Partagez
Share to Google

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de s’offrir des cadeaux mais pas seulement. Les repas, le soir du réveillon et le jour de Noël, sont également des incontournables. Foie gras, saumon, dinde ou encore bûche, les tables sont garnies... et la facture peut vite grimper. Voici 10 astuces pour un repas de Noël pas cher et bon !

Astuces pour un repas de Noel pas cher

Calculer son budget en amont et préparer son menu en conséquence
Calculer les quantités en fonction du nombre de personnes : rien ne sert de trop prévoir
Aller faire les courses avec une liste précise
Acheter les ingrédients au plus tôt
Acheter sur internet pour ses courses de Noël
Privilégier le fait-maison
Faire des concessions
Trouver du foie gras et des bûches pas chers
Changer des plats traditionnels un peu onéreux tout en étant original
Demander à ses proches de ramener une partie du repas

 Calculer son budget en amont et préparer son menu en conséquence

Cela peut paraître évident, mais c’est la première chose à faire pour ne pas trop dépenser pour son repas de Noël. Calculer un budget permet de se fixer des limites, et ainsi de ne pas dépenser plus que de raison. Si l’organisation est de mise, cela reste tout de même un repas de fêtes : ce budget doit pouvoir prévoir un ou deux achats imprévus, et donc être un minimum flexible.

Une fois la somme que l’on peut se permettre de dépenser déterminée, on élabore son menu de fêtes en conséquence. Cela permet de se rendre compte en avance des plats trop chers, et donc hors budget, et ainsi de faire des choix en accord avec son porte-monnaie.

 Calculer les quantités en fonction du nombre de personnes : rien ne sert de trop prévoir

On ne le rappelle plus : durant les fêtes de Noël, on mange... beaucoup ! Souvent, les invités ont déjà fait un repas de fêtes, généralement pas très diététique. Et si vous êtes le premier à recevoir, il ne faut pas oublier que généralement, lors des repas de fêtes, on aime mettre les petits plats dans les grands. Autrement dit, on prévoit une entrée, un plat, fromage et salade et puis dessert avant de passer aux friandises de Noël. Rien ne sert donc de servir des portions trop importantes. En général, on compte 100 grammes par personne pour l’entrée, 250 à 300 grammes de viande ou de poisson, et 100 grammes d’accompagnement. Ces portions sont évidemment indicatives : il y a des gros mangeurs et des plus petits estomacs. À adapter donc en fonction des convives. À titre indicatif :

- La dinde : en moyenne de 3 à 3,5 kg pour 8 à 10 convives
- Le chapon (jeune coq castré) : en moyenne de 2,5 à 3,5 kg pour 6 à 8 convives
- La pintade : 1,2 kg et 1,6 kg en moyenne pour 4 à 6 convives
- La poularde : 1,8 kg en moyenne pour 4 à 6 convives
- L’oie : 3 à 4 kg en moyenne pour 8 convives.

 Aller faire les courses avec une liste précise

Le budget, OK. Le menu, OK. Les quantités, OK. Il ne manque plus qu’à dresser une liste de courses avec seulement les ingrédients dont vous avez besoin pour réaliser vos recettes. Pas plus ! Cela permet non seulement d’éviter les achats compulsifs – et souvent inutiles –, mais aussi de ne pas trop acheter et de gâcher.

Pour éviter les tentations, mieux vaut se reporter souvent sur sa liste lorsque l’on parcourt les rayons, et surtout s’y tenir. Si vous avez peur d’acheter plus, ne prenez qu’une certaine somme pour régler vos courses. Enfin, pour les budgets serrés, il est conseillé d’étaler les achats de Noël sur plusieurs semaines, histoire de pas tout payer d’un seul coup.

 Acheter les ingrédients au plus tôt

Les grandes surfaces ont tendance à augmenter les prix des ingrédients et plats traditionnels de Noël à l’approche des fêtes : foie gras, saumon, volailles... Dans la mesure du possible, il peut donc être judicieux d’effectuer ces achats à l’avance, en achetant des conserves et des bocaux qui pourront, par exemple, servir d’accompagnement aux plats principaux. Mais pas seulement, le foie gras pouvant aussi être acheté en avance (en bocal stérilisé), puisque tant qu’il n’est pas ouvert, il peut se conserver plusieurs mois à l’abri et au sec.

Par ailleurs, s’y prendre à l’avance, c’est aussi éviter le stress des magasins bondés à quelques jours des fêtes.

 Acheter sur internet pour ses courses de Noël

Dans l’idée d’éviter les magasins bondés justement, pourquoi ne pas effecteur ses achats de Noël sur Internet ? Sites spécialisés ou plus généralistes, il est tout à fait possible de trouver les ingrédients nécessaires à son repas de Noël. Et surtout, à moindre coût. Par ailleurs, cela évite de dépenser plus que de raison, puisque vous ne croiserez pas les produits en tête de gondole dans les supermarchés. Avant toute commande, il ne faut pas oublier de vérifier l’authenticité du site internet et ainsi éviter les arnaques.

Attention simplement à deux points lorsque l’on achète sur internet pour Noël : les frais de livraison et surtout les délais. Les frais de livraison peuvent parfois atteindre une dizaine d’euros, voire plus si le colis est lourd. Pour les limiter, il peut être judicieux de faire une commande groupée, les frais de livraison étant souvent offerts à partir d’un certain montant. Quant aux délais de livraison, ça serait vraiment embêtant de ne pas recevoir sa dinde en temps et en heure...

 Privilégier le fait-maison

Les courses, c’est réglé. Maintenant, place à la pratique : en effet, cuisiner soi-même son repas de Noël reste un des meilleurs moyens de réduire les coûts et de maîtriser son budget. Certes, cela demande du temps, mais mettre son tablier en vaut la peine. Pour ne pas être sous l’eau le jour J, il est conseillé de faire certains plats à l’avance, par exemple ce qui sera servi en dessert ou à l’apéritif.

Si vous n’excellez pas en cuisine, pas de panique ! Il existe aujourd’hui de nombreuses recettes simples à réaliser disponibles gratuitement sur internet et des tutoriels vidéo pour guider les internautes pas à pas.

 Faire des concessions

Ce n’est pas une surprise, les mets de Noël ont un coût. C’est particulièrement le cas du foie gras, du saumon et des fruits de mer. Bonne nouvelle pour les amateurs de foie gras : après deux années de crise aviaire, qui avaient entraîné une forte baisse de la production et une forte hausse des prix, ce mets va faire son grand retour pour les fêtes en 2018. Côté budget : la hausse de devrait pas être spectaculaire, même si les produits seront un peu plus chers qu'avant la crise de 2015. Il faudra surveiller le prix du saumon, qui ne devrait tout de même pas atteindre les sommets de 2016 (il avait bondi de 30 à 40%), et celui des coquilles Saint-Jacques, qui était resté stable en 2017.

De toutes les manières, il peut être judicieux de choisir un de ces produits "haut de gamme" et de faire l’impasse sur les autres. Cela permet de se faire plaisir tout en respectant son budget.

Par ailleurs, si la dinde est un incontournable des tables de Noël, mieux vaut opter pour une pintade ou une poularde (moins chères) si vous n’êtes pas nombreux. Il est aussi possible d’opter pour un poulet qui permet d’autant plus de réduire la facture. Et côté goût, bien cuisiné, le résultat sera tout aussi satisfaisant !

Pour ce qui est des boissons, il existe aujourd’hui de bons champagnes à des prix raisonnables. Quant au vin, rien ne sert de prévoir une bouteille différente pour chaque plat. Prévoyez plutôt des vins qui s’adaptent aux divers plats que vous allez servir, histoire de limiter les quantités et donc le coût final.

 Trouver du foie gras et des bûches pas chers

Si vous ne souhaitez pas faire l’impasse sur les traditionnels mets de Noël, il existe quelques astuces pour les trouver moins chers. Pour le foie gras, l’acheter cru et le cuisiner soi-même ou encore se rendre directement auprès d’un producteur local afin de supprimer le coût des intermédiaires.

Pour la bûche, la faire soi-même permet de réaliser des économies non négligeables, comme l’acheter dans une petite boulangerie ou dans une fête d’école.

 Changer des plats traditionnels un peu onéreux tout en étant original

À l’inverse, pour ceux qui sont prêts à laisser de côté quelques plats traditionnels, il existe de nombreuses idées de recettes originales, moins coûteuses à réaliser, sans faire d’impasse sur le goût. Les sites spécialisés en cuisine fourmillent de centaines de recettes pour varier du traditionnel repas de Noël. Au lieu du foie gras, pourquoi ne pas privilégier des amuse-bouches plus légers à base de légumes ou fromage frais ou encore de la truite ou du maquereau fumé à la place du saumon en verrines pour réduire coût et quantités. Le site enviedebienmanger.fr propose de son côté plusieurs menus à moins de 12 euros par personne du plus au moins traditionnel.

Il est également possible de mixer plats traditionnels et plus originaux : par exemple, garder la dinde aux marrons en plat principal et proposer une entrée plus novatrice.

 Demander à ses proches de ramener une partie du repas

En France, pays de la gastronomie, on aime recevoir. Et on assume son rôle d’hôte particulièrement en période de fêtes lorsque l’on reçoit famille et amis à sa table. Toutefois, rien n’empêche de partager la réalisation du repas : papa et maman ramènent l’entrée, le frère le dessert et vous, vous gérez la cuisson de la dinde. Ce partage des tâches est aussi un bon moyen d’éviter à l’hôte de tout faire lui-même et de passer la majorité de son réveillon en cuisine, au lieu d’être avec ses proches.

A lire également : Repas, déco, cadeaux… astuces pour maîtriser son budget Noël 2018


     TAUX DE CRÉDIT IMMOBILIER 2018      

- Taux immobilier novembre 2018



                         FÊTES DE FIN D'ANNÉE                          

- Repas, déco, cadeaux... Noël à budget maîtrisé
- Champagne bon et pas cher
- Sapin de Noël moins cher
- Foie gras à prix léger
- Jouets pas chers

 

 

  • SUIVRE ToutSurMesFinances

 

 

newsletter