Agirc-Arrco : un simulateur officiel pour évaluer le bonus-malus


Les régimes de retraite complémentaire ont mis en ligne un outil de simulation de pension intégrant les nouvelles règles instaurées par l'accord du 30 octobre 2015.    

Le simulateur en ligne de l'Agirc-Arrco permet de mesurer l'impact du bonus-malus sur la pension complémentaire

Les salariés âgés d’au moins 55 ans peuvent se faire une idée précise de l’impact du nouvel accord sur les retraites complémentaires sur le montant de leur future pension. Les régimes complémentaires Arrco (pour les non cadres et cadres) et Agirc (pour les seuls cadres) ont mis en ligne la semaine dernière un simulateur sur leur site internet commun. L’outil vise à permettre aux assurés de mesurer les conséquences financières du système de bonus-malus instauré par l’accord Agirc-Arrco du 30 octobre 2015.

Le document prévoit la mise en place, pour les salariés nés à partir de 1957 et qui liquident leur retraite à compter de 2019 en disposant de tous leurs trimestres au régime de base, d’une minoration de 10% durant trois ans sur leurs pensions complémentaires s’ils partent avant 67 ans. A contrario, s’ils cotisent 8, 12 ou 16 trimestres au-delà de la durée d’assurance requise, ils bénéficient pendant un an d’une majoration sur leurs retraites Arrco et Agirc de respectivement 10%, 20% et 30%.

Accessible aux moins de 55 ans

Le simulateur de l’Agirc-Arrco s’appuie sur le montant de pension mentionné dans l’estimation indicative globale (EIG), un document envoyé aux actifs tous les 5 ans à compter de 55 ans. L’EIG estime le montant futur de la retraite à partir des droits acquis à date dans les différents régimes. La dernière campagne, envoyée en octobre dernier, a concerné les assurés nés en 1955 (non concernés par l’accord Agirc-Arrco) et ceux nés en 1960. Les moins de 55 ans peuvent utiliser le simulateur mais n’ayant pas d’EIG, ils doivent demander à recevoir un relevé individuel de situation (RIS). Une fois le RIS reçu par mail, ils doivent entrer les données.

A partir de mars 2016, les salariés n’auront plus besoin d’effectuer cette opération. A condition qu’ils ouvrent un compte en ligne sur le site Agirc-Arrco ou sur le site du groupe de protection sociale (AG2R La Mondiale, Malakoff Mederic, Humanis, Pro BTP…) dont ils dépendent, leurs données RIS seront automatiquement prises en compte par le simulateur, a annoncé François-Xavier Selleret, le directeur général de l’Agirc-Arrco lors d’une rencontre organisée le 23 novembre 2015 par l’Association des journalistes d’information sociale (Ajis).

Etendu aux non salariés à la rentrée prochaine

A compter de septembre 2016, le simulateur intègrera les RIS de l’ensemble des assurés cotisant ou ayant cotisé à l’Arrco et éventuellement à l’Agirc. D’anciens salariés devenus fonctionnaires, artisans, commerçants ou professions libérales pourront ainsi évaluer à leur tour les impacts financiers de l’accord du 30 octobre pour eux.

L’outil sera disponible sur le site du GIP Union Retraite, le groupe d’intérêt public représentant tous les régimes, sur celui de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), le régime de base des salariés, ou encore sur le site de l’Ircantec, le régime complémentaire des agents non titulaires de la fonction publique. « Progressivement, il sera étendu à l’ensemble des 35 régimes français de retraite », a assuré François-Xavier Selleret.

 

A lire aussi :

Retraites complémentaires : les réponses à vos questions sur l’accord Agirc-Arrco