Partagez
Share to Google

Les cartes bancaires disposant de la technologie NFC permettent de payer sans devoir taper son code confidentiel. Mode d’emploi de ce mode de paiement en plein essor et dont le plafond va prochainement être relevé de 20 à 30 euros.

 

SOMMAIRE

- Comment fonctionne le paiement sans contact : définition et principe

- Le montant du plafond 2017 du paiement sans contact

- Comment obtenir une carte de paiement sans contact et comment l’activer ?

- Où utiliser le paiement sans contact ?

- Le paiement sans contact est-il obligatoire ? Comment le refuser ?

- Frais du paiement sans contact : le service est-il payant ?

- Les avantages du paiement sans contact

- Les risques du paiement sans contact


Comment fonctionne le paiement sans contact : définition et principe

Le paiement sans contact permet de payer de manière dématérialisée sans avoir à devoir taper son code confidentiel. Grâce à la technologie NFC (Near Field Communication, qui signifie en français « communication en champ proche »), elle-même basée sur la transmission RFID (Radio Frequency Identification ou « ondes radio de courte portée »), il suffit d’approcher sa carte bancaire à 3 ou 4 centimètres du terminal de paiement électronique (TPE) pour s’acquitter de son achat.

Des lumières s’allument sur le TPE, puis un « bip » sonore est émis, prouvant que l’opération financière a bien été réalisée. Techniquement, la carte bancaire dispose d’une puce contenant les informations nécessaires à la transaction et d’une antenne miniature qui envoie par ondes radio de courte distance les données au terminal, lui-même équipé d’une antenne intégrée. La technologie NFC ne permet pas de retirer de l’argent à un distributeur automatique de billets (DAB).

Le montant du plafond 2017 du paiement sans contact

Le paiement sans contact ne peut porter que sur des achats dont le montant est inférieur ou égal à 20 euros. A l’automne 2017, le plafond devrait être porté à 30 euros, a annoncé le Groupement des cartes bancaires CB, le groupement d’intérêt économique (GIE) qui réunit la majorité des banques françaises.

Cette somme maximum s’applique par commerçant. Ainsi, il n’est pas possible d’effectuer un premier paiement sans contact de 20 euros, puis un autre, dans la même boutique. Pour le second, l’acheteur devra taper son code confidentiel.

Par ailleurs, il existe un plafond hebdomadaire ou mensuel de paiements sans contact qui varie selon les banques. Généralement, il s’élève à 100 euros. Ce qui signifie que le détenteur de la carte ne pourra pas, par exemple, payer sans contact plus de 100 euros dans une semaine.

Comment obtenir une carte de paiement sans contact et comment l’activer ?

Seules les cartes bancaires intégrant la technologie NFC peuvent effectuer un paiement sans contact. Pour les reconnaître, c’est facile : elles arborent un logo en forme d’ondes radio. En théorie, un particulier peut demander à sa banque de disposer d’une carte « sans contact », sauf s’il s’agit d’une carte de retrait qui ne permet pas de s’acquitter de ses achats chez les commerçants.

Dans les faits, l’établissement financier profite généralement de la délivrance d’une carte de paiement à un nouveau client ou du renouvellement des cartes bancaires arrivées à expiration pour intégrer la nouvelle fonctionnalité. Les banques sont censées informer leurs clients quand elles fournissent une carte « sans contact », selon les préconisations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Normalement, elles doivent également leur transmettre une notice explicative.

Au 31 décembre 2016, près de 41 millions de Cartes Bleues (CB) étaient « sans contact », soit 63,5% du parc, d’après le Groupement des cartes bancaires CB.

Lien partenaire : Trouvez une banque avec la carte bancaire qu'il vous faut

Où utiliser le paiement sans contact ?

La carte « sans contact » peut être utilisée chez n’importe quel commerçant, ainsi que pour utiliser certains distributeurs automatiques de boissons ou de confiseries (réseau Selectra), voire des bornes de transports en commun (comme à Grenoble), des péages d’autoroute (sur l’A14) ou des parcmètres (à Marseille). Toujours selon le Groupement des cartes bancaires CB, le paiement sans contact était accepté dans 494.000 commerces fin décembre 2016. Soit 35% des boutiques françaises équipées d’un terminal de paiement.

La technologie NFC étant un standard international, le paiement sans contact peut être pratiqué à l’étranger. Les plafonds de paiement peuvent, toutefois, varier d’un pays à l’autre. Que ce soit en France ou ailleurs, pour savoir si un commerçant accepte la fonctionnalité, il faut vérifier s’il a apposé le logo « paiement sans contact » (une main tenant une carte bancaire sur fond d’ondes radio) sur sa vitrine et/ou sur son TPE.

Le paiement sans contact est-il obligatoire ? Comment le refuser ?

Le possesseur d’une carte bancaire disposant de la technologie NFC n’est aucunement obligé d’utiliser cette fonctionnalité. Il peut très bien continuer à taper son code confidentiel même pour des achats inférieurs à 20 euros. Le commerçant ne peut pas le contraindre à payer sans contact.

Par ailleurs, un particulier peut demander à sa banque de remplacer sa carte bancaire NFC par une carte classique ou de désactiver la fonction. Attention : certains établissements facturent la désactivation. Quoi qu’il en soit, la banque ne peut pas refuser la requête de son client. Si tel est le cas, ce dernier peut porter plainte auprès de la CNIL. Pour cela, il peut utiliser le formulaire en ligne disponible sur le site de la Commission.

Frais du paiement sans contact : le service est-il payant ?

La banque ne peut pas facturer plus cher une carte bancaire intégrant la technologie NFC, ni prélever des commissions pour les achats sans contact. Payer sans taper son code confidentiel n’entraîne donc pas de frais supplémentaires.

Les avantages du paiement sans contact

L’atout principal du paiement sans contact est le gain de temps. Non seulement le client n’a plus à taper son code, mais il n’a plus besoin de chercher sa monnaie pour de petits achats, à condition que le commerçant n’exige pas de montant minimum pour l’utilisation de la carte bancaire. Enfin, le paiement sans contact permet de prêter sa carte (par exemple, à un de ses enfants) sans devoir divulguer son code confidentiel si, bien sûr, l’achat prévu est inférieur à 20 euros.

Les risques du paiement sans contact

Sur son site internet, le Groupement des cartes bancaires CB assure que le paiement sans contact n’est pas plus risqué qu’un paiement bancaire « normal ». D’après le GIE, il est techniquement impossible que l’achat soit débité deux fois. Le groupement rappelle que, de toute façon, le plafond de 20 euros ne peut pas être dépassé. En cas d’utilisation frauduleuse, le propriétaire de la carte bancaire est protégé de la même manière que pour un achat « avec contact » ou sur Internet : il sera remboursé s’il certifie ne pas être l’acheteur.

C’est pourquoi, le Groupement des cartes bancaires CB conseille, comme pour n’importe quel paiement, de vérifier avant de payer le montant inscrit sur le terminal puis, après la transaction, le montant mentionné sur le ticket de caisse. Le client est invité à garder ses facturettes et à consulter régulièrement ses relevés bancaires. Au moindre doute, il doit contacter sa banque. En cas de perte ou de vol, il doit toujours faire opposition, que sa carte possède la technologie NFC ou non.

A noter : si la carte a été volée ou perdue, la franchise de 150 euros sur les achats frauduleux ne s’applique pas pour les transactions sans contact. Le propriétaire de la carte est entièrement remboursé.

Enfin, le Groupement des cartes bancaires CB certifie que la captation à distance des données des cartes bancaires NFC n’est pas possible. Sous la pression de la CNIL, les cartes sans contact ne permettent plus la lecture du nom du porteur. Les dernières générations de cartes NFC ne permettent plus, en outre, l’accès à l’historique des transactions. Pour autant, la CNIL et la Banque de France préconisent de placer sa carte sans contact dans un étui spécial en aluminium, censé empêcher la captation à distance de données. Cet étui doit normalement être proposé par les banques. Là aussi, certains établissements peuvent faire payer ce service.

A lire également :

Comptes bancaires inactifs : les nouvelles obligations des banques en 2017

Notre partenaire pour changer de banque :