Partagez
Share to Google

Aides au logement, à l’alternance, à l’emploi… Il existe de nombreuses aides financières réservées aux jeunes et étudiants de moins de 25 ans, apprentis ou encore sans emploi. Tour d’horizon.

1. Les aides pour les jeunes en alternance
2. Les aides pour le logement
3. Les aides pour l’emploi
4. Les aides pour la santé
5. Les aides locales et départementales
6. Autres : aide d’urgence du CROUS, aide au permis, bourses

1. Les aides pour les jeunes en alternance

Il existe deux aides spécifiques aux jeunes en contrat d’alternance : l’aide mobili-jeune pour aider les jeunes apprentis à payer leur loyer et l’Aide financière en faveur des jeunes apprentis.

L’aide mobili-jeune

L’aide mobili-jeune est destinée aux alternants de moins de 30 ans en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Attribuée par Action Logement, elle a pour but de prendre en charge une partie du loyer acquitté par le jeune. Le montant de la subvention, compris entre 10 et 100 euros par mois, dépend du salaire touché par l’alternant. Mobili-jeune est versée pendant toute la formation en alternance pour une durée maximale de 3 ans. L’aide est accordée après déduction de l’APL sur le loyer et dans la limite du loyer restant dû. Les deux aides sont donc cumulables.

En dehors des conditions d’âge et d’études, le jeune ne doit pas percevoir plus de 1.480,27 euros mensuels bruts, et le logement être occupé durant la période de formation en alternance et faire l’objet d’un bail, d’une convention d’occupation en foyer ou en résidence sociale ou d’un avenant au bail si le logement est une colocation.

L’aide financière en faveur des jeunes apprentis

Cette aide ponctuelle a été créée par le gouvernement sortant pour favoriser la filière de l’apprentissage. Elle n’est donc attribuée que durant la campagne d’apprentissage 2016-2017. Deux conditions doivent être remplies : l’apprenti doit être âgé de moins de 21 ans à la date de début d’exécution de son contrat et cette dernière doit être comprise entre le 1er juin 2016 et le 31 mai 2017.

L’aide financière en faveur des jeunes apprentis, ce qui signifie que son montant est fixe. Il s’élève à 335 euros et ce quelle que soit la situation, les ressources de l’apprenti ainsi que la durée de son contrat d’apprentissage. Elle est versée en une seule fois par virement bancaire.

2. Les aides pour le logement

L’aide personnalisée au logement (APL)

La plus connue des aides au logement demeure l’APL (ou plus exactement, l’aide personnalisée au logement (APL)). Etudiants comme alternants y ont droit pour les aider à prendre en charge une partie de leur loyer.

Bon à savoir : en général, le montant de l’APL est plus élevé pour les étudiants en contrat d’apprentissage.

Le montant des APL dépend de plusieurs critères, à savoir les ressources du demandeur et celles des membres du foyer, le montant du loyer, la composition du foyer, la situation professionnelle et celle des membres du foyer et la localisation du bien. Selon les régions, les critères d’attribution de l’APL varient, notamment le montant du loyer retenu pour le calcul de l'allocation (plus élevé à Paris et sa région par exemple).

A noter que les revenus pris en compte pour l’attribution et le calcul des APL sont ceux de l’année n-2, autrement dit de l’avant-dernière année précédant la demande, donc ceux de 2015 pour des aides versées en 2017.

Bon à savoir : Les indemnités de stage ne sont pas comprises dans les revenus pris en compte, dans la limite du Smic annuel, soit près de 17.723 euros en 2017. Seul le surplus compte.

Pour savoir si vous êtes éligible, vous pouvez effectuer une simulation sur le site internet de la Caisse d’allocations familiales (Caf).

Loca Pass

La garantie Loca Pass est un système de caution gratuite qui a pour but de prendre en charge les impayés de loyers (et non les dégradations locatives) à la place de l’occupant. Ce dernier remboursera ensuite sa dette dans des conditions plus favorables.

Attention, si le locataire bénéficie de Loca Pass pendant trois ans, la prise en charge des impayés de loyers est limitée à neuf mois de loyers charges comprises. De même, l’indemnisation est limitée à 2.000 euros par mois, le locataire n’étant pas couvert au-delà.

La garantie Loca Pass est ouverte aux jeunes employés de moins de 30 ans quel que soit leur contrat de travail. Ainsi, les jeunes en contrat d’alternance, de qualification, stagiaires ou chômeurs inscrits à Pôle emploi peuvent profiter de cette garantie. Les étudiants salariés disposant d’un CDD ou d’une convention de stage d’au moins trois mois au moment de leur demande peuvent également bénéficier de Loca Pass.

Bon à savoir : Les étudiants boursiers d’Etat peuvent profiter sans condition d’emploi de Loca Pass.

Côté logement, deux conditions doivent se cumuler : le logement doit être loué par une personne morale (association, …) et doit faire l’objet d’un conventionnement APL. Dans les deux cas, les locataires ne doivent pas dépasser un certain niveau de revenus, variable selon le type de convention.

La garantie Visale

Cousine de l’aide Loca Pass, la garantie Visale est également une caution locative à destination des jeunes locataires visant à couvrir les impayés de loyers. De même que pour la garantie Loca Pass, Visale prend le relai du locataire lorsqu’il ne peut plus payer son loyer. Toutefois, Action Logement (l’organisme qui gère Visale) se tourne ensuite vers le locataire pour le recouvrement des créances. Le locataire peut quant à lui procéder au remboursement, partiel ou total, des impayés directement sur Visale.fr, via son espace personnel.

La garantie Visale peut être accordée aux moins de 30 ans quel que soit leur situation (salarié, étudiant, fonctionnaire...) La caution ne peut être délivrée que si le loyer et les charges ne représentent pas plus de 50% des revenus du locataire et entre 30 et 50% si le locataire est un salarié de moins de 30 ans en CDI confirmé.

3. Les aides pour l’emploi et l'insertion des jeunes au chômage

La garantie jeunes

La Garantie jeunes est un dispositif pour les 16-25 ans qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni en emploi, qui combine l’accompagnement de la Mission locale en vue de la réinsertion professionnelle et le versement d’une allocation. Plus précisément, la garantie jeunes est une aide d’accès à l’emploi mis en place par la Mission locale. Elle est attribuée aux jeunes sans diplôme ou au chômage en situation de précarité âgés de moins de 26 ans et dont les ressources ne dépassent pas 470,95 euros par mois en 2017.

Le montant maximum de l’allocation perçue dans le cadre de la Garantie jeunes se monte à 470,95 euros par mois.

L’accompagnement dure douze mois, renouvelable une fois, soit 2 ans maximum. La Garantie jeunes peut déboucher sur un emploi en CDD ou en CDI, une formation, un contrat en alternance, un stage en entreprise ou une reprise des études.

Le RSA Jeune

Il est possible de toucher le revenu de solidarité active (RSA) lorsque l’on a moins de 25 ans. On parle alors de RSA jeune ou RSA jeune actif. Le demandeur doit être âgé de 18 à 24 ans, avoir travaillé pendant au moins deux ans à temps plein (3.214 heures minimum) durant les trois années précédant la date de demande de RSA, être français ou européen et habiter en France depuis au moins cinq ans. La condition liée à l’exercice d’une activité professionnelle n’est pas exigée pour les jeunes femmes enceintes ou qui ont déjà au moins un enfant à charge.

Le montant du RSA Jeune est calculé en prenant un montant forfaitaire qui varie selon la composition du foyer et le nombre d'enfants à charge et les ressources prises en compte du foyer. Le montant du RSA pour une personne seule se monte à 545,48 euros par mois.

Pour savoir si vous êtes éligible et quels seraient vos droits, il est possible d’effectuer une estimation de vos droits à l'aide du simulateur de calcul de la Caf.

L’allocation d’aide de retour à l’emploi

L’Allocation d’aide de retour à l'emploi (ARE) est versée lorsque le jeune est privé involontairement d’emploi (licenciement, rupture conventionnelle, non renouvellement d’un CDD, …). Pour la percevoir, plusieurs conditions doivent être réunies, comme être à la recherche effective et permanente d’un emploi, avoir à son actif 122 jours d’affiliation à Pôle Emploi ou 610 heures de travail au cours des 28 mois précédant la demande.

Le calcul précis du montant de l’ARE relève de calculs complexes, établis à partir du salaire journalier de référence du demandeur d’emploi et d’une période de référence pour la prise en compte des anciens revenus d’activité. Pour permettre aux demandeurs d’emploi d’identifier leurs droits à l’ARE un simulateur gratuit est mis à leur disposition sur le site internet de Pôle emploi.

La prime d’activité

La prime d’activité est un complément de revenus destinée aux travailleurs percevant des revenus modestes. Elle remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité qui ont fusionné. Elle est accordée sous conditions de revenus, aux salariés et aussi aux étudiants salariés, stagiaires et apprentis qui gagnent plus de 78% du Smic, soit au moins 1.154,61 euros bruts et 897 euros nets en 2017. C’est la Caf ou la Mutualité sociale agricole (MSA) qui se charge du versement de la prime.

Le montant maximum pour un salarié célibataire est de 1.500 euros par mois (2.200 euros pour un couple dont un seul membre travaille). Le montant de base de la prime d'activité est fixé à 526,25 euros pour une personne seule au 1er avril 2017 (prime versée début mai) contre 524,68 euros précédemment. Toutefois, en raison de l'application de la formule de calcul, le montant effectivement perçu est inférieur. A titre d’indication, en 2016, le montant moyen de la prime d’activité versée à chacun des 3,7 millions de foyers bénéficiaires était de 165 euros (source ministère du Travail).

L’Aide financière à la recherche du premier emploi

L’Aide financière à la recherche du premier emploi (ARPE) vise à améliorer l'insertion professionnelle des jeunes diplômés. Versée pendant quatre mois pour accompagner les lycéens ou apprentis diplômés en 2017 dans la recherche de leur premier emploi, son montant est de 200 euros.

L’ARPE est attribuée aux jeunes lycéens boursiers ou apprentis qui perçoivent de faibles ressources (titulaire d’une bourse d’études de lycée ou de faibles revenus pour les apprentis) et qui ont suivi une formation à finalité professionnelle en 2016-2017. Plusieurs critères doivent être réunis au moment de faire sa demande : avoir moins de 28 ans, ne plus être en formation, avoir obtenu son diplôme en 2017 (CAP ou CAP agricole), baccalauréat professionnel, baccalauréat technologique, brevet des métiers d'art, brevet professionnel (ou brevet professionnel agricole ou un brevet de technicien) et être à la recherche de son premier emploi.

Cependant, il n’est pas possible de profiter de l’ARPE si le jeune est à la recherche d’un job d’été. Par ailleurs, l’ARPE n’est pas cumulable avec le RSA, la Garantie jeunes ou un contrat d’alternance. L’ARPE est à demander en ligne sur le site internet education.gouv.fr/arpe.

4. Les aides pour la santé

La CMU-C

La couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) est une mutuelle santé gratuite accordée par l'Etat aux assurés qui n'ont pas les moyens financiers de souscrire un contrat de complémentaire santé à titre privé. Aucune cotisation n'est donc due par le bénéficiaire.

La CMU-C agit donc à l'instar d'une mutuelle santé, en venant compléter les remboursements des soins de l'Assurance maladie. Trois conditions doivent être réunies pour avoir accès à la CMU-C : résider en France depuis plus de trois mois, être en situation régulière et ne pas dépasser les plafonds de ressources fixés par l'Etat. A titre d’indication, le plafond à ne pas dépasser pour une personne seule s’élève à 8.723 euros (9.709 euros en Outre-mer) par an.

L’ACS

Pour les jeunes non éligibles à la CMU-C, il est possible de bénéficier de l’aide au paiement d'une assurance complémentaire de santé (ACS). Ce coup de pouce financier est accordé aux personnes dont les ressources sont légèrement supérieures au plafond d'attribution de la couverture maladie universelle (CMU). Versée sous forme de chèque-santé, elle sert exclusivement au paiement d'une complémentaire santé. Son montant est directement déduit de la cotisation annuelle par la mutuelle choisie.

Pour pouvoir prétendre à l'ACS, plusieurs conditions sont requises : avoir la nationalité française, un titre de séjour ou entamé des démarches en ce sens et résider en France depuis au moins trois mois de manière ininterrompue. Des conditions de ressources réévaluées régulièrement doivent également être respectées. Le plafond à ne pas dépasser depuis le 1er avril 2017 est ainsi fixé à 11.776 euros par an pour un célibataire.

Le montant de l'ACS varie en fonction de l'âge du bénéficiaire. Il s'élève à 100 euros par an pour les moins de 16 ans et à 200 euros par an de 16 à 49 ans.

5. Les aides locales et départementales

Le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) est destiné à aider financièrement les jeunes âgés de 18 à 25 ans en difficultés matérielles, d’insertion ou qui perçoivent de faibles ressources. Les aides attribuées par le FAJ peuvent par exemple bénéficier à des jeunes en cours d’insertion mais qui n’ont pas travaillé assez longtemps pour accéder à l’indemnisation du chômage.

Le financement, la décision d’attribution et le montant accordé des aides reviennent au département, sous la responsabilité du président du conseil général. Pour demander cette aide, il faut s’adresser à un référent auprès d’une mission locale de son département.

En parallèle, il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès de sa mairie, son département ou son conseil régional afin de connaître les aides éventuelles attribuées aux jeunes. Chaque collectivité locale a sa propre politique. A titre d’exemple, la région Occitanie propose la Carte Jeune Région pour les lycéens et les apprentis. Grâce à elle, le jeune profite de la gratuité des manuels scolaires, d’un premier équipement professionnel gratuit, d’une aide à l'acquisition d'un ordinateur portable, d’une aide de 500 euros au passage du permis de conduire ou encore d’une aide de 20 euros à la lecture.

Parallèlement, les régions financent, à destination des jeunes de moins de 26 ans, des tarifs réduits ou gratuits pour prendre le train.

6. Autres aides financières pour les jeunes et étudiants

L’Aide d’urgence du CROUS

Le fonds national d’aide d’urgence est une aide financière exceptionnelle s’adressant aux étudiants en difficulté. Cette aide peut prendre deux formes. Elle peut ainsi être ponctuelle et être attribuée en un seul versement. Son montant est fixé à 1.669 euros maximum. La seconde forme est une aide annuelle versée tous les mois et qui peut atteindre 5.551 euros maximum. Pour en faire la demande, il faut s’adresser au Crous.

Les bourses

En dehors des bourses attribuées sur critères sociaux, d’autres bourses et aides sont accordées y compris pour les étudiants qui souhaitent étudier à l’étranger. On peut par exemple citer l’aide au mérite, l’aide à la mobilité internationale ou encore les bourses privées.


Il existe également la bourse de collège et de lycée.

L'aide à la mobilité pour l'étudiant en Master

A partir de la rentrée universitaire 2017, une nouvelle aide d'un montant de 1.000 euros - appelée prime ou aide à la mobilité pour l'étudiant en Master - est accordée à tout étudiant boursier qui en fait la demande, qui vient d'obtenir sa licence à l'université et souhaite s'inscrire en Master 1 dans une région différente de celle où il a obtenu sa licence.

Le permis à un euro par jour

Le permis à un euro par jour est destiné aux jeunes âgés de 16 à 25 ans. Ces derniers peuvent bénéficier d’un prêt à taux zéro. Ils doivent choisir une auto-école partenaire de l’opération qui détermine le nombre d’heures nécessaires et établit un devis. Le candidat devra alors se rendre dans une banque pour obtenir un prêt à taux zéro finançant le coût de sa formation. Trois montants sont proposés : 800 euros, 1.000 euros et 1.200 euros. Les mensualités ne peuvent pas dépasser 30 euros, d’où le nom de « permis à un euro par jour ». Les demandeurs d’emploi, si leur conseiller le juge nécessaire pour retrouver un travail, peuvent eux-aussi recevoir une aide dont le plafond est fixé à 1.200 euros.

Certaines villes proposent également des aides pour financer le permis pour les jeunes. Pour plus d’informations, il faut contacter sa mairie.

Le Pass Culture Macron

Au cours de sa campagne électorale, Emmanuel Macron a inscrit dans son programme une mesure visant à créer Pass Culture. D'un montant de 500 euros, il vise à permettre à chaque
Français de 18 ans de pouvoir financer des dépenses culturelles (cinéma, théâtre, livres).

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé que cette aide financière en faveur de la culture serait mise en place en 2018.