Partagez
Share to Google

Envie de vacances ? Malheureusement le budget ne suit pas… Pour donner un coup de pouce aux jeunes âgés de 18 à 25 ans, l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) propose une aide financière destinée à payer une partie des vacances, appelée dispositif 18 : 25.

1.Le dispositif Départ 18 : 25 : définition
2.Qui sont les bénéficiaires ?
3.Quelles sont les conditions d’attribution ?
4.Quel est le montant de l’aide Départ 18 : 25 ?
5.Comment en faire la demande, démarches

Le dispositif Départ 18 : 25 : définition

Le dispositif 18 : 25 a été créé en 2014 par l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) en partenariat avec le ministère du Tourisme. L’objectif de cette aide financière est simple : donner un coup de pouce aux jeunes âgés de 18 à 25 ans afin qu’ils puissent partir en vacances. Plusieurs types de séjours sont proposés sur le site internet dédié au dispositif, depart1825.com, à la mer, à la montagne ou en ville, que ce soit en France ou en Europe.

L’aide ne paie pas tous les frais liés au voyage mais prend en charge une partie de son coût, dans la limite de 150 euros. Ainsi, le jeune a toujours une contribution à régler, sauf si le prix du séjour est très faible.

Pour en bénéficier, en dehors de l’âge, d’autres conditions sont à respecter, le demandeur devant soit appartenir à une catégorie particulière (étudiants, apprentis, …), soit percevoir des revenus inférieurs à un plafond variant selon la composition de leur foyer.

Qui sont les bénéficiaires ?

Tous les jeunes âgés de 18 (révolus) à 25 ans (non révolus) au moment du départ en vacances peuvent bénéficier du dispositif 18 : 25. Et ce, quels que soient leur situation et leur niveau de ressources. Autre condition impérative, résider en France. Un justificatif d’identité sera à fournir lors de la réservation du séjour.

Quelles sont les conditions d’attribution ?

L’âge et la résidence en France sont deux conditions obligatoires, mais pas seulement. Le jeune devra également soit justifier d’un statut, soit toucher des revenus en-deçà d’un certain plafond. Sachant que ces deux conditions n’ont pas à être cumulées : si le jeune est par exemple un étudiant boursier, il n’a pas besoin de justifier de ses revenus.

Le statut

Le dispositif 18 : 25 est ouvert aux jeunes en contrat d’apprentissage, de formation en alternance, en contrat aidé, en emploi d’avenir, en contrat de génération, en exercice du service civique, ou qui sont étudiants boursiers.

Plafonds de revenus

Le revenu fiscal de référence (RFR) figurant sur l’avis d’imposition ou de non-imposition ne doit pas dépasser les plafonds établis selon le nombre de part fiscale composant le foyer, à savoir :

- Pour une part fiscale : 17.280 euros
- Pour 1,5 part fiscale : 21.600 euros
- Pour 2 parts fiscales : 25.920 euros
- Pour 2,5 parts fiscales : 30.240 euros
- Pour 3 parts fiscales : 34.560 euros
- Pour 3,5 parts fiscales : 38.880 euros
- Pour 4 parts fiscales : 43.200 euros
- Pour 4,5 parts fiscales : 47.520 euros
- Pour 5 parts fiscales : 51.840 euros
- Par demi-part supplémentaire : 4.320 euros

Une attestation sur l’honneur est ainsi à remettre lors de la réservation du séjour.

Quel est le montant de l’aide Départ 18 : 25 ?

Première chose à savoir, l’aide ne peut être divisée, étant individuelle. L’aide financière correspond à 50% du prix du séjour, dans la limite de 150 euros par personne et par séjour. Les jeunes ont toujours une contribution à régler, d’un montant de 50 euros minimum, excepté si le coût du séjour est inférieur. « En cas d’éligibilité, le montant de l’aide sera directement déduit de la facture avant règlement », est-il précisé sur le site internet depart1825.com.

Pour mieux appréhender le dispositif 18 : 25, voici quelques exemples établis par l’ANCV :

- Pour un séjour de 25 euros, le montant de l’aide est de 0 euros (minimum à payer 50 euros), la contribution du jeune est de 25 euros.

- Pour un séjour de 50 euros, le montant de l’aide est de 0 euros (minimum à payer 50 euros), la contribution du jeune est de 50 euros.

- Pour un séjour de 77 euros, le montant de l’aide est de 27 euros (77 euros – 50 euros), la contribution du jeune est de 50 euros.

- Pour un séjour de 100 euros, le montant de l’aide est de 50 euros (50%), la contribution du jeune est de 50 euros.

- Pour un séjour de 200 euros, le montant de l’aide est de 100 euros (50%), la contribution du jeune est de 100 euros.

- Pour un séjour de 300 euros, le montant de l’aide est de 150 euros (50%), la contribution du jeune est de 150 euros.

- Pour un séjour de 400 euros, le montant de l’aide est de 150 euros (montant plafond), la contribution du jeune est de 250 euros.

Comment en faire la demande, démarches

Pour savoir si vous êtes éligibles, un simulateur gratuit est disponible sur le site internet du dispositif 18 : 25.

Le jeune doit parcourir les offres de séjours disponibles puis sélectionner celle qui lui convient. Une fois sur la page du séjour, il doit choisir spécifiquement la formule ou le type d’hébergement qu’il souhaite puis cliquer sur « pré-réserver ».

Il faut ensuite vérifier les informations sélectionnées à l’aide du simulateur disponible sur le site :

- Séjour choisi, dates, hébergement, nombre de personnes, formules, …
- Sélectionner les options éventuelles et assurances
- Vérifier le tarif total du séjour et que je suis bien éligible au dispositif 18 : 25
- Passer à l’étape suivante

L’étape suivante consiste à renseigner les informations demandées à l’aide du formulaire et à prendre connaissance puis valider les conditions générales de ventes.

La dernière étape est celle de la confirmation du séjour : le jeune choisit s’il souhaite finaliser sa réservation immédiatement ou sauvegarder son devis. Le numéro du devis est alors communiqué et un e-mail récapitulatif est envoyé à l’adresse indiquée.

Tout dossier de réservation est finalisé par téléphone. Le jeune valide ainsi son séjour définitivement, le paie et se voit confirmer les éléments de ses vacances par l’ANCV. « Ma réservation sera confirmée dès la réception des pièces justificatives demandées : copie d’une pièce d’identité (Carte Nationale d’identité recto verso, passeport, titre de séjour en cours de validité) », indique l’ANCV.

A lire : Les aides financières pour les jeunes