Taxe d’habitation, taxe foncière : 60 milliards d’euros de recettes en 2020

Par Thibault Lamy
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

60,163 milliards d’euros : c’est le montant des recettes de taxe d’habitation et de taxes foncières au profit des collectivités locales en 2020. L’État ayant pris à sa charge une part croissante de taxe d’habitation, une majorité de contribuables n’a pas subi de hausse de fiscalité locale.

Taxes foncières et d’habitation pas touchées par la crise sanitaire

Les impôts locaux à la  charge des ménages ont connu une nouvelle augmentation en 2020. Les recettes cumulées de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), de taxe foncière sur les propriétés non bâties et de la taxe d’habitation (TH) ont cru de 1,9% l’an passé à 60,163 milliards d’euros, selon les données de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) publiées en juillet 2021 dans son rapport de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locales (OFGL). Cet accroissement est moins sensible qu’en 2019 (+2,9%). Mais ce total marque un nouveau record du produit d’impôts locaux perçu par les collectivités territoriales.

Dans le détail, les collectivités locales ont perçu :

  • 35,264 milliards d’euros au titre de la TFPB (+2,1%, contre +2,7% en 2019)
  • 1,106 milliard d’euros de TFPNB (+1,3%, contre +2,3% en 2019)
  • et 23,443 milliards d’euros de TH sur les résidences principales et secondaires (+1,5% après +3,3% en 2019).

« Le produit des taxes d’habitation et foncières a un peu moins augmenté, du fait notamment de la faible progression de la taxe d’habitation, liée au gel de ses taux dans le contexte de sa suppression progressive », souligne la DGCL, précisant que « ni les bases, ni les taux des taxes ménages n’ont été, par définition, touchés par la crise sanitaire ».

Effet du dégrèvement Macron

Toutefois, cette hausse n’est pas représentative des montants réellement payés par les ménages. L’État français a en effet pris à sa charge plus de la moitié (63,6%, contre respectivement 48,8% en 2019 et 34,3% en 2018) de la taxe d’habitation, pour un montant de 16,376 milliards d’euros, dont 13,692 milliards d’euros d’allègement dans le cadre de la réforme Macron et 5,6% des taxes foncières (soit 2,053 milliards d’euros).

Le phénomène devrait se reproduire en 2021 du fait de la mise en œuvre de la seconde phase de la suppression progressive de la taxe d’habitation sur les résidences principales, qui concerne 20% des ménages sur la période 2021-2023.

ARTICLES CONNEXES
Menu