Partagez
Share to Google

Le programme de Philippe Poutou, candidat du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) à l’élection présidentielle 2017, prévoit de porter le Smic net à 1.700 euros, la gratuité des soins de santé et la retraite à 60 ans. Passage en revue des idées d’extrême-gauche défendues par le seul candidat ouvrier du scrutin.

programme philippe poutou npa 2017

Philippe Poutou : les idées derrière le programme du candidat du NPA

Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l’élection présidentielle 2017, dont la candidature a été validée de justesse par le Conseil constitutionnel (avec 573 parrainages), défend sans surprise un programme de « rupture avec le capitalisme ».

Seul candidat ouvrier au scrutin présidentiel, Philippe Poutou assume le paradoxe d’y participer, tout en estimant que « ce ne sont pas les élections qui changent la vie, […] ce sont les mobilisations sociales » (interview vidéo sur MediapartLive, 22 février 2017). Pour l’anecdote, on notera que son programme prévoit ne plus ni moins la suppression de la fonction de président de la République et de ses « pouvoirs exorbitants ».

Sous le slogan « Nos vies, pas leurs profits », le syndicaliste CGT de l’usine Ford Europe de Blanquefort (Gironde) présente un ensemble de mesures radicales « pour en finir avec les injustices » et « construire une autre société » sans classes sociales, un projet qu'il qualifie parfois d'utopie.

Les principales mesures proposées par le porte-parole du NPA destinées à favoriser la vie de tous les jours des Français sont les suivantes :
- hausse générale des salaires avec un minimum à 1.700 euros par mois
- interdiction des licenciements
- partage du temps de travail entre toutes et tous, avec le passage à 32 heures hebdomadaires « sans diminution de salaire »
- gratuité des soins de santé et des services publics
- rétablissement de la retraite à 60 ans.

Pour financer son programme, il considère qu’il « faut s’attaquer à la classe dominante et prendre l’argent là où il est » en faisant « payer les riches, payer les capitalistes » (interview par Audrey Crespo-Mara sur LCI, 22 mars 2017). Pour opérer ce partage des richesses, il estime qu’il faut mettre à un terme à toutes les niches fiscales « qui ne profitent qu’aux plus riches » et en passer par l’expropriation.

Mais au-delà de la redistribution des richesses, le candidat anticapitaliste promeut « l’appropriation sociale des secteurs clés de l’économie » et la reprise de leur contrôle par la population.

Smic net à 1.700 euros et augmentation générale des salaires de 300 euros

Philippe Poutou appelle à l’instauration d’un salaire « qui permette à chacun de vivre dignement » en portant le salaire minimum à 1.700 euros contre un Smic net 1.151,50 euros depuis le 1er janvier 2017, soit une hausse de près de 50%. Y auraient également droit les jeunes en apprentissage et les étudiants en formation post-bac (« pré-salaire d’autonomie »). Parallèlement, il souhaite une augmentation « de tous les salaires » de 300 euros.

Le candidat d’extrême-gauche s’oppose vivement au revenu universel proposé par Benoît Hamon (PS), jugeant que le montant de 750 euros par mois visé à terme par le candidat socialiste n’est « pas décent, c’est même en-dessous du seuil de pauvreté ».

Philippe Poutou veut en outre mettre fin aux contrats à temps partiel imposés, aux contrats précaires, au statut d’autoentrepreneur (désormais nommé micro-entrepreneur).

Dans le même esprit, le « successeur » d’Olivier Besancenot exige l’interdiction des contrats précaires et des stages obligatoires non rémunérés (sachant que le versement d’une gratification par l’employeur ne devient une obligation qu’à partir de la 309ème heure).

Interdiction des licenciements et travail pour tous

Pour permettre à chacune et chacun « d’avoir un emploi », de « rendre le travail moins pénible » et de « disposer d’un temps de loisir », Philippe Poutou émet l’idée d’une réduction du temps de travail hebdomadaire à 32 heures « sur quatre jours sans perte de salaire » et à 30 heures pour les travaux pénibles. Il s’agit pour le NPA de partager le temps de travail, partant du principe que « 10 % de temps de travail en moins, c’est autant de chômeurs en moins ».

Parallèlement, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste désire instaurer « un CDI, un emploi statutaire pour toutes et tous ». Toujours sur le front de l’emploi, il plaide, comme l’autre candidate d’extrême-gauche Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), pour une interdiction des licenciements et des suppressions de postes. « Nous refusons que les entreprises puissent encore licencier ou supprimer des sites, que ce soit pour augmenter leurs profits ou pour les maintenir », estime Philippe Poutou dans son programme, ajoutant que les sociétés « qui détruisent des emplois doivent être réquisitionnées et mises sous le contrôle des salariés ».

Extension de la Sécurité sociale à l’indemnisation du chômage

Opposé aux logiques consistant à réduire le champ de la Sécurité sociale et à diminuer le coût du travail, le porte-parole du NPA défend au contraire « l’extension de la Sécu » à l’indemnisation du chômage (actuellement, elle compte quatre branches : maladie, famille, accidents du travail et retraite).

Dans le cadre de cette protection sociale élargie, Philippe Poutou propose une « garantie de rémunération » pour les salariés ayant une activité discontinue (saisonniers, intermittents du spectacle) et un revenu « au moins égal au Smic » pour tout travailleur « en dehors de l’emploi » et toute personne « dont l’état de santé ne lui permet pas de travailler ».

A la fin de la carrière professionnelle, cette Sécurité sociale doit permettre à chacun de cesser le travail après 37,5 annuités (soit 150 trimestres), à 60 ans maximum et 55 ans pour les travaux pénibles. Actuellement, l’âge légal de départ est fixé à 62 ans pour toute personne née à partir du 1er janvier 1955.

Remboursement à 100 % des frais de santé par l’Assurance maladie

Opposé par principe à la marchandisation de la santé, le représentant du NPA veut supprimer les assurances complémentaires santé. Partisan de la « gratuité intégrale des soins, en ville ou à l’hôpital », il se déclare en faveur du remboursement à 100% des frais de santé par la Sécurité sociale, assorti du tiers payant intégral (absence de toute avance de frais,) de la suppression des franchises médicales, du forfait hospitalier et de l’interdiction de tout dépassement d’honoraires.

De même, il milite en faveur de la gratuité de tous les frais de santé et d’appareillage des personnes en situation de handicap.

Gratuité des services publics au programme

Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste émet le souhait de permettre à chacun « d’accéder à la satisfaction de besoins essentiels indépendamment des richesses », en appliquant le principe « à chacun selon ses besoins (et non plus ses moyens) » via le développement de services publics « de proximité et de qualité, gratuits ou à très bon marché ».

Dans cette optique, Philippe Poutou aspire à :
- une généralisation de la gratuité des transports publics
- un accès à l’université gratuit (sans frais d’inscription) et sans sélection
- la mise en place d’une gratuité des « premiers kWh » d’énergie (gaz et électricité) et des « premiers mètres cubes d’eau indispensables » à la vie courante.

Autres mesures du programme 2017 du NPA touchant au patrimoine et au pouvoir d’achat

- logement : blocage des loyers de sorte à ce qu’ils ne dépassent pas 20% du revenu à terme, réquisition des logements et immeubles de bureaux inoccupés.
- handicap : pas de salaire ou de revenu en-dessous de 1.700 euros nets par mois
- rémunération des élus : fixation de l’indemnité au niveau du salaire moyen d’un ouvrier ou d’un employé (le programme du NPA évoque un montant de 2.300 euros brut par mois contre 2.100 à 2.200 euros selon les derniers chiffres de l’Insee basés sur des données de 2013).

Lire le programme des autres candidats à l'élection présidentielle 2017

> Nathalie Arthaud
- Nathalie Arthaud : le programme de Lutte Ouvrière pour 2017

> Jean-Luc Mélenchon
- Smic, retraites, fiscalité… le programme de Mélenchon

> Benoît Hamon
- Revenu universel, Smic, retraites… le programme de Hamon

> Emmanuel Macron
- Pouvoir d’achat, impôts, Sécurité sociale… Le programme de Macron pour 2017

> Jean Lassalle
- Jean Lassalle 2017 : son programme social, fiscal et financier pour l’élection présidentielle

> Jacques Cheminade
- Jacques Cheminade : Smic, retraites, impôts, son programme pour 2017

> François Fillon
- Pouvoir d’achat : les propositions de Fillon pour 2017

> François Asselineau
- François Asselineau : le programme du candidat UPR à l’élection présidentielle 2017

> Nicolas Dupont-Aignan
- Dupont-Aignan : fiscalité, pouvoir d’achat, retraite, son programme présidentiel pour 2017

> Marine Le Pen
- Marine Le Pen : salaires, retraites, impôts, le programme du FN pour 2017

A lire également
- Pouvoir d'achat : budget des Français, le bilan du quinquennat de François Hollande