Coronavirus et confinement avril-mai 2021 en France : quelles mesures face à l’épidémie de Covid-19 ?

Par Sixtine Escieaux
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Face à la menace toujours grandissante d’une troisième vague de l’épidémie de Covid-19 en France, Emmanuel Macron a notamment annoncé, le 31 mars 2021, que les mesures déjà mises en place dans 19 départements étaient étendues à l’ensemble du territoire métropolitain dès le 2 mai 2021, et pour quatre semaines. Le processus de déconfinement a démarré le 3 mai 2021.

Confinement et coronavirus, définition

Le confinement d’une personne consiste, au sens strict du terme et dans le cadre de l’épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19) arrivée en France en janvier 2020, à maintenir une personne à domicile :

  • atteinte personnellement du coronavirus
  • entrée en contact avec une personne testée positif au coronavirus (= cas confirmé) ou avec une personne suspectée d’être infectée
  • soumise à l’interdiction de la plupart des déplacements, sauf autorisation de sortie par dérogation
  • dans l’impossibilité de fréquenter un établissement recevant du public en raison de la fermeture d’une école, d’une crèche…

Qu’il soit total, local ou appliqué seulement le week-end, ou encore « léger », le confinement est la principale disposition prise par les autorités pour endiguer la propagation du virus SARS-COV-2 et de la maladie Covid-19 qu’il provoque.

On notera assez paradoxalement que « c’est le confinement qui provoque la circulation du virus », comme l’avait déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFM TV le 9 mars 2020. En faisant cette affirmation, Olivier Véran voulait en fait dire que c’est quand on se trouve dans un lieu confiné que l’on favorise la contagion, justifiant par exemple l’interdiction de certains rassemblements (concerts, rencontres sportives…) et la fermeture de certains lieux « à risque » de contamination (cinémas, bars, restaurants, salles de sport…), toujours en vigueur actuellement.

Confinement étendu, écoles fermées… : les principales annonces d’Emmanuel Macron

Lors d’une allocution télévisée diffusée le 31 mars 2021 à 20 heures, Emmanuel Macron avait annoncé aux Français un nouveau tour de vis pour faire face à la flambée de l’épidémie de nouveau coronavirus. Le président de la République, qui a lancé un appel à « la mobilisation de chacun pour le mois d’avril », a exposé de nouvelles mesures, parmi lesquelles un élargissement à toute la France métropolitaine des mesures de « freinage renforcé » en vigueur depuis la mi-mars dans 19 départements et la fermeture de tous les écoles pendant trois semaines.

Voici les principales annonces du chef de l’État :

  • une extension à l’ensemble du territoire métropolitaine des restrictions en vigueur depuis dans les 19 départements en vigilance renforcée, à partir du samedi 3 avril 2021 à minuit et pour quatre semaines (jusqu’au 2 mai 2021)
  • le maintien du couvre-feu sur l’ensemble du territoire à partir de 19 heures
  • attestation de déplacement dérogatoire obligatoire uniquement pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres autour de son domicile
  • autorisation des déplacements entre les régions durant le week-end de Pâques (samedi 3, dimanche 4 avril et lundi 5 avril 2021) pour « qui souhaite changer de région pour aller s’isoler », mais aussi pour « les Françaises et les Français de l’étranger qui veulent rentrer en France »
  • fermeture des commerces non-essentiels
  • « Le télétravail sera systématisé et j’appelle tous le employeurs et les télétravailleurs à y avoir recours à chaque fois qu’ils le peuvent », a lancé Emmanuel Macron
  • fermeture durant trois semaines (du 2 avril au 25 avril) des crèches, des écoles, des collèges et des lycées, avec un aménagement du calendrier scolaire durant cette période (voir plus bas)
  • les étudiants pourront, quant à eux, continuer s’ils le souhaitent, à se rendre à l’université pour une journée par semaine.
  • « Les parents qui devront garder leurs enfants, et qui ne pourront pas télétravailler, auront droit au chômage partiel »
  • prolongement des dispositifs d’aide en vigueur pour les salariés, les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises

Revivez en replay l’allocution télévisée prononcée par Emmanuel Macron le 31 mars 2021 (attention au larsen dans les premières secondes) :

ATTENTION : dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale le 30 avril 2021, le président Macron a dévoilé une sortie du troisième confinement en quatre étapes. Ce processus a été entamé le 3 mai 2021, et devrait en principe s’achever le 30 juin 2021.

Les départements soumis au « freinage renforcé » en avril-mai 2021

Lors de son intervention télévisée, le président Macron a indiqué qu’à compter du samedi 3 avril 2021 à minuit (et pour quatre semaines), l’ensemble du territoire métropolitain français se verrait appliquer les mesures de « freinage renforcé » pour lutter contre la progression de la propagation de l’épidémie de nouveau coronavirus dans le pays. Les départements et territoires d’Outre-mer (DOM-TOM) n’étaient pas concernés par cette extension nationale.

Ces mesures de restrictions supplémentaires étaient déjà en vigueur depuis la mi-mars dans 19 départements de métropole. Le 18 mars 2021, le premier Jean Castex avait d’abord annoncé la mise en place d’un confinement de quatre semaine minimum dans 16 départements à compter du 19 mars à minuit. Le 25 mars, le ministre de la Santé Olivier Véran avait indiqué que trois nouveaux départements s’ajoutaient à cette première liste, pour la même durée de quatre semaines et dès le 26 mars à minuit.

Le tableau ci-dessous indique la listes des 19 départements qui étaient soumis à un confinement dans le cadre des « mesures de freinage massives de l’épidémie » de Covid-19, avant l’extension des mesures à toute la métropole en avril 2021 :

Covid-19 : les départements soumis à un confinement en mars 2021
DépartementsDébut du confinementFin prévue du confinement
Aisne (02)20 mars 202117 avril 2021
Alpes-Maritimes (06)22 février 2021 (confinement partiel)
20 mars 2021 (confinement total)
17 avril 2021
Aube (10)27 mars 202124 avril 2021
Nièvre (58)27 mars 202124 avril 2021
Nord (59)20 mars 202117 avril 2021
Oise (60)20 mars 202117 avril 2021
Pas-de-Calais (62)6 mars 2021 (confinement partiel)
20 mars 2021 (confinement total)
17 avril 2021
Rhône (69)27 mars 202124 avril 2021
Paris (75)20 mars 202117 avril 2021
Seine-Maritime (76)20 mars 202117 avril 2021
Seine-et-Marne (77)20 mars 202117 avril 2021
Yvelines (78)20 mars 202117 avril 2021
Somme (80)20 mars 202117 avril 2021
Essonne (91)20 mars 202117 avril 2021
Hauts-de-Seine (92)20 mars 202117 avril 2021
Seine-Saint-Denis (93)20 mars 202117 avril 2021
Val-de-Marne (94)20 mars 202117 avril 2021
Val-d’Oise (95)20 mars 202117 avril 2021

Durée du confinement en France : pendant combien de temps ?

Les nouvelles mesures de confinement national, annoncées à la télévision le 31 mars 2021 par Emmanuel Macron, sont entrées en vigueur sur tout le territoire métropolitain à partir du samedi 3 avril à minuit, pour une durée de quatre semaines. Le confinement dans l’ensemble des départements français (hors DOM-TOM) a pris fin le dimanche 2 mai 2021.

Selon le calendrier de sortie progressive de confinement exposé par Emmanuel Macron dans la presse régionale le 30 avril 2021, cette date du 3 mai 2021 a bien été la première étape de la levée des restrictions de déplacement. Ces dernières doivent être totalement supprimées le 21 juin 2021, avec la fin du couvre-feu.

Les règles du nouveau confinement dans les départements concernés

Voici les règles qui s’appliquaient dans les départements soumis aux mesures sanitaires renforcées (avant la sortie progressive du confinement entamée le 3 mai 2021) :

  • fermeture générale des crèches, des les écoles (maternelles et élémentaires), des collèges et des lycées, avec réouverture en présentiel à partir du 26 avril dans les établissement du premier degré, puis dès le 3 mai dans ceux du second degré
  • maintien des concours et de l’accès aux universités en présentiel une fois par semaine
  • les lieux de culte restent accessibles dans les mêmes conditions (obligation pour les fidèles de laisser deux sièges de libres entre chaque personne ou « entité familiale » et de n’occuper qu’une rangée sur deux)
  • possibilité de se promener, de s’aérer ou de faire du sport en journée (avant 19 heures) dans un rayon de 10 kilomètres maximum autour de son domicile, sans limitation de durée, mais à condition d’être muni d’une attestation de déplacement (ce qui a changé depuis, voir plus bas).
  • interdiction des déplacements interrégionaux, sauf raisons impérieuse ou professionnelles
  • fermeture des commerces non essentiels, à l’exception des libraires et des disquaires (qui restent donc ouverts). Les rayons vendant ces produits culturels au sein des grandes surfaces sont autorisés à ouvrir.
  • ouverture autorisée des seuls commerces vendant des biens et des services de première nécessité (« Les restrictions de vente s’appliqueront aux mêmes produits, qu’ils soient vendus dans un commerce de grande surface, un commerce spécialisé ou un petit commerce de centre ville », a précisé Jean Castex le 18 mars 2021)
  • les entreprises et les administrations doivent d’instaurer « au moins quatre jours » de télétravail par semaine

À noter que le couvre-feu mis en place depuis le 16 janvier 2021 dans tout le pays reste en vigueur « selon les mêmes règles » que celles-appliquées à ce jour. En revanche, ses horaires sont appelés à évoluer d’ici sa levée totale prévue le 21 juin 2021. Actuellement, le couvre-feu court de 23 heures à 6 heures du matin.

Par ailleurs, les rassemblements de plus de dix personnes, en extérieur, sont interdits sur tout le territoire français. Toute infraction à cette règle, énoncée par le ministère de l’Intérieur, entraîne une verbalisation.

Attestation de déplacement obligatoire dans tous les départements confinés ?

Attestation dérogatoire de déplacement, le retour… ou presque. Entre le 3 avril 2021 – date qui marque l’entrée en vigueur d’un confinement national (hors DOM-TOM) de quatre semaines – et le 3 mai 2021 (première étape de la levée du confinement), les habitants de la métropole devaient justifier leurs déplacements à toute heure de la journée, comme lors des deux premières mises sous cloche de la population au printemps et à l’automne 2020.

Les habitants devaient remplir (sur papier) ou générer (sur smartphone ou tablette) une attestation pour leurs déplacements en journée.

Le téléchargement des autorisations officielles de sortie au format PDF s’effectue :

  • sur le site du ministère de l’Intérieur
  • depuis la page Info-coronavirus du gouvernement

L’attestation de déplacement dérogatoire « journée » et « couvre-feu » est téléchargeable depuis l’application mobile officielle TousAntiCovid.

Les habitants des départements concernés par le confinement avaient également la possibilité de télécharger en format PDF (cliquer ici) le nouveau formulaire d’autorisation de sortie en journée. Ce formulaire tenait compte des règles du nouveau confinement et des motifs de dérogation associés. Il était obligatoire de mentionner l’heure de début de sortie dans sa déclaration.

Inutile de se rendre sur d’autres sites officiels, comme Impots.gouv.fr pour télécharger ces déclarations. Même les sites Service-public.fr et ceux des préfecture renvoient vers le site du ministère de l’Intérieur pour télécharger le document. Une fois téléchargée, l’autorisation doit être imprimée puis remplie et signée.

ATTENTION : face à la complexité de la nouvelle attestation mise en ligne par le gouvernement, ce dernier avait finalement décidé de simplifier et d’alléger les règles relatives aux attestations dérogatoires à présenter en journée (entre 6 heures et 19 heures le soir) dans les départements sous confinement. La règle est la suivante :

  • pour tout déplacement dans un rayon de 10 kilomètres autour de son domicile en journée (entre 6 heures et 19 heures) : inutile de remplir ou de présenter une attestation dérogatoire de déplacement. En cas de contrôle, il suffit de produire un justificatif de domicile. À défaut de présenter un justificatif, il faut donc remplir l’attestation.
  • pour tout déplacement dans un rayon supérieur à 10 kilomètres autour de chez soi (à l’intérieur de son département ou pour des déplacements inter-régionaux) : une attestation et la justification du motif du déplacement sont obligatoires

ATTENTION : cette règle des 10 et des 30 kilomètres a été abolie le 3 mai 2021, date marquant le début de la levée progressive du troisième confinement..

À NOTER : une autre attestation est à présenter, comme sur l’ensemble du territoire national, pour tout déplacement durant les horaires de couvre-feu, à savoir entre 23 heures et 6 heures du matin (jusqu’au 21 juin 2021).

Confinement d’avril 2021 : les motifs dérogatoires de déplacement

Les motifs de déplacement autorisés dans les zones placées en confinement ont subi en avril 2021 quelques modifications par rapport aux épisodes de confinement précédents. La liste officielle des motifs dérogatoires figurait dans l’attestation (sur papier ou sous format numérique) à présenter en journée dans les départements concernés.

IMPORTANT :  pour les habitants des départements placés sous confinement, les déplacements en dehors de leur région restaient interdits, sauf s’ils étaient motivés par une raison impérieuse ou professionnelle. Il en allait de même pour les personnes qui se déplaçaient vers les régions et les départements soumis au confinement. Mais rien n’empêchait, a priori, les déplacements d’un département confiné à un autre le voisinant.

Comme l’a précisé le premier ministre Jean Castex le 18 mars 2021, les préfets pouvaient prendre leurs dispositions dans les départements placés sous confinement pour interdire la fréquentation de certains espaces publics. De même, les manifestations étaient susceptibles d’être interdites si leur organisation ne permettait pas de garantir le respect des gestes barrières.

À NOTER : depuis le 3 mai 2021, les restrictions de circulation en journée sont levées. En revanche, le couvre-feu national ne prendra fin que le 21 juin 2021 (au lieu du 30 juin, comme prévu initialement).

Confinement : les commerces autorisés à ouvrir

Le gouvernement avait publié la liste des commerces essentiels qui ont pu rester ouverts durant les quatre semaines de confinement en vigueur dans départements de métropole entre début avril et début mai. Cette liste s’allongeait un peu par rapport aux précédents confinements.

Étaient donc autorisés à ouvrir, dans les départements concernés par le troisième confinement, les commerces suivants :

  • entretien, réparation et contrôle techniques de véhicules automobiles, de véhicules, engins et matériels agricoles
  • commerce d’équipements automobiles
  • commerce et réparation de motocycles et cycles
  • fourniture nécessaire aux exploitations agricoles
  • commerce de détail de produits surgelés
  • commerce d’alimentation générale
  • supérettes
  • supermarchés
  • magasins multi-commerces
  • librairies
  • disquaires
  • coiffeurs
  • hypermarchés
  • commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé
  • commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé
  • commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé
  • commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé
  • commerce de détail de boissons en magasin spécialisé
  • autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé
  • distributions alimentaires assurées par des associations caritatives
  • commerce de détail de carburants et combustibles en magasin spécialisé
  • commerce de détail d’équipements de l’information et de la communication en magasin spécialisé
  • commerce de détail d’ordinateurs, d’unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé
  • commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé
  • commerce de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres en magasin spécialisé
  • commerce de détail de textiles en magasin spécialisé
  • commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé
  • commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé
  • commerce de détail d’articles médicaux et orthopédiques en magasin spécialisé
  • commerces de détail d’optique
  • commerce de détail d’aliments et fournitures pour les animaux de compagnie
  • commerce de détail alimentaire sur éventaires sous réserve, lorsqu’ils sont installés sur un marché, des dispositions du III de l’article 7
  • commerce de détail de produits à base de tabac, cigarettes électroniques, matériels et dispositifs de vapotage en magasin spécialisé
  • vente par automates et autres commerces de détail hors magasin, éventaires ou marchés n. c. a
  • hôtels et hébergement similaire à l’exclusion des villages vacances, maisons familiales et auberges collectives
  • location et location-bail de véhicules automobiles
  • location et location-bail d’autres machines, équipements et biens
  • location et location-bail de machines et équipements agricoles
  • location et location-bail de machines et équipements pour la construction
  • activités des agences de placement de main-d’œuvre
  • activités des agences de travail temporaire
  • réparation d’ordinateurs et de biens personnels et domestiques
  • réparation d’ordinateurs et d’équipements de communication
  • réparation d’ordinateurs et d’équipements périphériques
  • réparation d’équipements de communication
  • blanchisserie-teinturerie
  • blanchisserie-teinturerie de gros
  • blanchisserie-teinturerie de détail
  • services funéraires
  • activités financières et d’assurance
  • commerce de gros fournissant les biens et services nécessaires aux activités mentionnées à la présente annexe.
  • magasins de plantes et de fleurs
  • chocolatiers
  • cordonniers
  • concessions automobiles (uniquement sur rendez-vous)
  • visites de biens immobiliers

Invité sur RTL le 21 mars 2021, le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprise (PME), Alain Griset, avait indiqué que l’ouverture des commerces dans le cadre du nouveau confinement pourrait évoluer en cas d’« aberration ».

ATTENTION : la date de réouverture des commerces dits « non essentiels » a été fixée au 19 mai 2021. Depuis cette date, plus aucun commerce n’est fermé (y compris les centres commerciaux, les magasins de vêtements ou encore les instituts de beauté).

Écoles, collèges et lycées : le calendrier scolaire modifié d’avril 2021

Lors de son allocution télévisée du 31 mars 2021, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires (écoles, collèges et lycées) de métropole pendant trois semaines. Les cours se sont néanmoins poursuivis, soit en présentiel, soit en distanciel, en fonction des niveaux et d’un calendrier qui chamboule les dates des vacances de printemps. Les élèves de toutes les zones ont été en vacances simultanément durant deux semaines  (du 12 au 25 avril 2021).

Voici le nouveau calendrier scolaire (toutes zones confondues) pour le mois d’avril 2021 :

  • semaine du 6 au 9 avril 2021 (le lundi de Pâques est férié) : tous les élèves (école, collège et lycée) ont cours à la maison (distanciel), « sauf pour les enfants des soignants et de quelques autres professions qui étaient accueillis, de même que les enfants en situation de handicap »
  • du 12 au 25 avril 2021 : vacances de printemps pour tous les élèves français de toutes les zones confondues (pour rappel, ces vacances étaient initialement prévues du samedi 10 avril au dimanche 9 mai 2021)
  • rentrée des classes le 26 avril 2021 : semaine de cours en présentiel pour les écoles maternelles et les primaires, mais en distanciel pour les collèges et les lycées
  • semaine du 3 mai 2021 : les collégiens et les lycéens retournent physiquement dans leur établissement, « avec des jauges adaptées »

Non-respect du confinement : quelle sanction ?

À quelle sanction s’expose les personnes qui ne respectent pas les obligations imposées par le confinement ? L’absence de présentation d’une attestation dérogatoire de déplacement lors d’un contrôle expose les contrevenants à une amende forfaitaire de 135 euros.

Son montant peu montant à 200 euros en cas de récidive. Les plus obstinés encourent une amende de 3.750 euros et une peine de 6 mois d’emprisonnement en cas de trois infractions en l’espace de trente jours.

Ces sanctions sont identiques à celles qui s’appliquent au non-respect des règles du couvre-feu.

Covid-19 : 24 départements placés « sous surveillance renforcée »

Lors d’une conférence de presse organisée le 25 mars 2021, le ministre de la Santé Olivier Véran avait communiqué une liste des départements placés en « surveillance renforcée » du fait de la progression du nouveau coronavirus sur ces territoires. Ce sont 24 départements qui étaient dans le collimateur, en raison de leur situation épidémique particulièrement préoccupante à l’époque (plus de 250 cas pour 100.000 habitants).

La liste de 24 territoires qui étaient placés en « surveillance renforcée », avant l’annonce par Emmanuel Macron, le 31 mars 2021, d’une extension pour quatre semaines des mesures de restrictions supplémentaires à l’ensemble du territoire métropolitain à compter du samedi 3 avril, était la suivante :

  • Ain (01)
  • Alpes-de-Haute-Provence (04)
  • Hautes-Alpes (05)
  • Ardennes (09)
  • Bouches-du-Rhône (13)
  • Doubs (25)
  • Eure-et-Loir (28)
  • Gard (30)
  • Indre-et-Loire (37)
  • Isère (38)
  • Jura (39)
  • Loir-et-Cher (41)
  • Loire (42)
  • Lozère (48)
  • Marne (51)
  • Meurthe-et-Moselle (54)
  • Meuse (55)
  • Moselle (57)
  • Orne (61)
  • Savoie (73)
  • Haute-Savoie (74)
  • Var (83)
  • Vaucluse (84)
  • Yonne (89)

Des mesures spécifiques s’appliquaient dans ces départements :

  • les centres commerciaux non alimentaires de plus de 10.000 mètres carrés restent fermés (et non plus seulement 20.000 mètres carrés comme c’était le cas depuis fin janvier 2021).
  • le port du masque est obligatoire dans toutes les zones urbaines de ces territoires
  • les préfets peuvent interdire ou réglementer l’accès à certains sites très fréquentés les samedis ou les dimanches (les parcs ou les quais, par exemple)
  • les habitants de ces départements sont invités à ne pas quitter leur département ou leur région

Coronavirus : les dates des premiers confinements de la France entière

Hormis les épisodes de confinement partiel (toujours en cours dans certaines régions comme l’Île-de-France) et l’instauration de couvre-feu, qui ont conduit à des mesures limitées d’interdiction de déplacement des populations, la France a connu deux périodes de confinement total depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

Ainsi, la population française a été entièrement mise sous cloche (interdiction totale de se déplacer, sauf motif valable ou présentation d’une attestation dérogatoire) :

  • du 17 mars au 10 mai 2020 (premier confinement)
  • du 29 octobre au 15 décembre 2020 (deuxième confinement)
ARTICLES CONNEXES
Menu