Plus d’un tiers des Français âgés de 55 à 59 ans n’ont pas d’emploi

Par Jean-Philippe Dubosc
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Selon la dernière étude de l’Insee, 36% des seniors étaient sans activité en 2011. Le taux de chômage dans cette classe d’âge a augmenté sous l’effet de la crise et de la fin de la dispense de recherche d’emploi.

chômage, senior

 

On savait que l’inactivité des seniors a tendance à s’aggraver. On en a aujourd’hui la preuve. Selon l’enquête « Emploi et salaire » de l’Insee parue ce 6 mars, dont les données s’achèvent en 2011, 36% des Français âgés de 55 à 59 ans – soit 1,4 million de personnes n’avaient pas d’emploi à cette date.
Le taux de chômage dans cette tranche d’âge a, il est vrai, fortement augmenté entre 2008 et 2011. Il a connu une hausse de 2,2 points durant cette période, alors qu’il a progressé dans le même laps de temps de seulement de 0,9 point chez les 60-64 ans.

Plus de seniors veulent travailler

La crise financière puis économique mondiale, qui a suivi la faillite de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, n’explique pas à elle seule le phénomène. Le relèvement, à partir du 1er janvier 2009, de l’âge de dispense de recherche d’emploi de 55 à 60 ans a beaucoup joué. « Les seniors sans emploi, auparavant dispensés de recherche, ont été plus nombreux à rechercher activement un emploi », observent les auteurs de l’étude.
Une personne de 55-59 ans sur six déclare ainsi vouloir travailler (une grande part de cette classe d’âge est en invalidité). Cette proportion a augmenté de 2,1 points entre 2008 et 2011, contre 1,2 point pour les 50-54 ans comme pour les 45-49 ans. 73,8% des 55-59 ans souhaitant travailler sont au chômage. Soit presque la même proportion que chez les 25-54 ans (76,1%).

Des victimes des licenciements

Parmi les 55-59 ans qui souhaitent travailler, 98% ont déjà exercé une activité professionnelle régulière. 54% de ces derniers travaillaient dans l’industrie, la construction ou le commerce alors que cette classe d’âge représente seulement 38% des postes occupés dans ces secteurs. Une forte part des 55-59 ans actifs sont, il est vrai, fonctionnaires. Or, il est très rare de perdre son emploi dans la fonction publique.
A ce titre, les licenciements constituent le premier motif de perte d’emploi chez les seniors. Toujours en 2011, 39% des 55-59 ans, souhaitant travailler et l’ayant déjà fait, étaient sans emploi suite à un licenciement, 26% suite à la fin d’emploi à durée limitée (CDD ou intérim), 11% à une rupture conventionnelle, 10% à une rupture consécutive à une maladie et 6% à une démission.

Augmentation du retour à l’emploi

Seule lueur d’espoir dans ce tableau bien sombre : le taux de retour à l’emploi des chômeurs âgés de 55 à 59 ans progresse, passant de 8% entre 2004 et 2008 à 11% entre 2009 et 2011. Parmi les 55-59 ans qui ont retrouvé un emploi en tant que salariés, 50% travaillent en CDD ou en intérim. « Il ne s’agit pas d’une spécificité liée à l’âge, puisqu’après 30 ans, entre 50 et 54% des personnes retrouvant un emploi sont en contrat temporaire », soulignent les auteurs.
56% des personnes de 55 à 59 ans, ayant retrouvé un emploi en tant que salariés, sont à temps partiel. La proportion est de 34% entre 30 et 34 ans. « Ceci s’explique d’une part par un effet d’offre de travail et d’autre part parce qu’avec l’âge, les personnes recherchent de plus en plus un emploi à temps partiel ». Ainsi, 23% des 55-59 ans recherchaient un emploi à temps partiel en 2011, contre 11% des 30-34 ans. Sans oublier les contrats aidés du secteur non marchand qui correspondent souvent à des emplois à temps partiel. Reste qu’au final, « on observe plutôt une tendance à l’augmentation du sous-emploi avec l’âge », conclut l’étude.

 

sur le même thème, consultez l’article : certains chômeurs de 59 ans vont pouvoir bénéficier de l’équivalent retraite

ARTICLES CONNEXES
Menu