Coronavirus et confinement en France : mesures, date de fin du confinement, stades de l’épidémie de Covid-19


Durée du confinement en France, fermetures des écoles et de la plupart des commerces, interdiction des rassemblements, limitation des déplacements, les informations sur les annonces d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe à la télévision et les mesures de confinement visant à limiter la propagation du coronavirus en France.

Confinement et coronavirus, définition

Le confinement d’une personne consiste, au sens strict du terme et dans le cadre de l’épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19), à maintenir une personne à domicile :

  • atteinte personnellement du coronavirus
  • entrée en contact avec une personne testée positif au coronavirus (= cas confirmé) ou avec une personne suspectée d’être infectée
  • soumise à l’interdiction de la plupart des déplacements, sauf autorisation de sortie par dérogation
  • dans l’impossibilité de fréquenter un établissement recevant du public en raison de la fermeture d’une école, d’une crèche…

Pour le Conseil scientifique réuni par Emmanuel Macron pour éclairer la prise de décision du gouvernement, le confinement est « actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale » (source avis du 23 mars 2020).

Par extension, on entend par mesures de confinement les dispositions prises par les autorités visant à endiguer la propagation du virus SARS-COV-2 et de la maladie Covid-19 qu’il provoque.

On notera assez paradoxalement que « c’est le confinement qui provoque la circulation du virus », comme l’a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFM TV le 9 mars 2020. En faisant cette affirmation, Olivier Véran voulait en fait dire que c’est quand on se trouve dans un lieu confiné que l’on favorise la contagion, justifiant par exemple l’interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes dans toute la France (limite désormais ramenée à 100 personnes).

La France a décidé d’activer le niveau 3 du plan d’actions ayant pour objectif de contenir la circulation du virus.

Après la fermeture des écoles, la France a pris le 14 mars 2020 des mesures de confinement de portée nationale visant la plupart des lieux accueillant du public, quelques jours après l’Italie où a été décidée la fermeture au public de tous les commerces jusqu’au 25 mars, sauf les magasins alimentaires et pharmacies.

Durée du confinement en France : pendant combien de temps ?

La durée du confinement a été allongée d’au moins deux semaines, soit au mieux jusqu’au mercredi 15 avril, a fait savoir le Premier ministre Édouard Philippe le vendredi 27 mars à l’issue du Conseil des ministres. Cette prolongation est un minimum. « Cette période de confinement pourra être prolongée si la situation sanitaire l’exige », a-t-il ajouté.

La fin du confinement en France, c’est pour quand ? La durée du confinement total sera « vraisemblablement » d’ « au moins six semaines à compter de sa mise en place », soit jusqu’à fin avril / début mai préconise le Conseil scientifique, dans son avis rendu le 23 mars 2020. Sachant que cette recommandation n’est pas contraignante pour le gouvernement : c’est à ce dernier de décider pendant combien de temps les Français doivent rester confinés chez eux.

Le 23 mars, le Premier ministre Édouard Philippe avait préparé les esprit à un temps de confinement long. « Beaucoup de nos concitoyens aimeraient retrouver le temps d’avant, mais il n’est pas pour demain. Ce temps du confinement peut durer encore quelques semaines », a déclaré le chef du gouvernement sur TF1.

La durée de confinement en France a d’abord été décidée pour une durée de deux semaines :

  • jusqu’au dimanche 29 mars 2020 pour la fermeture des écoles et autres établissements scolaires
  • jusqu’au mardi 31 mars 2020 pour le confinement chez soi (sauf cas de dérogation), durée désormais allongée de deux semaines, jusqu’au 15 avril

Prolongement du confinement : la réouverture des écoles et lycées, c’est pour quand ?

Le prolongement du confinement au moins jusqu’au 15 avril tombe en pleine période de vacances scolaires de printemps :

  • deuxième semaine de vacances pour la zone C (académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles)
  • première semaine de vacances pour la zone B (Académies d’Aix-Marseille, Amiens, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Normandie, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Strasbourg).

La réouverture des écoles, collèges et lycées n’interviendra donc, selon toute vraisemblance, pas avant la reprise des vacances de Pâques.

La date du 4 mai a notamment été évoquée par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer dans les colonnes du journal Le Parisien le 22 mars, précisant qu’il s’agissait d’une hypothèse et non d’une décision actée pour le retour des élèves à l’école.

Stade du coronavirus en France : stade 3 et niveau 4 de l’épidémie

Covid-19, quel stade en France actuellement ?

Le stade actuel du plan de lutte du gouvernement contre l’épidémie de Covid-19 est le niveau 3, qui en compte quatre :

  • stade 4 : pas encore activé
  • stade 3 : depuis le 14 mars
  • stade 2 : depuis le 29 février
  • stade 1 : depuis le 24 janvier (apparition des premiers cas importés confirmés en France)

Le plan gouvernemental de prévention et de gestion de la crise sanitaire compte quatre stades ou niveaux :

  • niveau 1 : freiner l’introduction du virus dans le pays
  • niveau 2 : limiter la propagation du virus
  • niveau 3 (stade actuel) : limiter les conséquences de la circulation du virus
  • niveau 4 : accompagnement du retour à la normale

Stade 3 : mesures prises pour endiguer l’épidémie de coronavirus

Le stade 3 du plan gouvernemental de lutte contre le Covid-19 correspond au stade épidémique (circulation active du virus en France), qui vise contenir la circulation du virus sur le territoire national.

Au stade 3, la stratégie d’atténuation de la circulation active du virus vise à la fois :

  1. à protéger les personnes fragiles, notamment en Ehpad
  2. à prendre en charge les patients atteints sans gravité hors de l’hôpital (maintien à domicile)
  3. à prendre en charge les patients avec signes de gravité à l’hôpital

Les mesures prises par le gouvernement et les parties prenantes dans le cadre du stade 3 sont les suivantes (lite non exhaustive) :

  • fermeture jusqu’au 15 avril 2020 des établissements accueillant du public non indispensables à la vie du pays (sauf exceptions : magasins d’alimentation, pharmacies, banques, stations essence, bureaux de tabac et de presse)
  • interdiction des sorties du domicile prolongée jusqu’au 15 avril sauf dérogations prévues par décret
  • report des interventions et hospitalisation non urgentes
  • mesures d’isolement des patients Covid-19 dans les Ehpad et établissements médico-sociaux

Les dernières annonces du gouvernement, allocution d’Emmanuel Macron sur le coronavirus en résumé

Le premier ministre Édouard Philippe a, dans une déclaration faite le vendredi 27 avril 2020, annoncé un prolongement du confinement de deux semaines, soit jusqu’à mi-avril.

« Avec l’accord du président de la République, j’annonce le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain, soit jusqu’au mercredi 15 avril », a déclaré le chef du gouvernement à l’issue du Conseil des ministres, ajoutant sans surprise que cette période pourrait être prolongée. En outre, « les mêmes règles que celles actuellement en vigueur continueront à s’appliquer », a-t-il précis, faisant référence aux fermetures de magasins ou de lieux publics ainsi qu’aux interdictions de sortie (sauf dérogations).

Les annonces d’Emmanuel Macron faites lors de son allocution du 16 mars 2020 à 20 heures pour lutter contre la propagation du Covid-19 sont, en résumé, les suivantes :

  • limitation des déplacements « au strict nécessaire » à partir du mardi 17 mars, midi, pour 15 jours au moins, en métropole comme en outre-mer
  • interdiction des réunions familiales et amicales
  • interdiction de tout rassemblement
  • autorisation de sortie pour les achats de première nécessité, pour les trajets pour se soigner, pour les trajets pour se rentre au travail (quand le télétravail n’est pas possible), pour la pratique sportive individuelle (sous condition de durée et de distance du domicile)
  • mise en place de contrôles et de sanctions pour les contrevenants
  • suspension de l’examen de la réforme des retraites
  • réquisition des taxis et des hôtels pour les personnels de santé (payés par l’État)
  • déploiement d’un hôpital de campagne du Service de santé des armées en Alsace
  • déplacement de malades par l’armée pour répartir l’afflux de patients dans les hôpitaux dans les régions les moins affectées
  • suspension des voyages hors d’Europe pendant 30 jours (fermeture des frontières à  l’entrée de l’Union européenne et de l’espace Schengen)
  • garantie de l’État de 300 milliards d’euros pour les prêts bancaires des entreprises
  • report d’échéances bancaires pour les entreprises
  • report d’échéances fiscales et sociales pour les petites entreprises en difficulté « tant que la situation durera »
  • création d’une prime d’un fonds de solidarité « pour les entrepreneurs, commerçants, artisans » abondé par l’État

Le contenu de ces annonces et les modalités d’application ont été ensuite précisés par le gouvernement. Après le chef de l’État, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé pour application le mardi 17 mars à midi :

  • des mesures de confinement sauf exceptions (pour « motif familial, pour assistance à personne vulnérable ou à un parent en situation de dépendance, pour les gardes partagées)
  • la possibilité de sortir son chien
  • la possibilité de prendre l’air
  • l’interdiction de se retrouver en groupe à l’extérieur
  • la mise en place de contrôles fixes et mobiles sur les routes principales et secondaires (déplacements devant être justifiés par attestation de sortie à télécharger en ligne ou sur papier libre)
  • l’instauration d’une amende portée de 38 à 135 euros pour violation de ces règles

S’agissant des déplacements internationaux, le ministre a annoncé la limitation des déplacements dans l’espace européen aux ressortissants des pays européens. Les personnes originaires de pays tiers (extra-européens) sont soumises à une interdiction d’entrée sur le territoire en l’absence de motif valable.

Pour les déplacements infra-européens, les trajets transfrontaliers font l’objet de contrôles. Les travailleurs transfrontaliers peuvent encore se déplacer pour se rendre chez leur employeur et rentrer chez eux.

Le 23 mars 2020, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé :

  • la fermeture des marchés sauf exceptions sur demande du maire
  • la limitation des sorties pour faire du sport, sortir son animal de compagnie ou prendre l’air avec ses enfants à une heure maximum par jour, dans un rayon d’un kilomètre de chez soi et seul

En attendant d’autres annonces du gouvernement à suivre, rappel ci-dessous des mesures déjà prises. Aucun confinement total n’a été décidé, mais la liberté de déplacement s’est encore réduite.

Le gouvernement, par la voix d’Édouard Philippe, a annoncé le 14 mars 2020 pour application le dimanche 15 mars à 00h00 et jusqu’au mercredi 15 avril :

  • la fermeture des commerces sauf commerces alimentaires, pharmacies, tabacs/presse, stations-essence et banques
  • la fermeture des restaurants (y compris restaurants d’hôtels) sauf vente à emporter et livraison et room service des hôtels
  • la fermeture des débits de boissons (bars, cafés, bars d’hôtels)
  • la fermeture des cinémas
  • la fermeture des discothèques

Un arrêté du 14 mars précise la liste des établissements ne pouvant plus être ouverts (voir plus bas)

Le chef du gouvernement a aussi annoncé :

  • le maintien du premier tour des élections municipales
  • le maintien de l’ouverture des services publics essentiels
  • l’organisation de la garde des enfants des personnels soignants

Voici les annonces d’Emmanuel Macron faites durant son discours télévisé prononcé le 12 mars 2020 sur la crise du coronavirus qui concernent les particuliers :

  • maintien des élections municipales prévues les 15 et 22 mars
  • fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités dans toute la France à partir du lundi 16 mars « jusqu’à nouvel ordre »
  • mise en service de garde d’enfants « région par région » pour les parents appartenant aux personnels « indispensables à la gestion de la crise sanitaire »
  • maintien des transports publics
  • nouvelles mesures à venir « pour limiter au maximum les rassemblements »
  • mobilisation des étudiants en médecine et des anciens médecins « jeunes retraités »
  • report de la trêve hivernale des expulsions locatives de deux mois, soit du 31 mars au 31 mai
  • mis en œuvre d’un mécanisme « exceptionnel et massif de chômage partiel »

Replay de la déclaration d’Emmanuel Macron du 16 mars (cliquer sur le lien ci-dessous) :

Replay de l’allocution d’Emmanuel Macron du 12 mars (cliquer sur le lien ci-dessous) :

Fermeture des commerces, restaurants, cinémas…

Magasins non essentiels fermés à cause du coronavirus : liste, jusqu’à quand

La fermeture des commerces, restaurants, cafés, cinémas et discothèques a été décidée par le gouvernement pour une entrée en vigueur la nuit du samedi 14 au dimanche 15 mars jusqu’au mercredi 15 avril inclus.

L’interdiction d’ouverture couvre, selon l’arrêté ministériel du 14 mars, complété par un autre arrêté du 15 mars publié le 16 :

  • les magasins de vente, sauf livraison, retraits de commandes et exceptions
  • les centres commerciaux, sauf livraison et de retraits de commandes
  • les restaurants, sauf livraison et vente à emporter
  • les débits de boissons
  • les salles d’audition
  • les salles de conférences
  • les salles de réunion
  • les salles de spectacles
  • les salles à usage multiples
  • les salles de danse
  • les salles de jeux
  • les bibliothèques
  • les centres de documentation
  • les salles d’expositions
  • les établissements sportifs couverts
  • les musées
  • les chapiteaux, tentes et structures (cirques)
  • les établissements de plein air (stades, parcs animaliers, parcs d’attraction fixes)
  • les établissements d’éveil
  • les établissements d’enseignement
  • les établissements et centres de formation
  • les centres de vacances

Ce bouclage vise « tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays », a annoncé Edouard Philippe le 14 mars 2020.

Disneyland Paris (encore appelé Euro Disney) a été fermé par précaution le samedi 14 mars en fin de journée jusqu’à la fin du mois de mars sans attendre l’arrêté visant spécifiquement les parcs d’attraction.

Les lieux de culte resteront ouverts, mais tout rassemblement ou réunion de plus de 20 personnes en leur sein y sont interdits jusqu’au 15 avril 2020, à l’exception des cérémonies funéraires (obsèques). Au-delà, les rassemblements et cérémonies devront être reportés.

Commerces non alimentaires ouverts : magasins de bricolage, etc.

Tous les commerces non indispensables sont en principe fermés, sauf les commerces considérés comme essentiels, ainsi qu’une liste de commerces autorisés à accueillir du public selon l’arrêté du 15 mars 2020 publié le 16. Cette exception concerne (ouverture maintenue) :

  • les magasins et marchés alimentaires
  • les pharmacies
  • les enseignes spécialisées de vente au détail d’articles médicaux et orthopédiques
  • les stations essence
  • les banques
  • les activités financières et d’assurance
  • les bureaux de tabac
  • les maisons de presse
  • les papeteries
  • les garages et enseignes d’entretien et réparation d’automobiles (centres auto)
  • les commerces d’équipements automobiles
  • les commerces de vente et de réparation de motos et vélos
  • les garages agricoles
  • les magasins de fournitures agricoles
  • les agences de location d’équipements agricoles
  • les magasins spécialisés de téléphonie
  • les magasins spécialisés de matériel informatique (vente ordinateurs, périphériques et  logiciels)
  • les magasins de bricolage (« commerce de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres »)
  • les hôtels et hébergements similaires
  • les résidences d’hébergement touristique
  • les résidences d’hébergement de courte durée de type appart-hôtel (accueil de personnes qui y élisent domicile)
  • les terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs lorsqu’ils accueillent des personnes qui y vivent un domicile régulier
  • les agences de location de machines et biens équipements
  • les agences de location de machines et équipements pour la construction
  • les agences d’intérim et de placement de main-d’œuvre
  • les réparateurs d’ordinateurs
  • les blanchisseries-teintureries
  • les pompes funèbres ou services funéraires

Grandes surfaces et magasins alimentaires ouverts

La liste des magasins alimentaires ouverts a été précisée par l’arrêté du 15 mars 2020 :

  • commerce de détail de produits surgelés
  • commerce d’alimentation générale
  • supérettes
  • supermarchés
  • magasins multi-commerces
  • hypermarchés
  • commerce de détail de fruits et légumes (primeurs)
  • boucheries-charcuteries (commerce de détail de viandes et de produits à base de viande)
  • poissonneries
  • boulangeries-pâtisseries
  • cavistes (« commerce de détail de boissons en magasin spécialisé »)
  • distributions alimentaires effectuées par des associations caritatives
  • marchés de vente alimentaire au détail
  • vente par automates

Écoles, collèges, lycées, crèches : fermeture, durée

Fermeture des écoles et autres établissements scolaires : qui est concerné

La fermeture à partir du lundi 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre » des établissements scolaires et de l’enseignement supérieur a été annoncée par Emmanuel Macron le 12 mars 2020. Objectifs : protéger les enfants et « réduire la dissémination du virus à travers notre territoire ». Cette fermeture concerne les enfants scolarisés dans toute la France :

  • à l’école maternelle
  • à l’école primaire
  • au collège
  • au lycée
  • à l’université
  • en centre de formation des apprentis (CFA)
  • en Epide (établissement pour l’insertion dans l’emploi
  • en E2C (école de la 2ème chance)

Les modes de garde collectifs des jeunes enfants (crèche, etc.) sont également visés.

Avant l’entrée en vigueur des annonces d’Emmanuel Macron sur la fermeture des établissements scolaires, les dispositions de maintien à domicile des élèves concernent, au 12 mars, les départements où la propagation du coronavirus est plus rapide qu’ailleurs :

  • département de l’Oise du 9 au 22 mars 2020 inclus
  • département du Haut-Rhin du 9 au 22 mars 2020 inclus
  • collectivité de Corse du 12 au 29 mars 2020 inclus
  • certaines communes du Morbihan jusqu’au 14 mars 2020 (Auray, Crac’h, Brec’h, Carnac, Saint-Philibert, Saint-Anne-d’Auray, Landévant, Pluvigner, La Trinité-sur-Mer et Saint-Pierre-Quiberon)
  • certaines communes de l’Hérault du 12 au 25 mars 2020 inclus (Le Crès, Teyran, Mudaison, Lansargues, Candillargues, Castrie, Saint-Brès, Baillargues, Vendargues, Saint-Aunès, Mauguio, Jacou, Castelnau-Le-Lez, Clapiers, Prades-Le-Lez, Montferrier-Sur-Lez)

Dans l’Oise, le Haut-Rhin eten Corse, l’ensemble des établissements scolaires du premier et second degrés sont fermés :

  • les écoles maternelles
  • les écoles primaires
  • les collèges
  • les lycées publics et privés
  • les établissements périscolaires (garderie, demi-pension, accueil de loisirs, etc.)

Les CFA (centres de formation des apprentis) sont fermés par arrêtés préfectoraux :

  • dans le Haut-Rhin
  • en Corse-du-Sud
  • en Haute-Corse

Le parent d’un enfant placé en confinement du fait de la fermeture de son école, collège ou lycée, peut bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé s’il est contraint de garder son enfant chez lui (télétravail impossible). Dans ce cas, il perçoit des indemnités journalières de Sécurité sociale (IJSS).

Écoles fermées : quelle sera la durée de confinement des enfants à domicile ?

Pendant combien de temps la fermeture nationale des établissements scolaire va-t-elle durer ? « Jusqu’à nouvel ordre » a fait savoir Emmanuel Macron le 12 mars 2020 lors de son allocution télévisée.  « Les écoles fermeront la durée nécessaire […] au minimum 15 jours », a poursuivi le ministre de la Santé Olivier Véran sur Europe 1 le vendredi 13 mars.

Soit du lundi 16 au dimanche 29 mars 2020 selon l’arrêté ministériel du 14 mars. La durée de fermeture nationale des écoles, collèges, lycées et établissements d’enseignement supérieur « sera la plus courte possible », a-t-il assuré, rappelant que cette durée de deux semaines correspondait à celle appliquée par arrêté préfectoral dans les zones les plus actives de transmission du virus (Oise, Haut-Rhin).

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué dans un entretien au journal Le Parisien le 22 mars l’hypothèse d’un retour en classe le 4 mai, soit après les vacances scolaires de printemps. Il s’agit à ce stade d’un « scénario privilégié » et non d’une décision actée.

Auparavant, le vendredi 13 mars, Jean-Michel Blanquer avait déjà laissé entendre sur France Inter que la durée de fermeture pourrait durer beaucoup plus longtemps. « On parle forcément de semaines, qui peuvent durer des mois bien sûr », a-t-il évoqué, ajoutant qu’il était « assez certain » que cette interruption aurait lieu « au moins jusqu’aux vacances de printemps », ce qui correspondrait au plus tôt au samedi 4 avril pour la zone 3 (académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles).

Interdiction de rassemblement en France et coronavirus

L’interdiction des rassemblements sur tout le territoire français a été durcie par le gouvernement à mesure de la propagation du coronavirus :

  • par l’annonce de la limitation des déplacements aux trajets domicile-travail (quand le télétravail n’est pas possible), pour faire ses courses, se soigner ou pratiquer un sport individuel à partir du mardi 17 mars à midi
  • par l’interdiction de tout rassemblement à partir du mardi 17 mars à midi
  • en décidant à partir du dimanche 15 mars 2020 à 00h00 la fermeture de tous les lieux recevant du public accueillant du public non indispensables à la vie du public
  • pour les rassemblements plus de 100 personnes par arrêté du 13 mars 2020
  • pour les rassemblements plus de 1.000 personnes par arrêté ministériel du 9 mars 2020
  • pour les rassemblements plus de 5.000 personnes par arrêté ministériel du 4 mars 2020

Aucune mesure de couvre-feu n’a pour le moment été décidée à l’échelle nationale.

Après avoir procédé à l’interdiction de tout rassemblement en milieu ouvert (dans les stades de football ou de rugby, par exemple) comme en milieu confiné (salles de spectacles et de concert, etc.), le Premier ministre Edouard Philippe a décide de changer de stratégie, en faisant le choix, le samedi 14 mars 2020, de fermer les lieux où l’on peut se rassembler « non indispensables à la vie du pays ».

La veille, le chef du gouvernement avait décidé d’abaisser l’interdiction de rassemblement de 1.000 à 100 personnes. « J’ai décidé […] de faire passer cette limite aux rassemblements de 100 personnes […] sur tout le territoire national », a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe sur TF1 le vendredi 13 mars, lors d’une interview faite pendant le JT de Jean-Pierre Pernaud. Une mesure applicable dès le samedi 14.

Emmanuel Macron avait annoncé le 12 mars que le gouvernement allait prochainement annoncer de nouvelles mesures « pour limiter au maximum les rassemblements » dans tout le pays.

Dans certains départements où la circulation du virus est intense, les mesures d’interdiction de rassemblement peuvent être plus strictes, notamment via l’interdiction de tout rassemblement du moindre rassemblement (comme dans l’Oise) par arrêté préfectoral, peu importe sa taille.

Transports  : avions, trains, transports en commun

Vols annulés et aéroports fermés

Si certains aéroports ont décidé de fermer, aucune fermeture d’aéroport n’a été décidée à l’échelle nationale pour le moment. Aucune annonce n’a d’ailleurs été faite en ce sens par Emmanuel Macron les 12 et 16 mars 2020 lors de ses interventions télévisées, ni par le Premier ministre. L’activité s’y poursuit dans la plupart mais l’activité des compagnies est extrêmement réduite, d’autant que les frontières extérieures de l’Union européennes font l’objet d’une fermeture depuis le mardi 17 mars à midi. De nombreuses compagnies proposent le report sans frais des réservations déjà effectuées. Certains aéroports régionaux

Paris Aéroport a décidé de fermer :

  • le terminal d’Orly 2 depuis le mardi 17 mars 23h30 jusqu’à nouvel ordre
  • le terminal d’Orly 1 (Portes A et B) depuis le 22 mars à 23h30 et jusqu’à nouvel ordre
  • le terminal de 2G de Roissy – Charles de Gaulle depuis le 22 mars à 23h30 et jusqu’à nouvel ordre
  • le terminal 3 de Roissy – Charles de Gaulle depuis le 22 mars à 23h30 et jusqu’à nouvel ordre
  • l’aéroport de Paris-Orly dans son ensemble à partir du 31 mars à 23h30 et jusqu’à nouvel ordre

Les autres terminaux de l’aéroport de Roissy-CDG restent ouverts mais des restrictions de voyage pour les passagers au départ de Paris peuvent être mise en place. Depuis le dimanche 15 mars 00h00, tous les commerces non essentiels des aéroports de Paris seront fermés jusqu’à nouvel ordre.

Ouverture des aéroports français, fermeture de terminaux :

  • aéroport de Biarritz Pays Basque : fermeture depuis le 23 mars jusqu’à nouvel ordre
  • aéroport de Beauvais : activité limitée, nombreux vols annulés
  • aéroport de Nice-Côte d’Azur : ouvert limitée au terminal 2
  • aéroport de Lyon Saint-Exupéry : transfert de tous les vols du Terminal 1 au Terminal 2 à l’arrivée comme au départ, depuis le lundi 23 mars, et jusqu’à nouvel ordre
  • aéroport de Toulouse-Blagnac : activité extrêmement réduite, nombreux vols annulés
  • aéroport de Brest Bretagne : ouverture de 7h30 à 12h30 (fermeture après l’arrivée du dernier vol)
  • aéroport de Bâle-Mulhouse : activité extrêmement limitée pour les vols commerciaux, aéroport ouvert pour le fret
  • aéroport de Nantes-Atlantique : la plupart des vols annulés

Fermeture des frontières et restrictions de voyage à l’étranger

La fermeture des frontières extérieures de l’Union européenne a été décidée par les dirigeants européens, lundi 16 mars 2020.

« Dès demain [mardi 17 mars] midi, les frontières à l’entrée de l’Union européenne et de l’espace Schengen seront fermées. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-européens et l’Union européenne seront suspendus pendant 30 jours, a annoncé Emmanuel Macron le 16 mars 2020. Les Françaises et les Français qui sont actuellement à l’étranger et souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays ».

En outre, la France figure sur la liste des pays les plus risqués dans de nombreux pays, pouvant conduire les autorités de certains pays :

  • à demander la présentation d’un certificat de test de dépistage au Covid-19
  • à placer les voyageurs en confinement pendant 14 jours (« quatorzaine »)
  • à fermer leurs frontières avec la France

En effet, de nombreux pays ont décidé de fermer leurs frontières, comme l’Allemagne vis-à-vis de la France depuis le 16 mars à 8 heures (sauf pour les travailleurs frontaliers, le retour de ressortissants français). Le 13 mars, le Royaume du Maroc a, en concertation avec les autorités françaises, décidé de suspendre les liaisons aériennes, maritimes et terrestres entre le Maroc et la France. Le 14 mars, Emmanuel Macron a annoncé l’organisation de vols pour rapatrier les Français se trouvant au Maroc.

Les informations sur les restrictions de voyage sont à suivre sur le site internet du Ministère des Affaires Étrangères.

Liste (non exhaustive) de pays ayant décidé de fermer toutes leurs frontières terrestres en Europe :

  • Allemagne avec 5 pays : France, Autriche, Suisse, Danemark et Luxembourg
  • Autriche avec l’Italie
  • Chypre
  • Danemark
  • Espagne
  • Lituanie
  • Pologne
  • Slovaquie
  • Slovénie

Trains et transports en commun

Les gares SNCF reste ouvertes  mais le trafic est réduit à 80% du trafic normal depuis le lundi 16 mars.

En Ile-de-France, le trafic est réduit sur les réseaux Transilien et RATP depuis le 17 mars sur les lignes suivantes :

  • RER A
  • RER B
  • RER C
  • RER D
  • RER E
  • trains de banlieue : lignes H, J, K, L, N, P, R, U
  • tramways T4 et T11
  • métros
  • bus

Sur certaines lignes, le trafic peut être interrompu en soirée. Les informations et prévisions de trafic sont actualisées chaque jour pour le lendemain à 17h00 sur le site transilien.com aux rubriques « Itinéraires » et « Fiche horaires ».

Confinement par régions, zones concernées

Le confinement de la population dans toute la France est désoraAvant les annonces d’Emmanuel Macron du 16 mars 2020, les mesures de confinement total ne concernaient que quelques zones ciblées en France.

Le confinement total à venir à Paris et/ou dans d’autres régions sont pour l’instant non confirmées ou démenties par les autorités.

Confinement dans l’Oise : quelles mesures et interdictions ?

Les mesures de confinement prises dans l’Oise (région Hauts-de-France) par arrêtés préfectoraux sont les suivantes :

  • interdiction de tout rassemblement collectif sur l’ensemble du département de l’Oise du dimanche 15 mars au mardi 31 mars 2020
  • fermeture de tous les établissements solaires de l’école maternelle au lycée, y compris l’accueil périscolaire, du lundi 9 mars au dimanche 22 mars 2020
  • fermeture des établissements et services d’accueil non permanent de jeunes enfants : crèches collectives, haltes-garderies, crèches parentales, jardins d’enfants, micro-crèches, maisons d’assistantes maternelles (MAM)
  • appel à la limitation des déplacements des habitants du département à ceux strictement nécessaires

Demeurent autorisés (au 12 mars 2020) :

  • la fréquentation des établissements d’enseignement supérieur (universités)
  • l’ouverture des crèches hospitalières
  • les déplacements quotidiens
  • les déplacements professionnels

Ces mesures ont été prises dans le cadre du placement de l’ensemble du département de l’Oise est en stade 2 renforcé. L’Oise est l’un des départements les plus touchés par l’épidémie.

Quelles mesures contre la propagation du coronavirus dans le Haut-Rhin ?

Les mesures prises par le préfet du Haut-Rhin pour limiter la circulation du virus SARS-COV-2 sont les suivantes :

  • interdiction de tout rassemblement de plus de 50 personnes en milieu clos du 6 au 19 mars 2020 inclus
  • fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées du 9 au 22 mars 2020 inclus
  • interdiction de visite des patients dans les hôpitaux et des résidents en Ehpad par les enfants mineurs du 6 au 19 mars 2020 inclus
  • interdiction de toute manifestation sportive (sauf entraînements et compétitions à huis clos) du 6 au 19 mars 2020 inclus
  • fermeture des piscines (sauf entraînements et compétitions à huis clos) du 6 au 19 mars 2020 inclus
  • interdiction des rassemblements publics à Bernwiller, Hésingue du 3 au 17 mars 2020 inclus
  • interdiction des rassemblements publics à Rustenhart du 5 au 18 mars 2020 inclus
  • interdiction des rassemblements collectifs dans l’enceinte de l’église évangélique « La porte ouverte chrétienne » à Mulhouse du 5 au 18 mars 2020 inclus

Coronavirus en Corse : les décisions prises par la préfecture

Les mesures de confinement prises pour le territoire de Corse par Franck Robine, préfet de Corse et de Corse-du-Sud, et François Ravier, préfet de Haute-Corse, en vigueur jusqu’au 15 avril 2020, sont les suivantes :

  • interdiction de tous les rassemblements de plus 50 personnes « dans des lieux où elles impliquent une promiscuité prolongée favorisant la transmission du virus » : cinémas, théâtres, salles de spectacles et de concert, palais des congrès, casino, salles de sport, discothèques
  • interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes dans les lieux de culte (églises, mosquées, synagogues)
  • interdiction des épreuves et manifestations sportives, sauf à huis-clos
  • fermeture des piscines, sauf pour les entraînements et compétitions à huis-clos

Ces mesures s’ajoutent à celles déjà prise sur toute l’île :

 

En complément des décisions prises hier soir, les mesures suivantes sont dès aujourd’hui applicables sur l’ensemble de la Corse jusqu’au 15 avril :

➢ interdiction de toutes les activités rassemblant du public dans des lieux où elles impliquent une promiscuité prolongée favorisant la transmission du virus : cinémas, théâtres, salles de spectacles et de concert, palais des congrès, casino, salles de sport, discothèques…dès lors qu’elles réunissent simultanément plus de 50 personnes. Cette interdiction ne s’applique pas à l’activité normale des commerces, des entreprises, des restaurants et des bars ;
➢ interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes dans les lieux de culte. Cependant, les cérémonies familiales (mariages, obsèques, baptêmes) pourront être maintenues en limitant le nombre de participants ;
➢ interdiction des épreuves et manifestations sportives sauf à huis-clos ;
➢ fermeture des piscines sauf pour les entraînements et compétitions à huis-clos ;

Les transports publics fonctionnent normalement mais les exploitants sont invités à porter une attention particulière aux mesures barrières et au nettoyage.

Ces mesures s’ajoutent à celles déjà en vigueur du jeudi 12 au dimanche 29 mars inclus :

  • fermeture de l’ensemble des établissements scolaires et des centres de formation des apprentis
  • fermeture des accueils périscolaires (garderie, demi-pension, accueils de loisirs, etc.)
  • fermeture des établissements d’accueil des jeunes enfants (crèches, haltes-garderies, jardins d’enfants, multi-accueils, etc.)

En outre, une interdiction des visites dans les Ehpad et les unités de soins de longue durée de santé (USLD) est prévue du jeudi 12 mars au mercredi 15 avril inclus.