AER, ATS, PTS : conditions, montant et versement


L'allocation équivalent retraite, l'allocation transitoire de solidarité et la prime transitoire de solidarité sont destinées aux demandeurs d'emploi qui n'ont pas encore l'âge pour pouvoir partir à la retraite mais qui disposent de tous leurs trimestres de cotisation. Conditions d'attribution, plafonds de ressources et montant de ces dispositifs.  

Il existe plusieurs aides destinées aux demandeurs d’emploi qui disposent de leur durée d’assurance (le nombre de trimestres de cotisation à la retraite exigé dans leur génération pour percevoir une pension de base sans décote), mais qui ne peuvent pas partir à la retraite car ils n’ont pas atteint l’âge légal de départ (l’âge minimum à partir duquel on peut liquider ses droits à la retraite). Ces dispositifs visent à compenser le fait que les chômeurs seniors ont très peu de chances de retrouver un emploi et que certains d’entre eux se retrouvent en grande difficulté financière car ils ont épuisé leurs droits aux allocations chômage.

C’est ainsi qu’a été créée en 2002 l’allocation équivalent retraite (AER). Cette aide a été supprimée en 2011, puis partiellement remplacée à compter de 2013 par l’allocation transitoire de solidarité (ATS). Cette dernière a, à son tour, été mise en extinction en 2015. La prime transitoire de solidarité (PTS) a pris la suite de l’ATS en 2015. Les détails de chacun de ces trois dispositifs.

L’allocation équivalent retraite (AER)

Si l’AER n’est plus attribuée depuis le 1er janvier 2011, elle continue à être versée à ceux qui en ont fait la demande au plus tard le 31 décembre 2010. Il faut distinguer l’AER de remplacement octroyée aux chômeurs quinquagénaires en fin de droits et l’AER de complément pour ceux qui disposent d’un faible indemnisation chômage.

Les conditions d’attribution

– Avoir moins de 60 ans au moment de la demande
– Justifier du nombre de trimestres de cotisation à la retraite requis dans sa classe d’âge pour percevoir une pension de base à taux plein, c’est-à-dire sans décote
– Etre inscrit à Pôle emploi
– Avoir épuisé ses droits à l’allocation d’aide de retour à l’emploi (ARE) et percevoir le revenu de solidarité active (RSA) ou l’allocation spécifique de solidarité (ASS) pour l’AER de remplacement
– Toucher une ARE dont le montant est inférieur au montant de l’AER (1.068 euros par mois) pour l’AER de complément.

Les plafonds de ressources et les montants de l’AER

Le montant de l’AER dépend de la nature de l’allocation (de remplacement ou de complément) et du niveau de ressources (hors allocations chômage, minima sociaux, prestations familiales, aides au logement et indemnités de stage). Les plafonds varient si l’allocataire vit seul ou en couple (mariage, PACS, concubinage).

A noter : à la suite de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, une aide exceptionnelle de 150 euros (majorée de 100 euros par enfant à charge) a été versée, en une seule fois, le 15 mai 2020 aux personnes modestes, dont les bénéficiaires de l’AER.

Plafond et montant de l’AER de remplacement

Le montant de l’AER est passé de 36,17 euros par jour à 36,50 euros par jour le 1er avril 2020, soit 1.095 euros pour un mois comptant 30 jours. Ce montant est ajusté en fonction des ressources.

Pour un bénéficiaire célibataire

Ressources mensuellesMontant mensuel de l'AER
Source : Service-public.fr
Inférieures ou égales à 657 euros1.095 euros
Entre 657 euros et 1.752 euros1.752 euros - les ressources mensuelles
Supérieures à 1.752 euros0 euro

 

Pour un bénéficiaire marié, pacsé ou en concubinage

Ressources mensuellesMontant mensuel de l'AER
Source : Service-public.fr
Inférieures ou égales à 1.423,50 euros1.095 euros
Entre 1.423,50 euros et 2.518,50 eurosSi pas de revenu : 2.518,50 euros - ressources,
Si revenu supérieur à 1.423,50 euros : 1.095 euros – ressources hors revenus du conjoint, partenaire de PACS ou concubin
Si revenu inférieur à 1.423,50 euros : 2.518,50 euros – ressources y compris revenu du conjoint, partenaire de PACS ou concubin
Supérieures à 2.518,50 euros0 euro

 

Plafond et montant de l’AER de complément

L’allocation complète les ressources du bénéficiaire (hors revenu du conjoint pour les couples) à hauteur de 1.095 euros par mois. Les plafonds de ressources sont les suivants :
1.095 euros de revenu mensuel pour une personne seule
2.518,50 euros de revenu mensuel pour un couple, dont moins de 1.095 euros pour le demandeur.

Versement de l’AER : date de paiement et revalorisation

L’AER est versée tous les mois par Pôle emploi à terme « échu », c’est-à-dire au début du mois suivant : par exemple, le versement du mois de juillet 2020 interviendra au début du mois d’août 2020.

L’allocation est revalorisée chaque année au 1er avril en fonction de l’évolution des prix à la consommation (hors tabac) publiés par l’Insee l’avant-dernier mois qui précède la date d’indexation. La dernière revalorisation (+ 0,9%) est intervenue le 1er avril 2020, appliquée au versement effectué au début du mois de mai 2020.

A noter : l’AER de remplacement se substitue à l’AER de complément une fois les droits aux allocations chômage épuisés.

L’allocation transitoire de solidarité (ATS)

L’ATS a été mise en place le 1er mars 2013. Le versement de l’allocation s’est arrêté le 30 juin 2015, les allocataires ayant tous atteint l’âge légal de départ à la retraite. Les anciens bénéficiaires perçoivent donc aujourd’hui une pension de retraite.

Les conditions d’attribution :

– Etre né entre le 1er janvier 1952 et le 31 décembre 1953
– Ne pas avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite
– Justifier du nombre de trimestres de cotisation à la retraite requis dans sa classe d’âge pour percevoir une pension de base à taux plein (sans décote), soit 164 trimestres pour les assurés nés en 1952 et 165 trimestres pour ceux nés en 1953.
– Avoir été indemnisé au 31 décembre 2010 au titre de l’ARE, de l’allocation spécifique de reclassement (ASR) ou de l’allocation transitoire professionnelle (ATP).

Les plafonds de ressources et les montants

Le montant journalier de l’ATS a été fixé à 35,09 euros en 2015, soit 1.052,70 euros pour un mois comptant 30 jours. Le plafond de ressources à respecter pour en bénéficier était de :
– 1.647,84 euros pour une personne seule
– 2.368,77 euros pour un couple.

Le versement

L’ATS était versée tous les mois par Pôle emploi à terme « échu ». L’allocation était revalorisée chaque année au 1er avril par rapport à l’inflation.

La prime transitoire de solidarité (PTS)

La prime transitoire de solidarité (PTS) a pris la suite de l’ATS. Elle est attribuée au titre des périodes débutant à compter du 1er juin 2015. Elle ne peut plus être demandée depuis le 31 décembre 2017. La PTS continue d’être versée aux demandeurs d’emloi qui ont en fait la demande avant cette date et qui ne sont pas partis à la retraite.

Les conditions d’attribution :

– Etre né entre le 1er janvier 1954 et le 31 décembre 1955
– Ne pas avoir atteint l’âge légal de départ à la retraite
– Justifier du nombre de trimestres de cotisation à la retraite requis dans sa classe d’âge pour percevoir une pension de base à taux plein (sans décote), soit 165 trimestres pour les assurés nés en 1954 et 166 trimestres pour ceux nés en 1955.
– Avoir été indemnisé entre 2011 et 2014 au titre de l’ARE, de l’ASR ou de l’ATP et avoir épuisé ses droits
– Percevoir l’ASS ou le RSA
– Avoir déposé une demande avant le 31 décembre 2017.

Le montant et le versement

La PTS s’élève à 300 euros par mois. Cette aide financière est versée par Pôle emploi. Le versement cesse une fois l’âge légal de départ à la retraite atteint.

A lire également :

Compte personnel retraite : un accès aux droits à la retraite en ligne