Retraites : la génération 1957 va devoir cotiser 41,5 ans


Un décret publié le 15 décembre 2013 au Journal Officiel fixe à 166 le nombre de trimestres de cotisation requis pour les actifs nés en 1957 en vue de percevoir une retraite sans décote. Un nombre identique à celui déjà exigé pour les générations 1955 et 1956.

formulaires de retraite

 

La nouvelle était attendue, la voilà officialisée : comme les actifs nés en 1955 et en 1956, ceux nés en 1957 vont devoir justifier de 166 trimestres de cotisation, soit 41,5 annuités, pour bénéficier d’une retraite sans abattement, selon un décret paru le 15 décembre 2013 au Journal Officiel. Toutsurmesfinances.com, qui avait eu accès à un document confidentiel du Trésor, avait divulgué l’information dès le 18 juin 2013.

Lors de la présentation des grandes lignes de la réforme des retraites le 27 août 2013, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault l’avait indirectement confirmé en annonçant que l’allongement de la durée de cotisation de 41,5 ans à 43 ans d’ici 2035 prévue dans le projet de loi démarrerait à compter de 2020. Ce qui signifiait, en creux, que l’augmentation du nombre de trimestres pour percevoir une pension sans décote allait s’appliquer à partir de la génération née en 1958, l’âge légal de départ à la retraite étant fixé à 62 ans.

Un trimestre de plus tous les trois ans

Le gouvernement avait alors justifié la date de 2020 par sa volonté de ne pas pénaliser les seniors actuellement proches de la retraite. En fait, l’exécutif a choisi de suivre les traces de la loi Fillon de 2003. La réforme des retraites de François Fillon, alors ministre des Affaires sociales dans le gouvernement d’Edouard Balladur, a instauré un allongement de la durée de cotisation au rythme d’un trimestre supplémentaire tous les ans jusqu’à la génération née en 1955. Anticipant le ralentissement prévisible des gains d’espérance de vie, le texte a prévu qu’à compter de cette classe d’âge, un décret du gouvernement paraîtrait à chaque fin d’année, sur la base d’un avis émis par le Conseil d’orientation des retraites (COR), fixant le nombre de trimestres de cotisation requis pour une retraite à taux plein.

Or, les démographes ont montré que l’espérance de vie augmentait désormais plutôt au rythme d’un trimestre supplémentaire tous les trois ans. C’est d’ailleurs ce rythme, confirmé dans la réforme des retraites de 2010, qui a été pris en compte dans la réforme des retraites de 2013. Cette dernière va ainsi porter progressivement la durée de cotisation jusqu’à 172 trimestres. Les générations 1955 et 1956 devant justifier de 166 trimestres, il paraît logique, dans ces conditions, que celle née en 1957 cotise également 41,5 ans (chaque annuité comprend quatre trimestres).

172 trimestres à partir de la génération 1973

Pas de suspens, en revanche, pour les autres classes d’âge : le projet de loi sur les retraites, dont le vote solennel est programmé le 18 décembre 2013, prévoit 167 trimestres pour les actifs nés entre le 1er janvier 1958 et le 31 décembre 1960, 168 trimestres pour ceux nés entre le 1er janvier 1961 et le 31 décembre 1963, 169 trimestres pour ceux nés entre le 1er janvier 1964 et le 31 décembre 1966, 170 trimestres pour ceux nés entre le 1er janvier 1967 et le 31 décembre 1969, 171 trimestres pour ceux nés entre le 1er janvier 1970 et le 31 décembre 1972 et enfin, 172 trimestres pour les actifs nés à partir du 1er janvier 1973. Le gouvernement estime en effet qu’à compter de cette date, le « pic » du « papy-boom » sera passé et que l’équilibre démographique des régimes de retraite sera ainsi rétabli.

 

A lire aussi :

Réforme des retraites 2013 : les principales mesures selon les âges