Quelles sont les aides financières réservées aux jeunes en 2024 ?

Par Solenne Dimofski
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Aides au logement, à l’alternance, à l’emploi… Il existe de nombreuses aides financières réservées aux jeunes et étudiants de moins de 25 ans, apprentis ou encore sans emploi. Tour d’horizon.

Quelles aides pour les jeunes en 2024 ?

Les aides financières réservées aux jeunes en 2024
PROFILÂGEFORMAT DE L'AIDEPÉRIODICITÉ DE L'AIDEMONTANTCUMUL
Jeunes en alternanceMoins de 30 ansAide mobili-jeuneMensuelleEntre 10 et 100 euros par moisGarantie Visale, APL ou ALS
Étudiants, alternants, jeunes actifsPas de limite d’âgeAide personnalisée au logement (APL)
Mensuelle
Variable en fonction de nombreux critères (ressources, montant du loyer, situation professionnelle…)Pas de cumul avec les autres aides aux logement
Étudiants boursiers ou salariés, jeunes travailleurs, en formation professionnelle ou en recherche d’emploiMoins de 30 ans (toute situation professionnelle)
Plus de 30 ans (uniquement s'ils sont salariés)
Avance Loca-PassDemande au plus tard deux mois après l’arrivée dans le logement1.200 euros maximumGarantie Visale
Étudiants, jeunes salariés, alternantsMoins de 30 ansGarantie VisaleCaution locative couvrant l’ensemble du bailUn mois de loyer pour un logement vide, deux mois pour un logement meubléAvance Loca-Pass, mobili-jeune, aides au logement


Demandeurs d’emploi


16-25 ans (moins de 26 ans)


Contrat d’engagement jeune


12 mois consécutifs (jusqu'à 18 mois consécutif si besoin)


de 211,20 euros à 528 euros, selon l'âge et la situation fiscale
Possibilité de cumul, sous conditions, avec le RSA, la prime d’activité et les aides au logement
Jeunes sans revenu ou disposant d’un très bas salaire18-24 ans (moins de 25 ans)RSA Jeune actifMensuelle607,75 euros par mois pour une personne seulePossibilité de cumul du RSA socle, sous conditions, avec la prime d’activité
Jeunes privés involontairement d’emploiPas de limite d’âgeAllocation d’aide au retour à l’emploiLa durée dépend de l’âge et de la durée d’affiliationMontant calculé à partir du salaire journalier de référence (SJR)Cumul avec salaire en cas de retour à l’emploi, sous conditions
Jeunes travailleurs aux revenus modestesMoins de 25 ansPrime d’activitéMensuelleMontant calculé en fonction de la composition et des ressources du foyerCumul avec certaines allocations chômage, l’AEEH, l’AAH…
Étudiants rencontrant des difficultés financièresMoins de 35 ansAide d’urgence du CrousPonctuelle ou annuellePonctuelle : 3.071 euros maximum (un seul versement) et 6.335 euros maximum (plusieurs versements)

Annuelle : 5.965 euros (plusieurs mensualités)
Possibilité de cumul avec une bourse sur critère sociaux
Étudiants boursiers ayant obtenu la mention « très bien » au Bac28 ans (sauf exceptions)Bourse au mérite du bacPonctuelle900 euros pour les bacheliers depuis 2015 (1.800 euros avant 2015)Aide à la mobilité internationale, aide d’urgence
Étudiants boursiers titulaires d'une licence inscrits en première année de MasterNCAide à la mobilité en MasterPonctuelle1.000 euros (un seul versement)Aide d’urgence, aide au mérite, allocation pour la diversité dans la fonction publique
Étudiants boursiers souhaitant suivre une formation supérieure à l'étranger ou effectuer un stage à l’internationalNCAide à la mobilité internationalePonctuelle400 euros par mois, pendant 2 à 9 mois consécutifs (3.600 euros maximum)Cumulable avec une aide au mérite et avec une bourse sur critères sociaux
Étudiants, jeunes demandeurs d’emploiNCBourses Talents
(ex-allocation pour la diversité dans la fonction publique)
Ponctuelle- 4.000 euros pour une bourses « Prépas Talents » (versement en deux fois)

- 2.000 euros pour une bourses Talents « de droit commun » (versement en deux fois)
Cumulable avec les bourses sur critères sociaux

Jeunes
16-25 ans (jusqu’à 30 ans en situation de handicap)
Aides BAFA

Ponctuelle
- État : 100 euros si accomplissement d'une mission de service civique entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2023 (demande à faire avant le 30 novembre 2024) CAF :
* 91,47 euros si troisième phase du BAFA
* 106,71 euros si validation d'une session d’approfondissement centrée sur la petite enfance
Les deux aides se cumulent
Étudiants, apprentis, chômeurs15-25 ans
(au moins 18 ans pour les apprentis)
Aide permis de conduirePrêt à taux zéroPermis à 1 euro pour les 15-25 ans (de 600 à 1.200 euros pour la formation initiale et 300 euros pour la formation complémentaire)
500 euros pour les apprentis
Cumulable avec toutes les autres aides perçues
Jeunes de 15 à 18 ans15-18 ansPass CulturePonctuelle- 300 euros à dépenser sur deux ans pour les 18 ans

- montants variables selon l'âge entre 11 et 17 ans, répartis entre une part individuelle (pour les 15-17 ans) et une part collective (pour les 11-17 ans)
Cumulable avec toutes les autres aides perçues

 

Un simulateur en ligne pour connaître toutes les aides à destination des jeunes

Le 27 avril 2021, le gouvernement a mis en place à la disposition des jeunes un simulateur en ligne qui leur permet de trouver dans un espace unique l’ensemble des aides financières de l’État auxquelles ils peuvent prétendre (aides au logement, prestations sociales, permis de conduire, santé…). Baptisé « la Boussole », cet outil s’inscrit dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 formation » lancé en juillet 2020.

Le simulateur s’adresse aussi bien aux jeunes de moins de 26 ans (moins de 30 ans pour ceux en situation de handicap) qui suivent des études, aux jeunes en formation, aux jeunes salariés qu’aux jeunes en recherche d’emploi.

L’utilisation est des plus simple. Une fois connecté au site 1jeune1solution.gouv.fr, il faut cliquer sur l’onglet « J’accède à mes aides via la boussole, un simulateur dédié ». Une fois sur l’outil de simulation, il faut choisir l’entrée « Je commence ». Il suffit ensuite de répondre à une vingtaine de questions, qui permettent de définir le profil de l’éventuel bénéficiaire et de calculer les différentes aides auxquelles il a droit.

Pour chacune des aides, un lien est proposé au jeune pour le rediriger vers le site Internet des organismes qui gèrent l’aide à laquelle il est éligible.

Des repas à un euro pour les étudiants boursiers ou en précarité

Pour aider les étudiants à faire face à la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place, depuis le 1er septembre 2020, un dispositif de repas à 1 euro (au lieu des 3,30 euros d’usage) dans les restaurants universitaires du Crous. D’abord réservée aux étudiants les plus modestes (bénéficiaires d’une bourse), cette aide avait temporairement été étendue à l’ensemble des étudiants (boursiers ou non) dans un contexte de crise sanitaire et de précarité grandissante.

Pour la rentrée universitaire 2023-2024, le repas à un euro est maintenu. Seuls peuvent y prétendre durant cette période les étudiants boursiers et précaires, qui bénéficient chaque jour de deux repas à 1 euro chacun. Les autres étudiants doivent, quant à eux, débourser 3,30 euros pour leur repas pris en resto U du Crous. Ce montant de 3,30 euros correspond à la tarification sociale traditionnelle.

Des aides pour les jeunes qui passent le BAFA en 2024

Les jeunes de 16 à 25 ans (jusqu’à 30 ans en situation de handicap), ayant accompli une mission de service civique entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2023 et souhaitant s’engager dans une formation au Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) – ou au Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD) -, peuvent bénéficier d’une aide exceptionnelle de l’État de 100 euros de l’État. Pour y avoir droit, ils doivent avoir participé à une session de formation dispensée par un organisme habilité. La réduction de 100 euros s’applique sur le prix de cette formation. L’offre est limitée aux 10.000 premiers dossiers (dûment remplis) reçus.

La demande de l’aide se fait en ligne, via l’Agence de services et de paiement (ASP), jusqu’au 30 novembre 2024 inclus (des pièces justificatives sont exigées).

De son côté, la Caisse d’allocations familiales (CAF) propose aussi une aide au financement du BAFA. Versée sans conditions de ressources, elle s’adresse aux jeunes de la même tranche d’âge (dès 16 ans). Son montant s’élève à :

  • 91,47 euros pour celles et ceux accédant à la troisième phase du BAFA (la session d’approfondissement ou de qualification)
  • 106,71 euros (soit 91,47 euros + une majoration de 15,24 euros) dans le cas d’une session d’approfondissement centrée sur la petite enfance

La demande de l’aide CAF se fait en ligne depuis son compte CAF, dans la rubrique « Faire une demande de prestation » / « Autres demandes » / « BAFA : demande d’aide à la formation ». Les attestations de suivi de stage au formulaire et un relevé d’identité bancaires (RIB) sont exigés.

L’aide à la mobilité Parcoursup

Une aide à la mobilité, d’un montant de 500 euros, est prévue pour les futurs bacheliers bénéficiaires d’une bourse de lycée qui vont suivre une formation supérieure située en dehors de leur académie. Pour la toucher, les lycéens boursiers doivent en faire la demande sur https://amp.etudiant.gouv.fr depuis le 3 juillet 2023.

L’aide à la mobilité ne concerne pas les personnes déjà étudiantes et en réorientation via Parcoursup, ni les lycéens qui ne percevaient pas la bourse de lycée en 2022-2023 et deviendraient boursiers de l’enseignement supérieur.

L’aide mobili-jeune pour les jeunes en alternance

L’aide mobili-jeune est destinée aux alternants de moins de 30 ans en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Attribuée par Action Logement, elle a pour but de prendre en charge une partie du loyer acquitté par le jeune. Le montant de la subvention, compris entre 10 et 100 euros par mois, dépend du salaire touché par l’alternant. Mobili-jeune est versée pendant toute la formation en alternance pour une durée maximale de douze mois. À l’issue de l’année de formation, l’alternant peut déposer une nouvelle demande s’il répond toujours aux conditions d’éligibilité.

L’aide est accordée après déduction de l’APL sur le loyer et dans la limite du loyer restant dû. Les deux aides sont donc cumulables.

En dehors des conditions d’âge et d’études, le jeune ne doit pas percevoir plus de 1.766,92 euros mensuels bruts (montant du Smic au 1er janvier 2024), et le logement être occupé durant la période de formation en alternance et faire l’objet d’un bail, d’une convention d’occupation en foyer ou en résidence sociale ou d’un avenant au bail si le logement est une colocation.

Les aides pour le logement

L’aide personnalisée au logement (APL)

La plus connue des aides au logement demeure l’APL (ou plus exactement, l’aide personnalisée au logement (APL). Étudiants comme alternants y ont droit pour les aider à prendre en charge une partie de leur loyer.

POUR INFO : en général, le montant de l’APL est plus élevé pour les étudiants en contrat d’apprentissage.

Le montant des APL dépend de plusieurs critères, à savoir les ressources du demandeur et celles des membres du foyer, le montant du loyer, la composition du foyer, la situation professionnelle et celle des membres du foyer et la localisation du bien. Selon les régions, les critères d’attribution de l’APL varient, notamment le montant du loyer retenu pour le calcul de l’allocation (plus élevé à Paris et sa région par exemple).

Depuis le 1er janvier 2021 (date d’entrée de la réforme des APL), les revenus pris en compte pour l’attribution et le calcul des aides ne sont plus ceux de l’année N-2 (l’avant-dernière année précédant la demande), mais ceux de l’année en cours (sur la base des ressources connues des douze derniers mois). Les ressources contemporaines des demandeurs sont connues mois par mois grâce aux déclarations des employeurs, du fait de l’instauration du prélèvement à la source. Les APL sont désormais recalculées tous les trimestres.

POUR INFO : les indemnités de stage ne sont pas comprises dans les revenus pris en compte, dans la limite du Smic annuel, soit près de 21.203 euros brut en 2024 . Seul le surplus au-delà du Smic annuel compte.

Pour savoir si vous êtes éligible, vous pouvez effectuer une simulation sur le site internet de la Caisse d’allocations familiales (CAF).

Pour en, savoir plus > APL étudiant 2024 : conditions, simulation et demande

Loca Pass

L’avance Loca Pass est une aide qui finance le versement du dépôt de garantie sous forme de prêt à taux zéro, pour soulager le locataire à son entrée dans son logement (loué vide ou meublé). Quel que soit le montant du dépôt de garantie exigé à l’entrée du logement locatif, le financement du dépôt de garantie ne pourra excéder 1.200 euros.

L’avance Loca Pass est dédiée au moins de 30 ans quelle que soit leur situation professionnelle (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, recherche d’emploi), mais aussi aux plus de 30 ans uniquement s’ils sont salariés (quel que soit le contrat de travail).

POUR INFO : les étudiants boursiers d’État peuvent profiter sans condition d’emploi de Loca Pass.

Concernant le remboursement de cette aide, les mensualités doivent être de 20 euros minimum. La totalité de l’avance doit être remboursée dans un délai de 25 mois.

Côté logement, deux conditions doivent se cumuler : le logement doit être loué par une personne morale (association…) et doit faire l’objet d’un conventionnement APL. Dans les deux cas, les locataires ne doivent pas dépasser un certain niveau de revenus, variable selon le type de convention.

La garantie Visale

Cousine de l’avance Loca Pass, la garantie Visale est également une caution locative à destination des jeunes locataires visant à couvrir les impayés de loyers. De même que pour Loca Pass, Visale prend le relais du locataire lorsqu’il ne peut plus payer son loyer. Toutefois, Action Logement (l’organisme qui gère Visale) se tourne ensuite vers le locataire pour le recouvrement des créances. Le locataire peut quant à lui procéder au remboursement, partiel ou total, des impayés directement sur Visale.fr, via son espace personnel.

La garantie Visale peut être accordée aux moins de 30 ans quel que soit leur situation (salarié, étudiant, fonctionnaire…).

Pour y prétendre, le loyer maximum ne doit pas dépasser 50% de la somme de toutes les ressources des futurs co-titulaires du bail, dans la limite du plafond d’exclusion défini. Ce dernier s’élève à 1.500 euros en région Île-de-France et à 1.300 euros pour le reste de la France.

Les aides pour l’emploi et l’insertion des jeunes au chômage

Le Contrat d’engagement jeune

Le Contrat d’engagement jeune, qui a remplacé la Garantie jeunes au 1er mars 2022, est un dispositif d’accompagnement intensif à l’insertion professionnelle des jeunes âgés de 16 à moins de 26 ans précaires. D’une durée maximum de 12 mois (ou 18, si nécessaire), il mêle entretiens et temps individuels, ateliers collectifs, découverte de métiers, stages en entreprises et activités dites structurantes.

Le montant maximum de l’allocation perçue dans le cadre l’Allocation Contrat d’engagement jeune (Acej) varie selon l’âge et la situation fiscale du bénéficiaire. Les sommes versées jusqu’au 31 mars 2024 vont de 211,20 euros à 528 euros.

Le RSA Jeune

Il est possible de toucher le revenu de solidarité active (RSA) lorsque l’on a moins de 25 ans. On parle alors de RSA jeune ou RSA jeune actif. Le demandeur doit être âgé de 18 à 24 ans, avoir travaillé pendant au moins deux ans à temps plein (3.214 heures minimum) durant les trois années précédant la date de demande de RSA, être français ou européen et habiter en France depuis au moins cinq ans. La condition liée à l’exercice d’une activité professionnelle n’est pas exigée pour les jeunes femmes enceintes ou qui ont déjà au moins un enfant à charge.

Le montant du RSA Jeune est calculé en prenant un montant forfaitaire qui varie selon la composition du foyer et le nombre d’enfants à charge et les ressources prises en compte du foyer. Il est identique au RSA accordé aux personnes de plus de 25 ans. Le montant du RSA pour une personne seule se monte à 607,75 euros par mois depuis le 1er avril 2023.

Pour savoir si vous êtes éligible et quels seraient vos droits, il est possible d’effectuer une estimation de vos droits à l’aide du simulateur de calcul de la CAF.

L’allocation d’aide au retour à l’emploi

L’Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est versée lorsque le jeune est privé involontairement d’emploi (licenciement, rupture conventionnelle, non renouvellement d’un CDD, …). Pour la percevoir, plusieurs conditions doivent être réunies, comme être à la recherche effective et permanente d’un emploi, avoir à son actif 122 jours d’affiliation à Pôle Emploi ou 610 heures de travail au cours des 28 mois précédant la demande.

Le calcul précis du montant de l’ARE relève de calculs complexes, établis à partir du salaire journalier de référence du demandeur d’emploi et d’une période de référence pour la prise en compte des anciens revenus d’activité. Pour permettre aux demandeurs d’emploi d’identifier leurs droits à l’ARE, un simulateur gratuit est mis à leur disposition sur le site Internet de Pôle emploi.

La prime d’activité

La prime d’activité est un complément de revenus destiné aux travailleurs percevant des revenus modestes. Elle remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité qui ont fusionné. Elle est accordée sous conditions de revenus, aux salariés et aussi aux étudiants salariés, stagiaires et apprentis qui gagnent plus de 78% du Smic, soit 1.090,98 euros mensuels net au 1er janvier 2024. C’est la CAF ou la Mutualité sociale agricole (MSA) qui se charge du versement de la prime.

Pour répondre à la colère des Gilets jaunes, le président Emmanuel Macron avait annoncé le 10 décembre 2018 une hausse de 100 euros en 2019. Celle-ci s’est traduite en réalité par une augmentation anticipée de la prime d’activité, alors que celle-ci devait en principe être réévaluée tout au long du quinquennat. Le plafond de revenus applicable pour prétendre à la prime d’activité a été relevé. Le nombre de bénéficiaires du dispositif est passé de 3,8 à 5 millions de personnes.

Avant la mise en place de la prime d’activité élargie, le montant maximum pour un salarié célibataire était de 1.500 euros par mois (2.200 euros pour un couple dont un seul membre travaille). Le montant de base de la prime d’activité était fixé à 531,21 euros pour une personne seule au 1er avril 2018 (prime versée début mai) contre 526,25 euros précédemment. Toutefois, en raison de l’application de la formule de calcul, le montant effectivement perçu était inférieur. À titre d’indication, fin mars 2019, le montant moyen de la prime d’activité versée à chacun des 4,1 millions de foyers bénéficiaires était de 185 euros (source CAF).

Les aides pour la santé

La CMU-C

ATTENTION : la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) a été fusionnée avec l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) pour donner naissance à la complémentaire santé solidaire depuis le 1er novembre 2019.

La couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) était une mutuelle santé gratuite accordée par l’État aux assurés qui n’ont pas les moyens financiers de souscrire un contrat de complémentaire santé à titre privé. Aucune cotisation n’était donc due par le bénéficiaire.

La CMU-C agissait donc à l’instar d’une mutuelle santé, en venant compléter les remboursements des soins de l’Assurance maladie. Trois conditions devaient être réunies pour avoir accès à la CMU-C : résider en France depuis plus de trois mois, être en situation régulière et ne pas dépasser les plafonds de ressources fixés par l’Etat. À titre d’indication, le plafond à ne pas dépasser pour une personne seule s’élevait à 8.951 euros en 2019 en France métropolitaine (9.962 euros en Outre-mer) par an.

L’ACS

ATTENTION : l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) a fusionné avec la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) le 1er novembre 2019, pour laisser la place à la complémentaire santé solidaire.

Pour les jeunes non éligibles à la CMU-C, il était possible de bénéficier de l’aide au paiement d’une assurance complémentaire de santé (ACS). Ce coup de pouce financier était accordé aux personnes dont les ressources sont légèrement supérieures au plafond d’attribution de la couverture maladie universelle (CMU). Versée sous forme de chèque-santé, elle servait exclusivement au paiement d’une complémentaire santé. Son montant était directement déduit de la cotisation annuelle par la mutuelle choisie.

Pour pouvoir prétendre à l’ACS, plusieurs conditions étaient requises : avoir la nationalité française, un titre de séjour ou entamé des démarches en ce sens et résider en France depuis au moins trois mois de manière ininterrompue. Des conditions de ressources réévaluées régulièrement devaient également être respectées. Le plafond à ne pas dépasser à compter du 1er avril 2019 (et jusqu’à la mise en place de la complémentaire santé solidaire, le 1er novembre 2019) était ainsi fixé à 12.084 euros par an pour un célibataire.

Le montant de l’ACS n’était pas le même pour tous : il variait selon l’âge du bénéficiaire ; plus on est âgé, plus son montant est élevé. Le versement de l’ACS s’élevait à 100 euros par an pour les moins de 16 ans et à 200 euros par an de 16 à 49 ans.

Les aides locales et départementales

Le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) est destiné à aider financièrement les jeunes âgés de 18 à 25 ans en difficultés matérielles, d’insertion ou qui perçoivent de faibles ressources. Les aides attribuées par le FAJ peuvent par exemple bénéficier à des jeunes en cours d’insertion mais qui n’ont pas travaillé assez longtemps pour accéder à l’indemnisation du chômage.

Le financement, la décision d’attribution et le montant accordé des aides reviennent au département, sous la responsabilité du président du conseil général. Pour demander cette aide, il faut s’adresser à un référent auprès d’une mission locale de son département.

En parallèle, il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès de sa mairie, son département ou son conseil régional afin de connaître les aides éventuelles attribuées aux jeunes. Chaque collectivité locale a sa propre politique. À titre d’exemple, la région Occitanie propose la Carte Jeune Région pour les lycéens et les apprentis. Grâce à elle, le jeune profite de la gratuité des manuels scolaires, d’un premier équipement professionnel gratuit, d’une aide à l’acquisition d’un ordinateur portable, d’une aide de 500 euros au passage du permis de conduire ou encore d’une aide de 20 euros à la lecture.

Parallèlement, les régions financent, à destination des jeunes de moins de 26 ans, des tarifs réduits ou gratuits pour prendre le train.

Autres aides financières pour les jeunes et étudiants

L’Aide d’urgence du Crous

Le fonds national d’aide d’urgence est une aide financière exceptionnelle s’adressant aux étudiants en difficulté. Cette aide peut prendre deux formes. Elle peut ainsi être ponctuelle et être attribuée en un seul versement. Son montant est fixé à 3.071 euros maximum. Il est possible de se la voir accordée plusieurs fois, dans la limite de 6.142 euros au total.

La seconde forme est une aide annuelle versée tous les mois et qui peut atteindre 6.335 euros maximum. Pour en faire la demande, il faut s’adresser au Crous.

Les bourses

En dehors des bourses attribuées sur critères sociaux, d’autres bourses et aides sont accordées y compris pour les étudiants qui souhaitent étudier à l’étranger. On peut, par exemple, citer l’aide au mérite (d’un montant de 1.800 euros pour les bacheliers avant 2015 et de 900 euros pour ceux qui ont obtenu leur baccalauréat à partir de 2015), l’aide à la mobilité internationale ou encore les bourses privées.

Il existe également la bourse de collège et la bourse de lycée.

L’aide à la mobilité pour l’étudiant en Master

Depuis la rentrée universitaire 2017, une nouvelle aide d’un montant de 1.000 euros – appelée prime ou aide à la mobilité pour l’étudiant en Master – est accordée à tout étudiant boursier qui en fait la demande, qui vient d’obtenir sa licence à l’université et souhaite s’inscrire en Master 1 dans une région différente de celle où il a obtenu sa licence. Le dispositif a été reconduit pour l’année universitaire 2022-2023.

Aide permis de conduire

Le permis à un euro par jour est destiné aux jeunes âgés de 15 à 25 ans. Ces derniers peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro. Ils doivent choisir une auto-école partenaire de l’opération qui détermine le nombre d’heures nécessaires et établit un devis. Attention : depuis le 1er janvier 2020, le dispositif n’est accessible qu’aux écoles de conduite et aux associations bénéficiant du label « qualité des formations au sein des écoles de conduite ».

Le candidat doit se rendre dans une banque pour obtenir un prêt à taux zéro finançant le coût de sa formation. Quatre montants sont proposés : 600 euros, 800 euros, 1.000 euros et 1.200 euros. Les mensualités ne peuvent pas dépasser 30 euros, d’où le nom de « permis à un euro par jour ». Les demandeurs d’emploi, si leur conseiller le juge nécessaire pour retrouver un travail, peuvent eux-aussi recevoir une aide dont le plafond est fixé à 1.200 euros. Certaines villes proposent également des aides pour financer le permis pour les jeunes. Pour plus d’informations, il faut contacter sa mairie.

Depuis le 1er janvier 2019, les apprentis majeurs (âgés de plus de 18 ans) qui entrent en formation tout au long de l’année bénéficient sans conditions d’une aide financière au permis de conduire de 500 euros. Ce coup de pouce est distribué par les centres de formation des apprentis (CFA).

Le Pass Culture Macron : aide pour les jeunes

Au cours de sa campagne électorale, Emmanuel Macron a inscrit dans son programme une mesure visant à créer Pass Culture, une aide pour les plus de 18 ans. Il vise à permettre à chaque Français ayant atteint l’âge de la majorité de pouvoir financer des dépenses culturelles (cinéma, théâtre, livres…). Il a été étendu à l’ensemble du pays en mai 2021. Son montant, qui se situait à 500 euros sur deux ans pendant la phase d’expérimentation, est désormais fixé à 300 euros sur la même période.

Depuis le mois de janvier 2022, le dispositif est étendu, selon d’autres formalités, aux jeunes âgés de 15 à 17 ans. Comme confirmé par Emmanuel Macron, il est désormais disponible depuis septembre 2023 dès la classe de Sixième pour tous les collégiens.

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu