Le ratio cotisants-retraités se dégrade dans le régime général


 

Le rapport entre les actifs et les pensionnés s’est encore détérioré dans la branche retraite de la Sécurité sociale. Selon les dernières statistiques rendues publiques le 24 septembre 2015 par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), on comptait en 2014 quelque 17,56 millions de cotisants au régime général (RG), le régime de retraite de base des salariés, contre 13,38 millions de retraités affiliés au RG. Soit un ratio de 1,31 actif pour 1 retraité. En 2013, le rapport était légèrement meilleur (1,33).

En réalité, cela fait des décennies que le ratio démographique du RG, de loin le plus important régime français de retraite (83,4% des retraités en 2014), se dégrade d’année en année. A titre de comparaison, il y avait 1,59 cotisant pour 1 pensionné en 2000, 1,88 en 1990, 2,68 en 1980, 3,80 en 1970 et 4,14 en 1960.

Les causes du phénomène sont connues : l’augmentation de l’espérance de vie combinée à une envolée du chômage qui se traduit par de plus en plus de personnes à la retraite et de moins en moins en activité. Un « effet ciseau » dévastateur pour les finances du RG sachant que, comme tous les régimes par répartition, les pensions des retraités sont financées par les cotisations des actifs.

A l’occasion de la présentation le 24 septembre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016, il a été indiqué que la branche vieillesse allait encore enregistrer un déficit de 600 millions d’euros en 2015. Grâce au recul de l’âge de départ à 62 ans et à l’absence de revalorisation des pensions due à la faible inflation, l’Assurance Retraite devrait enregistrer un excédent de 500 millions d’euros en 2016, 1 milliard en 2017 et 400 millions en 2018, avant de retomber sur une perte de 100 millions en 2019.