Professions libérales : vendre son local avant sa retraite, une étape importante


INTERVIEW - Au moment du départ en retraite, un professionnel libéral souhaite souvent vendre ses locaux. Pour Jennifer Laurent, directrice générale de JT Patrimoine et Finances, cabinet en gestion de patrimoine et immobilière, des possibilités existent pour optimiser le bénéfice ainsi généré.

jennifer, laurent, retraite, professions, libérales

Toutsurlaretraite.com : Quelle est la meilleure manière de vendre son local de travail au moment de son départ en retraite ?

Jennifer Laurent : Tout d’abord, il faut s’y prendre en avance. La personne doit y penser deux ans avant sa retraite. Si elle vend sa cession d’activité après huit ans comme propriétaire, elle aura une exonération totale de sa plus-value immobilière. Par exemple, pour un cabinet acheté 100.000 euros, et revendu 200.000 euros, la plus value de 100.000 euros ira dans sa totalité au professionnel libéral.

Le taux d’imposition pour les plus-values immobilières est sinon de 34,5%. Entre cinq et huit ans, ce sera une exonération partielle. Entre cinq et six ans, l’exonération sur la plus-value immobilière sera d’un tiers. Entre six et sept ans, ce sera les deux tiers. Enfin, dans la septième à la huitième année, l’exonération sera totale. Pendant cette période de trois ans, ils ne seront pas exonérés des prélèvements sociaux. Le taux s’élève à 15,5%.

Si le professionnel libéral est propriétaire de son cabinet depuis moins de 5 ans, comment peut-il faire pour optimiser la vente de son local ?

Dans ce cas de figure, le plus intéressant pour lui est de monter une holding* pour faire entrer ses héritiers s’il en a. Le montage est un peu compliqué. Le professionnel libéral crée une société holding dont il doit être le principal actionnaire avec 51% des parts. Cela lui permet d’y intégrer ses héritiers.

Si elle est déjà associée avec un tiers, la personne devra créer une seconde holding pour y intégrer la précédente. Il faut mettre la société au nom de lui-même et de ses héritiers.

Quel est l’intérêt de cette démarche ?

Intégrer ses héritiers dans une holding permet de transmettre son patrimoine sans être trop imposé quand on est propriétaire de son local depuis moins de cinq ans. Cela évite la taxation sur la plus-value immobilière au moment de la revente, et limite les frais de succession. Tout comme il faut penser à la revente de son outil de travail deux ans avant de partir à la retraite, décider de créer une holding doit se décider en amont. Il faut compter environ deux ans également. Il est également préférable de mettre en place des placements financiers afin de bien préparer sa retraite, et de compléter ses revenus.

Cela change-t-il quelque chose si le professionnel libéral n’a pas tous les trimestres nécessaires pour son départ à la retraite ?

Non, cela ne change rien. La personne pourra racheter les trimestres qui lui manquent. Il n’est pas possible d’aller au-delà de douze trimestres, ce qui représente trois ans. Elle ne paiera aucun impôt dessus.

* Société ayant pour vocation de regrouper des participations et d’en assurer l’unité de direction.

Propos recueillis par Cécile Ferez