On vieillit moins bien à la campagne qu’en ville


Une étude du groupe de prévoyance agricole Agrica démontre que les difficultés du vieillissement sont plus importantes en milieu rural qu'en milieu urbain.

Les retraités de la ville sont en meilleure santé que les retraités de la campagne. Ce constat a été effectué lors d’une étude épidémiologique menée par le groupe de prévoyance agricole Agrica et portant sur 1 000 retraités agricoles.

Une plus forte dépendance

Premier constat, la dépendance est davantage présente à la campagne qu’en ville. « Alors que plus de la majorité de la population urbaine (51,5%) suivie dans l’étude se déclare totalement indépendante, seulement 32% des répondants vivant en milieu rural font le même constat » constate le rapport de l’étude.

Près de 45% des répondants se déclarent aidés par leur entourage dans les difficultés du quotidien (dans 58% des cas par le conjoint) et 29% affirment bénéficier d’une aide professionnelle.

Des maladies neuro-dégénératives plus fréquentes

Ensuite, 15,2% des participants de l’étude AMI (celle portant sur la population rurale), âgés de 75 ans et plus, souffrent de troubles neurodégénératifs contre 5,4% des participants de l’étude 3Cités (celle portant sur la population urbaine), et 12,1% dans l’étude Paquid (autre étude menée sur population mixte urbaine et rurale).

Les personnes diagnostiquées par le médecin de l’étude rurale « sont en moyenne plus âgées, moins éduquées, très dépendantes et plus exposées au risque de malnutrition que les personnes vivant en ville : 54% contre 12%. Elles souffrent également plus souvent de la maladie de Parkinson (16% contre 1,6%), sont plus déprimées (26% contre 9%) et très fréquemment atteintes de déficiences visuelles (80% contre 42%) ».

L’étude porte sur 1 000 retraités agricoles

Lancée en 2007 auprès de 1 000 retraités agricoles, l’étude épidémiologique AMI (Agrica, MSA, IFR99) est « le premier et unique programme de recherche mené sur le vieillissement en milieu rural et agricole ».

Cette étude conduite par le Professeur Dartigues, neurologue et spécialiste en santé publique à l’Université Bordeaux 2, Centre de Recherche Inserm U897, propose une analyse sur 5 ans et met l’accent sur le vieillissement cérébral (maladie d’Alzheimer) et fonctionnel (dépendance). Son objectif est d’identifier les spécificités et les inégalités de santé entre le milieu rural et le milieu urbain.