet de visualiser les producteurs par région. Pour chacun d’entre eux, les coordonnées sont mentionnées ainsi que les espèces cultivées (Nordmann, Epicéa, Nobilis, Fraser…).

Contacter sa mairie

Il peut être intéressant de prendre contact avec sa mairie. Les villes ont en effet tendance à commander trop de sapins pour leurs décorations de Noël. Les municipalités peuvent revendre leur surplus auprès de leurs administrés. Pour avoir plus de poids et négocier un meilleur prix, il est conseillé de se regrouper à plusieurs habitants afin de formuler une demande commune.

À lire également : Repas, déco, cadeaux… Les astuces pour maîtriser son budget Noël 2020