Partagez
Share to Google

La maîtrise de l’immigration et la redéfinition de l’Europe ne sont pas les seules priorités du programme présidentiel de Nicolas Dupont-Aignan (NDA) pour 2017. Le projet du président de Debout la France prévoit aussi de relancer le pouvoir d’achat, en baissant les impôts, et de lancer une grande réforme des retraites.

programme nicolas dupont aignant nda 2017

- Le programme "pouvoir d'achat" de Nicolas Dupont-Aignan, en bref
- Création du "travail universel", antithèse du revenu universel
- Mesures de relance du pouvoir d'achat
- « Contre-choc fiscal » au programme
- Délai de carence de 5 ans pour l'ouverture des droits sociaux des étrangers
- Famille : les propositions de Nicolas Dupont-Aignan
- Réforme des retraites
- Mesures diverses en faveur du porte-monnaie des Français

Le programme de Nicolas Dupont-Aignan pour 2017, en bref

Nicolas Dupont-Aignan (NDA) a recueilli près de 1,7 million de voix au 1er tour de l'élection présidentielle, soit 4,70% des suffrages exprimés (soit la 6ème position). Il a annoncé une alliance avec Marine Le Pen le 28 avril 2017, avant le 2ème tour. La restauration de la place de la France dans le monde, le rétablissement de la souveraineté des Etats en Europe et la maîtrise de l’immigration sont au cœur du projet politique défendu par Nicolas Dupont-Aignan dans le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2017. Mais le programme du président de Debout la France (DLF), qui se présente comme un patriote gaulliste, social, modéré et républicain, prévoit aussi un très grand nombre de mesures en faveur du pouvoir d’achat des Français.

Parmi les 700 mesures de son programme, on peut distinguer les suivantes :
- « Contre-choc fiscal » : baisse d’impôt sur le revenu et suppression de nombreuses taxes pour relancer la croissance économique par la consommation.
- « Travail universel » par opposition au revenu universel proposé par Benoît Hamon : obligation pour les allocataires du RSA (revenu de solidarité active) de consacrer une journée par semaine à des missions d’intérêt général, et davantage sur la base du volontariat.
- Réforme des retraites : mise en place, « pour les nouveaux cotisants », d’un système de retraite unique par points (mesure qui s’apparente au projet d’Emmanuel Macron).

Pour l'ex-candidat, dont la popularité et les intentions de vote dans les sondages ont monté après son clash lors du JT de TF1 (il a quitté le plateau du 20 heures le 18 mars avant de présenter son projet, pour protester contre l’absence des 6 « petits » candidats lors du premier débat présidentiel), son programme est « à la fois ambitieux, concret et solide ».

Création du "travail universel", antithèse du revenu universel

Nicolas Dupont-Aignan affiche sa volonté de « récompenser le travail », notamment en imposant une condition à l’octroi du RSA (Revenu de solidarité active). Qualifiant le revenu universel d’existence, la mesure-phare du candidat PS Benoît Hamon, d’idée « louable » mais surtout de « démagogie suprême rarement égalée », il propose de son côté d’instaurer le « travail universel » en vue de lutter contre l'assistanat.

« Il s’agit de faire effectuer par toute personne au RSA en état de travailler une journée hebdomadaire de mission d’intérêt général », explique-t-il dans son livre Mon agenda de président, 100 jours pour tout changer.

« Il y a tellement de tâches qui ne sont pas faites, qui ne pourront jamais être faites par le secteur marchand », justifie-t-il dans un meeting organisé à Paris, le 8 mars 2017. Pour NDA, il s’agit de favoriser la réinsertion des chômeurs, de les inciter à travailler en accordant une majoration du RSA aux allocataires effectuant « sur la base du volontariat » 2 ou 3 journées de missions d’intérêt général par semaine pour le compte d’une collectivité locale, d’une association ou de l’Etat. Cette majoration du RSA serait de l'ordre de 30% en cas de missions occupant l'équivalent d'un mi-temps. Inversement, le droit au RSA serait supprimé pour les personne refusant ces missions d'intérêt général.

Relance du pouvoir d'achat au programme de NDA

« Je ferai un choc de pouvoir d’achat pour relancer la consommation, pour que les Français puissent vivre dignement », a-t-il promis dans une interview vidéo accordée aux Echos, le 13 mars 2017. Au total, il entend rendre plus de 70 milliards d’euros au Français (chiffrage sur un an à l'horizon 2022) en prenant un ensemble de mesures.

« Je propose la revalorisation du salaire net en baissant les charges salariales progressivement, à mesure de la lutte contre la grande fraude fiscale et sociale, car je ne rase pas gratis », a-t-il affirmé durant sa réunion publique du 8 mars 2017. Précisément, il s’agit d’augmenter les salaires nets de 10% « sans peser sur les entreprises en diminuant les charges salariales de 30% ».

Dans son agenda présidentiel et s’il avait été élu à l’Elysée, il aurait, au 31ème jour du quinquennat, revalorisé l’allocation adulte handicapé (AAH) de 200 euros pour atteindre 1.008,46 euros. « Aucune personne en situation de handicap ne vivra sous le seuil de pauvreté », plaidait-il dans son livre-programme.

Autre promesse, la revalorisation des pensions perçues par les plus modestes, à raison de « 100 euros de plus par mois pour les 6 millions de retraités qui ont les plus petites retraites », soit environ 40% des retraités.

Enfin, il proposait une diminution de la pression fiscale, en particulier une baisse d’impôt sur le revenu (lire ci-dessous).

« Contre-choc fiscal » : baisse d'impôt sur le revenu de 10%

Le maire de la ville de Yerres dans l’Essonne veut appliquer un « contre-choc fiscal » pour « rendre aux Français les 60 milliards d’euros (sic) que François Hollande a volés (sic) à la Nation ». Précisément, la partie fiscale du plan de restitution du pouvoir d'achat aux Français porte sur 18 milliards d'euros annuels à l'horizon 2022.

Pour ce faire, il entend :
- Baisser l’impôt sur le revenu de 10% pour tous les Français imposables (moins d’un foyer fiscal sur deux)
- Supprimer les droits de succession jusqu’à 500.000 euros par enfant « pour que le travail d’une vie puisse être rendu aux enfants »
- Rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires.
- Renforcement de la réduction d'ISF pour les investissements dans les entreprises dont la production s'effectue à plus des deux tiers en France > En savoir plus : ISF : le programme des candidats à l’élection présidentielle 2017

Enfin, il a l’intention, comme Marine Le Pen, de supprimer le prélèvement à la source, « qui crée une paperasserie insupportable pour les PME et met fin à la confidentialité à laquelle tous les Français ont droit ».

> Plus de détails : le programme fiscal de Nicolas Dupont-Aignan pour 2017

Ouverture des droits sociaux aux étrangers au bout de 5 ans

C’est le 12 mars 2017, sur RTL et LCI, que Nicolas Dupont-Aignan a développé son idée d’instaurer un délai de carence pour l’ouverture des droits sociaux aux personnes qui n’ont pas la nationalité française.

« Je mets fin aux aides aux étrangers tant qu’ils n’ont pas travaillé 5 ans sur le territoire. Aucun citoyen, même de l’Union européenne, ne pourra prétendre à une aide sociale tant qu’il n’a pas travaillé 5 ans dans notre pays. […] On supprimera toutes les aides sociales sauf [celles touchant à] la santé aux étrangers tant qu’ils n’auront pas cotisé pendant 5 ans pour charger des droits », affirme-t-il. Pour NDA, « il faut que le monde sache que quand on vient en France, on respecte les lois de la République et on travaille ». Il entend ainsi mettre fin à « l’immigration de prestations sociales ».

Famille : les propositions de Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan propose plusieurs mesures en faveur du pouvoir d'achat des familles :

- rétablissement du plafond de l'avantage fiscal au titre du quotient familial à 2.336 euros par demi-part (contre 1512 euros actuellement)

- incitation à la mise en place par les entreprises de biens de consommation de cartes familles nombreuses (à l’image de celle de la SNCF)

- rétablissement du versement de la prime de naissance au septième mois de grossesse. Pour toute grossesse déclarée depuis le 1er janvier 2015, le paiement de la prime de naissance intervient désormais le deuxième mois civil suivant l'accouchement

- restauration du régime de « remise de principe d'internat » sur les frais de cantine dans l'enseignement secondaire (collège, lycée) accordées aux familles nombreuses, supprimée par l'article 27 du décret n° 2016-328 du 16 mars 2016. L'aide financière prévoyait une réduction de 20% du coût de la cantine scolaire pour 3 enfants, de 30% pour 4 enfants, de 40% pour cinq enfants et la gratuité pour 6 enfants. Ce principe s'appliquait aussi aux frais d'internat.

Réforme des retraites : vers un régime unique

Le candidat de Debout la France veut instaurer « un régime unique pour tous, à points, pour les nouveaux entrants sur le marché du travail ». En revanche, il annonce un maintien de l'âge légal de départ à la retraite et de la durée de cotisation « aux niveaux actuels ».

Parallèlement, il entend mener une « politique démographique et économique volontaire pour sauver le régime de retraite par répartition ».

Il propose enfin une série de mesures parmi lesquelles un assouplissement de la validation de trimestres pour les femmes de commerçants, d’agriculteurs et d’artisans, l’alignement du régime de retraite des parlementaires sur celui des salariés du privé et la création d’une retraite anticipée pour les parents de familles nombreuses en vue de soutenir la natalité. Il veut ainsi « permettre aux mères et aux pères de plus de 3 enfants ayant élevé leurs enfants jusqu’à leur majorité de partir à la retraite de manière anticipée selon un système à la carte ».

Note de l’auteur : cet article a été rédigé à partir de son projet pour l’élection présidentielle 2017 de 182 pages (disponible en version PDF imprimable sur son site Internet), de son livre Mon agenda de président, 100 jours pour tout changer (éditions Librio/Flammarion, prix public : 3 €), des discours tenus pendant ses meetings de campagne et de ses interventions dans les médias (TV et radios) et enfin d'échanges avec Alexis Villepelet, responsable du projet politique de Debout la France.

Mesures diverses du programme du candidat de Debout la France en faveur du pouvoir d'achat des Français

- Paiement des salaires tous les 15 jours afin de réduire les découverts des Français
- Dans le cadre d'un plan de renationalisation des autoroutes, NDA veut rendre gratuite la circulation sur les tronçons déjà amortis
- Gratuité des musées le dimanche pour les Français et les résidents en France (les touristes et les non-résidents n'y auraient pas droit)
- Passage du permis de conduire pris en charge par la collectivité pour chaque jeune dans le cadre d'un service national civique et militaire mixte de 3 mois obligatoire
- Plafonnement des frais de scolarité des étudiants
- Réduction des frais bancaires et lancement d'une « grande enquête de concurrence pour déterminer s’il y a entente entre les banques pour imposer des frais démesurément élevés par rapport à leurs coûts réels ».

Pour en savoir plus sur le programme des candidats à l'élection présidentielle 2017

> Nathalie Arthaud
- Nathalie Arthaud : le programme de Lutte Ouvrière pour 2017

> Philippe Poutou
- Philippe Poutou : le programme anticapitaliste du NPA pour 2017

> Jean-Luc Mélenchon
- Smic, retraites, fiscalité… le programme de Mélenchon

> Benoît Hamon
- Revenu universel, Smic, retraites… le programme de Hamon

> Emmanuel Macron
- Pouvoir d’achat, impôts, Sécurité sociale… Le programme de Macron pour 2017

> Jean Lassalle
- Jean Lassalle 2017 : son programme social, fiscal et financier pour l’élection présidentielle

> Jacques Cheminade
- Jacques Cheminade : Smic, retraites, impôts, son programme pour 2017

> François Fillon
- Pouvoir d’achat : les propositions de Fillon pour 2017

> François Asselineau
- François Asselineau : le programme du candidat UPR à l’élection présidentielle 2017

> Nicolas Dupont-Aignan
- Dupont-Aignan : fiscalité, pouvoir d’achat, retraite, son programme présidentiel pour 2017

> Marine Le Pen
- Marine Le Pen : salaires, retraites, impôts, le programme du FN pour 2017

A lire également
- Pouvoir d'achat : budget des Français, le bilan du quinquennat de François Hollande