La Banque Postale lance un prêt à l’accession sociale mais ne reprend pas le CIF en main


L'établissement bancaire va développer un prêt à l'accession sociale (PAS) pour les ménages les plus modestes. La Banque postale ne reprend pas cependant l'activité du Crédit immobilier de France et affirme « donner la priorité » aux salariés du CIF dans le recrutement.

credit, immobilier, france

Alors que le sort du Crédit immobilier de France (CIF) et l’avenir de l’accession sociale à la propriété restent incertains, la Banque Postale s’apprête à lancer un nouveau prêt à l’accession sociale (PAS) destiné aux ménages les plus modestes. « Cette offre, mise en marché dans les prochaines semaines par La Banque Postale, sera proposée par les conseillers spécialisés en immobilier en bureaux de Poste, sur l’ensemble du territoire français, au plus tard à la fin du premier trimestre 2013 », affirme l’établissement bancaire.

Par ailleurs, la Banque Postale distribuera ses premiers crédits « pour financer des opérations de location-accession (PSLA) des acteurs du logement social » en 2013. Le PSLA est un dispositif permettant à des ménages sans apport personnel d’acquérir le logement qu’ils occupent avec un statut de locataires. « Au-delà de cette offre, La Banque Postale et les acteurs du monde HLM travaillent à des innovations portant sur des produits d’acquisition pour les clientèles les plus modestes. »

Pas de reprise du Crédit immobilier de France annoncée

La Banque Postale ne s’engage donc pas à reprendre l’activité phare du CIF mais bien à développer son offre dans l’accession sociale à la propriété, spécialité du CIF, en proposant un produit similaire. En revanche, elle « donnera une priorité aux collaborateurs du Crédit Immobilier de France, sur des profils et des compétences correspondant à ses besoins » dans le cadre de sa politique de recrutement externe. L’établissement bancaire ne s’engage pas cependant sur un nombre potentiel de salariés susceptibles d’être embauchés.

Le CIF, qui compte désormais à sa tête Michel Bouvard, est actuellement géré en extinction, suite à la garantie apportée par l’Etat, ce qui signifie qu’il ne propose plus de nouveaux crédits à l’habitat dans le cadre de l’accession sociale à la propriété.