« Mon job, mon logement », une ancienne aide de 1.000 euros pour les jeunes salariés

Par Loic Farge
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

L’aide « Mon Job, mon logement », proposée par Action Logement, n’est plus disponible pour le moment. Elle visait à faciliter l’accès au logement des jeunes actifs et des salariés tout en favorisant le rapprochement entre le lieu de leur activité professionnelle et leur domicile. Conditions, montant, versement… Tout sur ce coup de pouce dont la distribution est désormais clôturée.

« Mon job, mon logement » : pour qui ?

L’aide « Mon job, mon logement », distribuée sous conditions par Action Logement (ex-1% patronal) entre juillet 2021 et octobre 2022, était principalement destinée :

  • aux jeunes actifs, aux salariés et aux alternants qui venaient de signer un nouveau contrat de travail (contrat à durée indéterminée, contrat à durée déterminée, alternance…)
  • aux demandeurs d’emploi de retour dans la vie active après une période de chômage
  • aux salariés qui souhaitaient déménager pour se rapprocher de leur lieu de travail ou de formation

Cette aide, qui a bénéficié à près de 110.000 salariés, n’est plus attribuée, avertit Action Logement. Elle s’inscrivait dans la suite de l’aide à la mobilité de 1.000 euros lancée par Action Logement en septembre 2019. « Mon job, mon logement » se voulait un prolongement de ce dispositif, avec un simple changement de critères du public susceptible d’y avoir droit.

Les conditions requises pour obtenir l’aide « Mon job, mon logement »

Les conditions relatives aux salariés

Pour pouvoir bénéficier de l’aide d’Action Logement, les jeunes actifs et les salariés devaient répondre à un certain nombre de conditions. Celles-ci variaient en fonction du profil des demandeurs.

En ce qui concerne tout d’abord les jeunes actifs, ils devaient :

  • être âgés de moins de 25 ans
  • avoir signé un contrat de travail dans les six mois précédant la demande de l’aide (cette condition ne s’appliquait pas aux alternants)
  • disposer d’un revenu compris entre 30% et 100% du Smic brut

Concernant les salariés qui signaient un nouveau contrat de travail (CDI, CDD ou contrat d’alternance) ou une promesse d’embauche, soit dans le cadre d’un changement d’emploi, soit dans le cadre d’un retour à l’emploi (après une période de chômage), aucune condition d’âge n’était requise. En revanche, ils devaient répondre aux conditions suivantes pour prétendre à la nouvelle aide « Mon job, mon logement » :

  • percevoir un revenu inférieur ou égal à 1,5 fois le Smic brut
  • respecter un délai maximum de trois mois entre la date d’effet du bail locatif et le début du nouvel emploi ou de la formation (autrement dit, le bail devait dater de trois mois au plus)

Enfin, les salariés qui désirent déménager pour se rapprocher de leur lieu de travail ou de formation devaient respecter les conditions suivantes :

  • toucher, au moment de la demande de l’aide, un revenu d’au plus 1,5 fois le Smic brut
  • le nouveau logement devait se trouver à 30 minutes maximum de leur lieu de travail ou de formation, mais aussi permettre d’utiliser les transports en commun pour effectuer ce trajet
  • disposer d’un bail locatif depuis moins de trois mois

Quels étaient les logements éligibles ?

Pour être éligibles à l’aide « Mon job, mon logement », les demandeurs devaient également répondre à des conditions relatives au nouveau logement.

Tout d’abord, le logement en question devait être situé en France métropolitaine ou dans les départements et région d’Outre-mer (Drom). Par ailleurs, il devait être la résidence principale du demandeur.

De plus, il fallait que le prétendant à la nouvelle aide d’Action Logement soit titulaire d’un bail (location vide ou meublée, colocation) signé depuis moins de trois mois au moment de la demande.

IMPORTANT : les logements situés dans les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (Crous) ne permettaient pas l’attribution de l’aide « Mon job, mon logement ».

Quel était le montant de l’aide ?

Avec « Mon job, mon logement », Action Logement proposait une aide d’un montant forfaitaire de 1.000 euros pour faciliter l’installation des actifs, et en particulier des plus jeunes, près de leur lieu de travail ou de formation. En d’autres termes, chaque bénéficiaire percevait 1.000 euros, quelle que soit sa situation.

ATTENTION : l’aide était octroyée dans la limite des fonds accordés par Action logement. Une fois atteint le montant maximum des enveloppes financières, l’aide n’était plus disponible. Une date limite du dépôt des demandes avait toutefois été fixée au 31 décembre 2022 inclus.

Comment vérifier si on était éligible : simulateur

Pour savoir rapidement s’il était éligible à l’aide « Mon job, mon logement », un jeune actif ou un salarié pouvait réaliser un test via le simulateur mis en place par Action Logement.

Une fois sur la page dédiée, plusieurs champs étaient à remplir pour mener à bien ce test d’éligibilité. Une fois sur la page d’accueil du site, le demandeur devait renseigner :

  • 1/ les informations relatives à sa situation professionnelle (alternant / entrant dans l’emploi / salarié / autre)
  • 2/ la date d’entrée dans le nouvel emploi (la date d’exécution du contrat, pour les alternants)
  • 3/ s’il était salarié d’une entreprise installée sur le territoire français (oui / non)
  • 4/ le secteur d’activité de son employeur à l’instant T ou futur (privé / public / agricole)
  • 5/ s’il travaillait ou allait travailler, dans une entreprise publique cotisante à la participation des employeurs à l’effort de construction (PEEC) / participation supplémentaire des employeurs à l’effort de construction (PSEEC) Action Logement (oui / non)
  • 6/ son salaire mensuel brut
  • 7/ si, dans le cadre de son changement de logement, il avait signé son nouveau bail de location de sa future résidence principale installée sur le territoire français
  • 8/ la date effectif du bail locatif

À l’issue de ce question, le simulateur indiquait au demandeur s’il pouvait avoir y droit ou pas (la raison principale du refus était indiquée). Le résultat d’éligibilité de ce test était donné à titre purement indicatif

Aide « Mon job, mon logement » : comment faire la demande ?

Comment demander l’aide « Mon job, mon logement » ? La procédure, qui est désormais close, se faisait directement depuis le site Internet d’Action Logement.

Une fois vérifiée son éligibilité à l’aide, le demandeur devait déposer sa demande en ligne avec les pièces justificatives demandées (relevé d’identité bancaire, bulletins de salaire, justificatif de bail locatif…).

Les demandes dûment complétées étaient à déposer le 31 décembre 2022 au plus tard. L’aide étant accordée dans la limite de l’enveloppe attribuée par Action Logement, l’aide était susceptible de ne plus être disponible avant cette date si l’ensemble des fonds avaient déjà été distribués.

Quand le versement de l’aide avait-il lieu ?

L’aide de 1.000 euros accordée au titre de « Mon job, mon logement » (qui n’est plus distribuée) était versée en une seule fois sur le compte bancaire indiqué par le demandeur (il fallait vérifier que ce compte était valide).

Dans le cas où une demande était réalisée avant la date d’effet du bail, le versement du coup de pouce était effectué une fois que le demandeur avait pris possession de son nouveau logement (après son entrée dans les lieux, donc).

Une seule aide était accordée par salarié ou jeune actif.

IMPORTANT : il va sans dire que l’aide était versée à son bénéficiaire sous réserve de l’acceptation en amont de sa demande, et donc de la validation de son dossier.

Les règles de cumul avec les autres aides au logement pour les jeunes salariés

Les demandeurs de l’aide « Mon job, mon logement » ne pouvaient pas prétendre à la recevoir s’ils avaient bénéficié auparavant :

  • de la précédente aide à la mobilité de 1.000 euros distribuée par Action Logement (accordée à compter du mois de septembre 2019)
  • de l’aide de 1.000 euros pour les jeunes actifs de moins de 25 ans (annoncée le 15 février 2021, et désormais indisponible)

L’aide « Mon job, mon logement » était notamment cumulable avec la garantie Visale proposée par Action Logement et avec les aides au logement versées par les CAF, telles que l’APL ou l’ALS.

Quelles alternatives à « Mon job, mon logement »

Si l’aide « Mon job, mon logement » n’est désormais plus distribuée par Action logement, d’autres aides peuvent être attribuées, à condition de remplir les conditions pour pouvoir en bénéficier.

Parmi ces aides alternatives à « Mon job, mon logement », on peut citer, par exemple :

  • les aides au logement, de type APL, ALF ou ALS (accordées selon la nature du logement et la situation familiale du demandeur)
  • l’aide Mobili-jeune, qui permet une prise en charge partielle du loyer des alternants de moins de 30 ans qui travaillent dans une entreprise du secteur privé

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu