Retraites : un simulateur basé sur les données de carrière


L'Agirc-Arrco propose un outil de simulation en ligne des pensions qui intègre les informations individuelles collectées par les principaux régimes de retraite.    

Le simulateur Agirc-Arrco est basé sur les données des principaux régimes de retraite

En quelques clics, les actifs peuvent désormais avoir un aperçu assez fiable de leur future retraite. L’Agirc-Arrco a lancé le 9 mai 2016 un nouveau simulateur en ligne des pensions particulièrement performant et facile d’utilisation. Cet outil ne divulgue pas seulement le montant estimé des retraites complémentaires Arrco (pour tous les salariés) et Agirc (pour les seuls cadres), mais également celui de la retraite de base. L’internaute dispose ainsi d’une estimation de sa future pension globale.

Le montant affiché est d’autant plus crédible qu’il s’appuie sur les véritables données de carrière recueillies par les caisses de retraite. Pour utiliser le simulateur, il faut d’abord se créer un compte personnel en précisant ses nom, prénom, date de naissance et numéro de Sécurité sociale. Après avoir entré le code de vérification affiché sur l’écran, l’internaute doit remplir un questionnaire rapide dans lequel il doit mentionner son adresse postale et son adresse électronique. Il reçoit ensuite par mail un lien d’activation de son compte, puis un code confidentiel.

Outil inter-régimes

Il peut alors utiliser le simulateur. Intérêt de la manœuvre : l’outil prend ainsi en compte les données collectées par les régimes de retraite auxquels a été ou est actuellement affilé l’internaute. Le simulateur Agirc-Arrco communique avec les principaux la quasi-totalité des régimes, y compris ceux du secteur public.

La catégorie « active » (militaires, policiers, gardiens de prison, aides-soignants…) de la fonction publique, qui bénéficie d’âges de départ à la retraite particuliers, est également intégrée. Même les principaux régimes dits dits « spéciaux » (SNCF, RATP, entreprises du secteur de l’énergie et du gaz, marins, mineurs, ouvriers d’Etat, clercs et employés de notaire, personnel naviguant de l’aviation civile, Banque de France, Comédie française, Opéra de Paris) sont pris en compte.

L’internaute doit renseigner les données dont ne disposent pas les caisses de retraite. A savoir : sa situation personnelle du moment (célibataire, marié, pacsé, en union libre, divorcé, séparé, veuf), le nombre d’enfants, son statut professionnel actuel, son taux d’activité et son salaire mensuel (en brut ou en net). Le nombre de trimestres de retraite requis dans sa classe d’âge pour percevoir une pension sans décote lui est communiqué ainsi que le nombre de trimestres qu’il a déjà cotisés.

Jusqu’à 4 simulations

Surtout, l’internaute peut connaître le montant de sa future retraite de l’âge minimum de départ à la retraite (62 ans) jusqu’à l’âge d’annulation de la décote (67 ans). Il peut ainsi évaluer l’impact financier d’un départ plus tardif. Pour chaque âge de départ, le taux de remplacement, c’est-à-dire le pourcentage entre le dernier salaire mentionné et la pension estimée, est indiqué. Un indice du niveau de fiabilité des informations est donné. De l’aveu même de l’Agirc-Arrco, les résultats ne sont pas toujours fiables en matière de pensions du secteur public.

L’internaute peut affiner sa simulation en modifiant certains paramètres. Il peut changer de statut professionnel à partir d’une date donnée, tout comme son taux d’activité. Il peut décider que son salaire va suivre l’inflation, stagner ou augmenter en fin de carrière. Il a également la possibilité d’intégrer des périodes de chômage. L’assuré peut réaliser ainsi jusqu’à quatre simulations, les sauvegarder sur son compte personnel et/ou les télécharger.

A lire également :

Compte personnel retraite : un accès aux droits à la retraite en ligne