Le livret d’épargne, placement privilégié des retraités


Pour une majorité de retraités, les placements financiers servent davantage à mettre de l'argent de côté pour faire face à d'éventuelles difficultés qu'à transmettre un patrimoine à leurs enfants ou petits-enfants, d'après une étude du Credoc sur la culture financière des Français. Ils misent également plus sur le livret d'épargne que sur l'assurance vie.

placements, financiers, retraites, credoc, etude, livret, epargne, assurance, vie, patrimoine

Pour 46% des retraités, l’objectif des placements financiers est de « mettre de l’argent de côté en cas de coup dur », révèle une enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc). Pour 28% seulement, ces placements visent à transmettre un patrimoine à leurs enfants ou petits-enfants et pour 12% d’entre eux à disposer d’un complément de revenus.

Quant aux différents produits financiers, 84% des retraités détiennent un livret d’épargne. Cette proportion se situe dans la moyenne de la population (82%).

Le contrat d’assurance vie concerne davantage les retraités (67%) que les autres catégories de population : 63% pour les cadres et 57% pour les ouvriers par exemple alors que la moyenne se situe à 58%.

Les actions sont détenues par 24% des retraités contre 43% de cadres, 12% d’ouvriers et 16% d’indépendants, la moyenne de la population étant de 21%.

Une proportion à peu près équivalente (23%) détient des Sicav, des fonds communs de placements contre 30% de cadres. Ces deux catégories sont bien supérieures à la moyenne des Français, située à 16%.

Enfin, 14% des personnes ayant cessé leur activité professionnelle déclarent posséder des obligations contre 15% des cadres, 8% d’ouvriers, tandis que la moyenne s’établit à 11%.

Quand on leur demande pourquoi ils ne possèdent pas d’autres placements que leurs livrets d’épargne, 58% des retraités expliquent qu’ils n’ont pas assez d’argent, 24% qu’ils ont d’autres priorités comme les dépenses pour le logement, 7% qu’ils n’ont pas confiance dans les autres types de placements et seulement 2% des retraités affirment manquer d’information à ce sujet.

Parmi les facteurs qui les influencent pour leurs décisions financières, 72% des retraités s’appuient sur leur banquier ou leur conseiller financier, 16% sur les médias, 39% sur leur entourage, 20% sur leurs acquis scolaires et seulement 10% sur Internet.

En outre, ils sont 79% de retraités à avouer s’y connaître « plutôt mal » dans le domaine des placements financiers contre 66% de cadres et 88% d’ouvriers, la moyenne se situant à 80%.