Impôts 2015 : comment déclarer mes revenus UberPop


Tous les conducteurs UberPop sont dans l'obligation d'être auto-entrepreneurs. Concrètement, qu'est-ce que cela implique pour leur impôt sur le revenu ? Que doivent-ils déclarer ? Explications.    

impots-bareme-kilometrique-vieux

Des particuliers qui font ponctuellement office de taxi avec leur propre voiture. Voilà le concept d’UberPop, la formule low-coast lancée en février 2014 par le spécialiste américain des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) Uber. UberPop permet aux conducteurs ayant rejoint son réseau d’avoir un complément de revenus. Reste à savoir comment les particuliers doivent déclarer leurs revenus tirés de cette activité à l’administration fiscale.

UberPop repose sur un principe assez simple, à mi-chemin entre le taxi et le covoiturage. Les conducteurs qui rejoignent UberPop utilisent leur propre véhicule, qui doit être en bon état et âgé de moins de six ans. Pour effectuer une course, ils se connectent à l’application dédiée et se rendent disponibles pour une commande effectuée par un client au préalable. Ce dernier paye la course depuis son smartphone, celle-ci étant calculée selon un barème comme pour les taxis, Uber prend une commission et reverse le reste au conducteur. Comme le précise Uber sur son site internet, « les conducteurs uberPop n’effectuent pas de maraude, c’est-à-dire qu’ils ne sollicitent pas les passagers sur la chaussée, ce qui est réservé aux taxis », réfutant ainsi l’idée d’une concurrence déloyale.

Le service a en effet été la cible de nombreuses critiques depuis son lancement, émanant à la fois des chauffeurs de taxis et de certaines personnalités politiques, et a même été condamné en octobre 2014 à 100.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris pour « pratique commerciale trompeuse ».

Pour éviter tout souci supplémentaire, Uber a depuis novembre 2014 entrepris de faire passer l’intégralité des conducteurs UberPop au statut d’auto-entrepreneur. « Depuis mars 2015, il n’existe plus de chauffeurs UberPop qui conduisent sans être auto-entrepreneurs », confirme une source proche de l’entreprise. Le statut a l’avantage d’être « souple pour le conducteur et pour la société », reconnaît la même source.

Déclarer ses revenus en tant qu’auto-entrepreneur

Les conducteurs UberPop doivent déclarer leurs revenus comme n’importe quel auto-entrepreneur. Ils peuvent donc opter pour le paiement de l’impôt sur le revenu via un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL), si leur revenu fiscal de référence est inférieur à 26.420 euros. Avec le PFL, le taux d’imposition va de 1 à 2,2% et les revenus liés à l’activité de conducteur UberPop n’entrent pas dans les revenus « classiques » déclarés par le contribuable. Ceux qui choisissent cette formule devront entrer leur chiffre d’affaires dans la partie auto-entrepreneur située en première page (cases 5TA à 5VE) du formulaire de déclaration complémentaire de revenus dédié aux professions non salariées (2042-CK PRO).

Le PFL n’est cependant pas pertinent pour tous les auto-entrepreneurs, certains risquant de s’acquitter d’un impôt qu’il n’aurait pas eu à payer sans ce dispositif. Les auto-entrepreneurs peuvent donc également opter pour une imposition classique. Ils devront alors entrer le montant de leurs revenus tirés de leur activité dans la sous-partie « régime micro-entreprise » du formulaire 2042-CK PRO.

Dans les deux cas, l’auto-entrepreneur bénéficie d’un abattement fiscal important. Pour une prestation de service de type UberPop, il est fixé à 50%. Attention, l’auto-entrepreneur ne doit pas appliquer l’abattement lui-même mais indiquer son chiffre d’affaires brut dans le formulaire de déclaration.

 A lire aussi :
Les 12 astuces de la déclaration de revenus 2015
Airbnb, Housetrip : quels revenus dois-je déclarer ?