Logement étudiant : « Se loger dans la petite couronne n’est pas un handicap »


INTERVIEW A l'occasion de l'ouverture du 2e Forum du logement étudiant organisé par le Crous de Paris, son directeur adjoint Jean-Luc Hembise dresse un tableau de la situation dans la capitale et livre ses conseils en matière d'hébergement universitaire.

crous, hembise, logement, etudiant

Comment expliquez-vous que seulement une demande de logement étudiant sur six déposée au Crous de Paris aboutisse ?

Le premier problème en matière de logement est le foncier. C’est particulièrement le cas pour la ville de Paris, qui est une capitale universitaire très importante pour un territoire modeste. De fait, les opportunités foncières y sont restreintes. La ville de Paris et le Crous se battent pour trouver des solutions auprès des différents opérateurs. L’Etat fournit d’ailleurs des efforts conséquents, la caserne Lourcine, boulevard Port-Royal, a par exemple été transformée en centre de vie étudiante par l’ancienne majorité. Six cents nouveaux logements ont ainsi été créés en plein cœur de Paris.

Cependant, la notion de territoire parisien ne permet pas d’atteindre les objectifs fixés en matière de logement étudiant, d’autant plus que la capacité d’hébergement par résidence est réduite. La construction de neuf nouvelles résidences universitaires permet seulement d’offrir 1.000 places supplémentaires à la rentrée 2012. Par conséquent, il faut trouver des solutions à l’extérieur. Les universités sont elles-mêmes dans cette logique de désengorgement de la capitale quand elles délocalisent certaines filières en périphérie. Ainsi le Crous de Paris travaille en étroite collaboration avec ses homologues de Créteil et de Versailles. Avec la qualité offerte par les transports en région parisienne, se loger dans la petite couronne n’est pas un handicap pour un étudiant.

« Un label créé pour garantir la qualité du logement et un loyer modéré »

Si l’action publique n’est pas suffisante, faut-il pour autant s’en remettre à l’offre privée de logements ?

Les offres de logement proposées par le Crous s’adressent principalement aux étudiants boursiers ou étrangers inscrits dans les universités avec qui des échanges réciproques ont été signés. Or le Crous n’a pas que vocation d’aider les étudiants boursiers, nous voulons offrir le maximum de solutions au plus grand nombre d’étudiants. La réalité du marché immobilier privé est connue de tous, il y a peu d’offres pour beaucoup de demandes. Le forum étudiant du Crous de Paris, qui ouvert ses portes mercredi pour 9 jours, doit jouer le rôle d’interface entre les propriétaires et les étudiants. Il faut amorcer un cercle vertueux en instaurant une relation de qualité entre les différents acteurs du marché. L’année dernière, un label a par exemple été créé afin de garantir à la fois la qualité du logement et un loyer modéré. Sur ce point, l’augmentation des loyers étudiants ne devrait pas excéder celle du coût de la vie. Dans cette logique, les loyers du Crous ont augmenté de 1,83% en 2012.

Quels sont les conseils que vous voudriez adresser aux étudiants qui cherchent un logement pour la rentrée universitaire 2012 ?

Pour ceux qui sont déjà à Paris, je leur conseille de venir nous voir. Les étudiants sont souvent perdus dans la recherche de leur logement, il y a finalement beaucoup de solutions mais trop peu d’informations. Le forum permet de synthétiser toutes les dimensions du logement étudiant et de rassembler les acteurs principaux au même endroit. D’une manière générale, je veux dire à ces étudiants de ne pas se décourager. Il faut qu’ils soient pugnaces.