Les frais réels déductibles pour la déclaration de revenus


L'option pour la déduction des frais réels lors de la déclaration de vos revenus vaut le coup si vous estimez que l'abattement forfaitaire de 10% ne couvre pas l'ensemble de vos dépenses professionnelles. Quels sont ces frais déductibles ? Comment les déclarer ? Mode d'emploi.  

Frais réels ou forfait ?
Frais de transport déductibles
Frais de repas
Autres frais réels déductibles
Justificatifs à conserver
Inconvénients de la déduction des frais réels

Frais réels ou forfait ?

Chaque année, certains contribuables optent pour la déduction des frais réels dans leur déclaration de revenus (formulaire 2042) de l’année précédente. Pour effectuer le bon choix, il convient de savoir si les frais professionnels engagés dépassent le montant forfaitaire de 10% des revenus en comparant les abattements dans les deux cas.

Si les frais de transport, de nourriture et de nombreuses autres dépenses sont déductibles de vos revenus, il ne faut cependant pas oublier que ces abattements sont octroyés sous conditions. Ainsi, cet avantage fiscal, réservé aux salariés, est accordé si les dépenses sont :
– engagées pour acquérir ou conserver vos revenus professionnels
nécessitées par votre activité
– payées l’année précédant la déclaration de revenus
– justifiées

Les frais de transport déductibles

Barème kilométrique

Lorsque vous utilisez un véhicule (automobile, moto), que vous en soyez propriétaire ou non, vous pouvez déduire de vos revenus imposables les dépenses engagées selon deux options. Vous pouvez appliquer à ces frais le barème kilométrique fourni chaque année par l’administration fiscale. Ce barème prend en compte la dépréciation du véhicule, les frais d’achat des protections (casque, …), de réparation et d’entretien, les dépenses de pneumatiques, de carburant et les primes d’assurance.

Depuis l’imposition des revenus de 2012, l’avantage du barème kilométrique est plafonné à celui des véhicules de 7 CV. Les frais de péage, garage, parking, parcmètre peuvent ensuite être ajoutés aux frais calculés à partir du barème kilométrique.

Montant réel

Vous pouvez également choisir de déduire directement les dépenses effectuées pour leur montant réel, sans appliquer les coefficients du barème. Précision, en cas d’option pour ce mode de déduction, sachez que les frais autres que ceux de péage, garage, parking, parcmètre sont plafonnés au montant que vous auriez obtenus avec le barème. Dans ce cadre, on peut utiliser le barème des frais de carburant pour évaluer les dépenses à la pompe au titre de l’utilisation d’un véhicule personnel pour son activité professionnelle.

Trajets domicile-travail

Les frais de transport engagés pour effectuer des trajets entre votre domicile et votre lieu de travail sont déductibles de vos revenus dans une certaine limite. Ainsi, lorsque la distance domicile-travail n’excède pas 40 kilomètres (km), l’intégralité du kilométrage peut être prise en compte dans la déclaration de vos frais réels.

Inversement, lorsque cette distance est supérieure à 40 km, soit 80 km aller-retour, seul ce kilométrage peut être pris en considération. Toutefois, certains cas de figure, comme des difficultés à trouver un emploi près de votre domicile, le fait que votre conjoint exerce son activité professionnelle près de chez vous, votre état de santé ou celui d’un des membres de votre famille, ou encore la précarité de votre emploi, permettent de prendre en compte les kilomètres supplémentaires.

En règle générale, vous ne pouvez déduire qu’un seul aller-retour par jour, sauf, encore une fois, circonstances particulières. L’administration fiscale cite ainsi les problèmes personnels de santé, « l’existence au domicile de personnes nécessitant votre présence » ou encore des horaires de travail « atypiques ».

Les frais de nourriture : repas hors domicile

Autre poste de consommation qui grève les budgets des foyers, les dépenses de nourriture peuvent être déduites de vos revenus. Il vous est possible de réduire ces frais que vous puissiez ou non profiter d’un mode de restauration collective sur votre lieu de travail ou à proximité. Dans tous les cas, vous devez déduire les frais qui dépassent le montant d’un repas pris à votre domicile, fixé à 4,75 euros pour la déclaration des revenus de 2017. « Dans tous les cas, vous devez déduire des frais de nourriture la participation de l’employeur à l’acquisition de titres-restaurant », explique l’administration fiscale.

Si vous ne disposez pas d’un mode de restauration collective, vous pouvez :
– si vous avez les justificatifs, déduire la différence entre le prix payé et celui du repas à domicile (4,75 euros en 2017)
– si non, ces frais supplémentaires sont automatiquement évalués au montant revu chaque année par le fisc (4,75 euros en 2017)

En revanche, si vous disposez d’une cantine ou d’un autre mode de restauration collective, vous pouvez, avec les justificatifs nécessaires, déduire la différence entre le prix du repas payé et celui du repas à domicile.
 

Liste des autres dépenses concernées

Les frais de transport et de nourriture ne sont pas les seules dépenses déductibles. Peuvent également entrer dans cette catégorie les frais :
– de voyage ou de déplacement professionnel
– de vêtements spécifiques à la profession
– supportés lors d’un changement de résidence pour obtenir un nouvel emploi, excepté les dépenses de réinstallation du foyer
– de documentation professionnelle
– de stage de formation professionnelle dans le cadre de votre activité ou comme demandeur d’emploi régulièrement inscrit auprès du service compétent
– engagés pour obtenir un diplôme ou une qualification permettant l’amélioration de votre situation professionnelle ou l’accès à une autre profession
– payés pour l’utilisation professionnelle d’un bureau ou d’un local spécifique nécessaire à votre activité, lorsqu’il ne vous est pas fourni par votre employeur
– de double résidence lorsque vous et votre conjoint travaillez dans des lieux éloignés l’un de l’autre, sans pouvoir y remédier

A ces frais doivent être ajoutées les cotisations syndicales, qui lorsque vous optez pour les frais réels, n’octroient pas de crédit d’impôt. Elles peuvent seulement être réintégrées aux frais déductibles des revenus.

Conserver les justificatifs

Si vous optez pour la déclaration des frais réels, vous devez joindre à votre déclaration la liste de ces dépenses, détaillée sur papier libre. Depuis la déclaration des revenus de 2012, les justificatifs n’ont plus à être adjoints au formulaire 2042. Toutefois, ces pièces justificatives sont à conserver au minimum trois années, l’administration fiscale pouvant vous les demander pour prouver votre bonne foi.

Inconvénients de l’option pour les frais réels

Opter pour la déclaration des frais réels et leur déduction n’octroie pas que des avantages. Outre la perte du crédit d’impôt pour les cotisations syndicales, ajoutées toutefois à vos dépenses déductibles, vous devez ajouter à vos salaires imposables la totalité des allocations et remboursements pour frais d’emploi versés par votre employeur. A ce titre, la mise à votre disposition d’une voiture pour vos déplacements professionnels constitue un avantage à réintégrer dans ves revenus d’activité. « Aussi, le fait que le montant de la déduction de 10 % soit inférieur à la déduction de vos frais réels ne veut pas forcément dire que cette dernière solution est plus avantageuse », prévient l’administration fiscale.
 

Chaque membre du foyer peut choisir son mode de déduction des frais professionnels
Si votre foyer fiscal est composé de plusieurs personnes, sachez que chaque membre peut opter pour le mode de déduction qui lui est le plus favorable. Ainsi, vous pouvez très bien choisir la déduction des frais réels et votre conjoint opter pour la déduction forfaitaire de 10%. Vous communiquerez la liste de ces frais sur papier libre en inscrivant dans la case 1AK ou 1BK le montant de ces dépenses. Votre conjoint n’aura quant à lui rien à déclarer, le calcul de la déduction forfaitaire étant automatique.