Impôt et pension alimentaire, les plafonds pour la déclaration 2019


Les pensions alimentaires versées à un enfant majeur ou aux ascendants peuvent bénéficier d'une déduction fiscale pour le calcul de l'impôt sur le revenu, sous conditions. Le montant maximum à connaître.  

Combien déduire de vos revenus à déclarer pour l'entretien et l'éducation de vos enfants ?

Quel montant maximum peut-on déduire de ses revenus en compensation de la pension alimentaire versée à un proche ? En fonction de votre situation et du membre de la famille que l’on aide, on peut en effet bénéficier d’une déduction fiscale sur ses revenus de 2018 à déclarer en 2019 plus ou moins conséquente.

L’administration fiscale, dans une note publiée au Bulletin officiel des finances publiques (BOFiP), a mis à jour les plafonds à déduire pour la déclaration 2019.

Déduction maximum 5.888 euros pour un enfant majeur

Plafond de déduction pour un enfant majeur seul

Dans le cas d’une pension alimentaire versée directement à un majeur, et sous réserve que cet enfant âgé de 18 ans ou plus n’est pas rattaché au foyer fiscal de ses parents, l’aide financière consentie en 2018 donne droit à une déduction fiscale pour le calcul de l’impôt sur le revenu en 2019.

Pour la déclaration de revenus à remplir en cette année 2019, le montant maximum à déduire est fixé à 5.888 euros par enfant et par an, contre 5.795 euros en 2018. Ce plafond est identique, quelle que soit la situation de l’enfant majeur (âge, étudiant ou non, invalide ou non, célibataire, marié, veuf, pacsé). Surtout, il est invariable « même si le contribuable est tenu, par la décision de justice ayant prononcé son divorce ou sa séparation de corps, de verser une pension d’un montant supérieur à ce chiffre », précise l’administration fiscale.

Plafond de déduction pour un enfant père ou mère de famille

Toutefois, si l’enfant est marié ou pacsé, le plafond de la pension alimentaire peut être doublé à 11.776 euros pour les parents qui participent seuls à l’entretien du couple. « Mais quoi qu’il en soit, la limite de déduction est la même que le jeune ménage ait ou non lui-même un ou plusieurs enfants. »

A savoir : Le plafond de 5.888 euros bénéficie également à chacun des parents imposés séparément, comme les ex-conjoints divorcés. Ce montant peut être doublé si l’un des deux justifie qu’il participe seul aux dépenses d’entretien de l’enfant.

Pour bénéficier de cet avantage fiscal, le contribuable doit pouvoir prouver la nécessité de ses dépenses due à « l’état de besoin » de l’enfant ainsi que l’existence des versements.

Plafond de pension alimentaire déductible pour un enfant vivant à la maison

Par ailleurs, si l’enfant vit sous le toit de ses parents, ces derniers peuvent déduire forfaitairement et sans justification jusqu’à 3.500 euros au titre du logement et de la nourriture pour une année entière. Ce montant est proratisé en fonction du nombre de mois pendant lesquels ils ont hébergé leur(s) descendant(s) : si l’enfant a été présent au domicile parental 6 mois sur 12 en 2018, la déduction fiscale 2018 est limitée à 1.750 euros (50% de 3.500 euros).

Pour un enfant mineur de parents divorcés, la pension alimentaire versée au conjoint qui en a la garde est totalement déductible des revenus, sous réserve de pouvoir justifier son montant.

Attention : il est impossible de cumuler déduction des dépenses et avantage fiscal du quotient familial pour le parent qui verse la pension.

3.500 euros pour une personne de 75 ans ou plus

Autre cas de figure, en cas d’hébergement d’une personne âgée d’au moins 75 ans en 2018. On peut alors bénéficier d’une déduction fiscale de 3.500 euros au maximum pour l’imposition des revenus de 2018. Peu importe que cette personne n’ait vécu sous votre toit qu’une partie de l’année, vous bénéficiez de l’avantage fiscal en intégralité. Ce dernier peut même être doublé quand on loge un couple âgé de 75 ans au moins.

La ou les personne(s) hébergées doivent respecter des plafonds de ressources, soit celui fixé pour l’attribution de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), de 9.998,40 euros pour une personne seule et 15.522,54 euros pour un couple soumis à imposition commune en 2018 dont au moins l’un des conjoints est âgé de 75 ans minimum.

A savoir : Dans le cadre d’une obligation alimentaire envers un ascendant, le contribuable peut déduire l’ensemble de ses dépenses (logement, nourriture…), à condition de pouvoir les justifier. S’il finance l’emploi d’un salarié à domicile pour s’occuper d’un de ses parents par exemple, il doit choisir entre la déduction de ces sommes et la réduction d’impôt accordée aux particuliers employeurs.

Pour aller plus loin :
Comment déduire la pension alimentaire versée aux proches