Déclaration de revenus 2019 : prestations que faut-il déclarer et comment ?

Partagez

Faut-il déclarer les prestations CAF ou les prestations compensatoires perçues au cours de l'année 2018 ? Quelles sont les cases à remplir ? Sont-elles soumises à l'impôt sur le revenu en 2019 ? Voici les prestations à indiquer sur sa déclaration de revenus et comment s'y prendre.

prestations et déclaration de revenus

 

 

1. Les prestations de la Caf
2. Les pensions alimentaires
3. La prestation compensatoire

Le terme « prestations » regroupe les prestations versées par la Caisse d'allocations familiales (Caf) comme les allocations familiales ou les aides au logement, mais pas seulement. Ainsi, aux yeux de l'administration fiscale, ce terme évoque également la prestation compensatoire attribuée lors d'un divorce à l'un des ex-conjoints et les pensions alimentaires versées aux ascendants (parents, grands-parents, ...) et/ou descendants (enfants).

Les prestations de la Caf non imposables

Les prestations versées par la Caf ne sont pas imposables et n'ont donc pas à être reportées sur votre déclaration de revenus. Cela concerne :

- Le revenu de solidarité active (RSA)
- Les allocations familiales
- Les aides au logement : APL, ALF, ALS
- La prime d'activité
- La prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE)
- L'allocation de rentrée scolaire (ARS)
- L'allocation adulte handicapé (AAH)
- Les autres aides sociales dédiées à l'accomgnement des familles dans la prise en handicap (AEEH par exemple)

Ainsi, le contribuable bénéficiaire n'a pas à indiquer ces prestations en cases 1AJ et 1AP sur sa déclaration de revenus 2042 K, sur papier ou en ligne.

Cependant, le contribuable doit dans tous les cas remplir sa déclaration de revenus puisque la Caf se base sur celle-ci pour attribuer les aides et prestations futures.

Les pensions alimentaires : déclaration 2019

Pension alimentaire versée à un proche

Les contribuables qui aident leurs parents, beaux-parents ou grands-parents en leur donnant un peu d'argent (frais de logement, de nourriture, de santé...) peuvent déduire ces pensions de leur revenu imposable. Et ce, que le proche concerné vive à son propre domicile, dans un établissement spécialisé ou chez le contribuable. Cependant, cela implique pour le parent qui perçoit ces sommes de les reporter sur sa propre déclaration de revenus. Autrement dit, cela gonflera automatiquement son revenu imposable.

Si le parent a son propre domicile, le contribuable peut déduire la totalité des sommes qu'il lui a versé pour subvenir à ses besoins tant qu'il justifie ces dépenses. Des factures doivent pouvoir être fournies au fisc. Rendez-vous dans la partie « Charges déductibles » de la déclaration de revenus papier ou en ligne pour reporter le montant de la pension en case 6GU ("Autres pensions alimentaires versées") du formulaire 2042 ou 2042 K. Même opération si le contribuable participe aux dépenses d'hébergement dans un établissement pour personnes dépendantes où vit son parent.

Enfin, « si vous avez recueilli sous votre toit un ascendant dans le besoin, vous pouvez déduire, sans justification, une somme forfaitaire de 3.445 euros par ascendant recueilli », indique le fisc dans sa brochure pratique 2018. Là encore, le contribuable qui déduit de ses revenus la pension versée doit la reporter en case 6GU.

Si la pension alimentaire est versée suite à une décision de justice, elle est à indiquer en case 6GP.

Pension alimentaire versée à un enfant majeur ou mineur

Il est possible de déduire de ses revenus la pension alimentaire versée à un enfant. S'il est mineur, le montant total peut être reporté sur votre déclaration de revenus, en case 6GU du formulaire 2042 K si vous versez la pension de votre propre décision ou sur décision de justice prise après 2006 ou 6GP pour les décisions de justice prises avant 2006. De son côté, le parent qui la perçoit devra déclarer cette pension.

A noter : la même démarche est admise pour une pension alimentaire versée à son ex-conjoint.

Il est également possible de déduire de son impôt une pension accordée à son enfant majeur dans la limite :
- de 5.888 euros (plafond 2018) s'il ne vit pas sous votre toit
- de 3.500 euros sans avoir à produire de justificatifs si l'enfant concerné vit à votre domicile et qu'il est sans ressources
- ou jusqu'à 5.888 euros (plafond 2018) si vous pouvez justifier les dépenses

Pour déclarer ces sommes, le parent redevable doit se rendre en cases 6EL, 6EM ou 6GI et 6GJ lorsqu'il s'agit de décision de justice prononcée depus le 1er janvier 2006.

Bon à savoir : les prestations versées à des personnes autres que ses parents, grands-parents, enfants, petits enfants orphelins ou votre ex-conjoint ne sont pas déductibles. Les bénéficiaires doivent obligatoirement les intégrer dans leurs revenus (cases 1AO à 1DO du formulaire 2042 K).

La prestation compensatoire 2018 dans la déclaration de revenus

Dans le cadre d'une prestation compensatoire versée par l'un des ex-conjoints à l'autre, il est possible pour le débiteur (celui qui paye) de bénéficier d'un avantage fiscal parmi les suivants :
- soit bénéficier d'une réduction d'impôt de 25% calculée sur une base maximum de 30.500 euros (plafond de versements pris en compte dans les 12 mois suvant l'exécution du divorce)
- soit déduire de son revenu imposable la prestation versée

Dans tous les cas, pour pouvoir bénéficier de la réduction d'impôt (ou d'une dispense de déclaration pour ce qui est du créancier, qui reçoit l'argent), il faut que le versement de la prestation compensatoire ait fait l'objet d'un jugement de divorce ou d'une convention de divorce homologuée par un juge.

Il est ainsi précisé dans le Bulletin officiel des finances publiques (BOFiP-Impots) que dans le cadre d'un divorce par consentement mutuel, « les sommes versées spontanément entre époux même suite à un accord passé par l'intermédiaire d'un avocat ou d'un officier ministériel ne sont pas déductibles du revenu global du débiteur ni imposables au nom du créancier, sauf lorsque le juge homologue ultérieurement ces mesures provisoires dans une décision de justice ayant acquis force de chose jugée ».

Mon ex-conjoint me verse une prestation compensatoire en capital ou en rente

Comment remplir sa déclaration de revenus quand on est créancier d'une prestation compensatoire ?

Quand on bénéficie d'une prestation compensatoire, la fiscalité applicable (et donc les cases à remplir) dépend de son mode de versement - en capital ou sous forme de rentes - et de la période de paiement, inférieure ou égale à 12 mois ou supérieure à 12 mois à compter « de la date à laquelle le jugement est passé en force de chose jugée »* (jugement purgé de tout recours possible). En effet, selon ces critères, le contribuable bénéficiaire est tenu ou non d'intégrer les sommes perçues dans son revenu imposable, et donc de les indiquer dans sa déclaration de revenus.

Déclaration de la prestation compensatoire versée en capital

Quelle case remplir dans le cadre d'un versement en capital de la prestation compensatoire ? Ce cas correspond au versement en une fois de la prestation compensatoire.

- Dans un délai égal ou inférieur à 12 mois ou en une seule fois : les sommes ne sont pas imposables et n'ont donc pas à être reportées sur la déclaration de revenus.

- Dans un délai supérieur à 12 mois : sur le même fonctionnement qu'une pension alimentaire, les sommes perçues sont imposables et donc à indiquer sur la déclaration de revenus.

Pour ce faire, le contribuable doit remplir à la ligne « Pensions alimentaires perçues » :
- sur le formulaire formulaire 2042 K les cases 1AO (déclarant 1), case 1BO (déclarant 2), et/ou 1CO et 1DO pour les personnes à charge
-
sur la déclaration en ligne les cases 1AO (déclarant 1), case 1BO (déclarant 2), de 1CO à 1FO pour les personnes à charge

A noter : Lorsque la prestation compensatoire est acquittée en un seul versement au-delà de la période de 12 mois suivant la date de la décision de justice, elle peut être considérée comme un revenu exceptionnel et être imposée selon le système du quotient (dispositif de lissage de l'imposition dans le temps, NDLR) si la condition relative à son montant est remplie. Dans ce cas précis seulement, il faut indiquer le montant de la prestation en case ØXX du formulaire 2042 K sur la ligne « Revenus exceptionnels ou différés » sans les intégrer dans les autres sources de revenus déclarées dans les autres rubriques de la déclaration. Il faut en outre indiquer la nature du revenu (prestation compensatoire en capital versée lus de 12 mois après la décision du juge) et sa qualité (revenu exceptionnel ou revenu différé)

Déclaration de la prestation compensatoire versée en rente

Dans le cadre d'un versement sous forme de rente, la prestation compensatoire est imposable pour le bénéficiaire. Ce dernier qui doit donc l'indiquer sur sa déclaration de revenus en cases 1AO à 1DO du formulaire 2042 K sur la ligne « Pensions alimentaires perçues » ou cases 1AO à 1FO pour la déclaration en ligne.

Je verse une prestation compensatoire

 Comment remplir sa déclaration de revenus quand on est débiteur d'une prestation compensatoire ?

Tout dépend du délai de versement :

- Egal ou inférieur à 12 mois : le versement de la prestation compensatoire ouvre droit à une réduction d'impôt égale à 25% du montant des versements effectués dans la limite de 30.500 euros pour l'ensemble des 12 mois.

Sur le formulaire 2042 RICI, le contribuable doit indiquer :
- en case 7WN le montant des sommes versées en 2018 (en exécution d'un jugement prononcé en 2018)
- en case 7WO le montant total des versements prévu par le jugement rendu en 2018 ou le montant total du capital reconstitué (en cas de conversion de la rente en capital).

En case 7WP, les sommes versées en 2018 au titre d'un jugement prononcé en 2017 sont à inscrire. Pour connaître le montant exact à notifier, il faut se reporter à son avis d'impôt sur le revenu 2017.

En cas de conversion d'une rente en capital, il faut reporter en case 7WM le montant du capital se substituant aux futurs arrérages de rente.

- Supérieur à 12 mois : c'est là encore le régime des pensions alimentaires qui s'applique : « Les rentes et les versements en capital effectués sur une période supérieure à 12 mois, à titre de prestation compensatoire sont assimilés à des pensions alimentaires », explique le fisc. Le débiteur a ainsi le droit à une déduction, sur le même principe que le versement d'une pension alimentaire.

Pour déduire cette somme de vos revenus, il faut indiquer le montant de la prestation versée en 2018 en case 6GP lorsqu'elle résulte d'une décision de justice avant 2006 ou en case 6GU si la prestation est versée spontanément ou sur exécution d'une décision de justice à compter de 2006.

Dans le premier cas, l'administration fiscale indique que « le montant déclaré ligne 6GP sera multiplié par 1,25 pour être déduit de votre revenu global » tandis que « la pension servie est déductible pour son montant réel » en case 6GU.

* Jugement exécutoire qui n'est pas susceptible de recours, soit parce que les recours ont été épuisés, soit parce que les délais sont expirés

 

Calendrier fiscal 2019

calendrier fiscal 2019 dates

Réseaux Sociaux