CSG des retraités en 2024 : taux normal, intermédiaire ou réduit, qui est exonéré

Par Olivier Brunet
SEO & traffic strategist : Camille Radicchi

Quel taux de CSG pour les retraités ? Qui est concerné par l’exonération ? Quel plafond pour avoir droit à un taux réduit de CSG quand on est en couple ? Tout savoir sur la CSG sur les retraites et les nouveaux plafonds en vigueur en 2024.

Taux de CSG 2024 sur les retraites : taux plein, réduit ou nul

Taux de CSG : du taux zéro au taux fort

Il existe différents taux de CSG :

  • un taux fort (aussi appelé taux plein ou taux normal)
  • un taux intermédiaire (aussi appelé taux médian), depuis 2019
  • un taux minoré ou taux réduit
  • et un taux nul, correspondant à l’exonération de CSG.

Le taux plein de CSG est en réalité le taux normal de CSG, les trois autres taux étant des taux dits dérogatoires (exceptions au taux normal).

Taux de CSG pour les retraités au 1er janvier 2024

Quatre taux de CSG sont en vigueur en 2024 :

Type de taux de CSGTaux applicable
Source : article L. 136-8 du code de la sécurité sociale
Taux nul0%
Taux réduit3,8%
Taux intermédiaire6,6%
Taux normal8,3%

Explications du tableau :

  • le taux de 0% ou taux nul correspond à une retraite non imposable à la CSG (ou exonération)
  • le taux de 3,8% s’applique à la retraite brute (taux réduit de CSG)
  • le taux intermédiaire de 6,6% s’applique à la retraite brute  (il est aussi appelé taux médian)
  • le taux normal de 8,3% (ou taux plein de CSG) s’applique la retraite brute, une part de ce taux (2,4%) est imposable à l’impôt sur le revenu, appelée CSG non déductible

Les taux de CSG prélevés dépendent du revenu fiscal de référence du foyer fiscal, qui prend en compte l’ensemble des revenus du foyer et dont le barème varie selon le lieu de résidence. Les seuils pour bénéficier de l’exonération de CSG (retraité entièrement non imposable à la CSG) ou d’un taux réduit de CSG sont en effet différents entre la France métropolitaine et les départements d’Outre-mer.

Hausse ou baisse de la CSG pour les pensions Agirc-Arrco en mars-avril

Une actualisation du montant des pensions de retraite complémentaire versées par l’Agirc-Arrco est susceptible d’intervenir chaque année en raison de la modification du taux de CSG. En effet, l’administration fiscale notifie chaque année à l’Agirc-Arrco tout changement dans la situation fiscale des bénéficiaires au 1er janvier, à partir du dernier avis d’impôt sur le revenu. En fonction du revenu fiscal de référence et du nombre de parts fiscales, le taux de CSG peut être soit stable, soit en augmentation, soit en diminution.

En cas de hausse du taux de CSG pour 2024, les retraites de janvier et février sont versées sans ajustement (montant inchangé, application du taux de CSG comme en 2023), puis une régularisation est effectuée en mars, entraînant une diminution du montant de la retraite, par prélèvement de la CSG qui aurait dû être déduite en janvier-février. À partir d’avril, la CSG est prélevée au nouveau taux et déduite de la retraite complémentaire Agirc-Arrco.

En revanche, en cas de baisse du taux de CSG, un remboursement des prélèvements effectués en trop sur les retraites de janvier et février est versé courant février. Puis, à partir de mars, la retraite est censée augmenter, après prise en compte du nouveau taux de CSG (en baisse par rapport à celui de 2023).

Barème CSG 2024 : quel revenu fiscal de référence (RFR) pour quel taux ?

Le revenu fiscal de référence (RFR) pris en compte pour déterminer le taux de CSG se trouve dans le dernier avis d’imposition reçu, feuillet 2, ligne 25.

Barème de la CSG 2024 sur les retraites selon le revenu fiscal de référence

RFR 2022 pris en compte pour le taux de CSG 2024
Source : circulaire Cnav 2023/27 du 12/12/2023, lettre ministérielle D-23-022880 du 23/11/2023
Taux nulTaux réduitTaux intermédiaireTaux plein
0%3,80%6,60%8,30%
RFR à ne pas dépasserMontant du RFR de :Montant du RFR de :RFR supérieur ou égal à :
1 part fiscale12.230 €12.230 à 15.988 €15.988 € à 24.813 €24.813 €
1,5 part fiscale15.495 €15.495 à 20.257 €20.257 € à 31.436 €31.436 €
2 parts fiscales18.760 €18.760 à 24.526 €24.526 € à 38.059 €38.059 €
2,5 parts fiscales22.025 €22.025 à ​28.795 €28.795 € à 44.682 €44.682 €
3 parts fiscales25.290 €25.290 à 33.064 €33.064 € à 51.305 €51.305 €
Chaque demi-part fiscale supplémentaire+ 3.265 €+ 3.265 € (seuil bas)
+ 4.269 € (seuil haut)
+ 4.269 € (seuil bas)
+ 6.623 € (seuil haut)
+ 6.623 €
Chaque quart de part fiscale supplémentaire+ 1.633 €+ 1.633 € (seuil bas)
+2.135 € (seuil haut)
+2.135 € (seuil bas)
+ 3.312 € (seuil haut)
+ 3.312 €

Le barème permettant de connaître le taux de CSG applicable à chaque retraité est actualisé chaque année. Le revenu pris en compte est le revenu fiscal de référence (RFR).

En principe, pour l’application du taux de CSG 2024, il faut se référer au RFR 2022 qui se trouve dans l’avis d’imposition reçu en juillet, août ou septembre 2023. Cependant, il faut avoir dépasser les seuils pendant deux années consécutives pour être soumis au taux intermédiaire ou au taux normal de CSG : en cas de dépassement du seuil au titre des revenus 2022, les revenus de l’année 2021 sont examinés pour savoir si le bénéficiaire de la pension doit conserver son taux de CSG ou son exonération de CSG, ou au contraire voir son taux de CSG augmenter (et donc le montant net de sa pension diminuer)

Exemples d’utilisation du tableau ci-dessus :

  • Exemple 1 : un retraité divorcé sans enfant à charge disposant d’une part fiscale s’est aperçu qu’il disposait d’un RFR 2022 de 12.500 euros dans avis d’impôt 2023. Il a droit au taux de CSG de 3,80% en 2023, son RFR étant supérieur à 12.230 euros et inférieur à 15.988 euros.
  • Exemple 2 : un couple de retraités mariés disposant de deux parts fiscales a lu qu’il disposait d’un RFR 2022 de 30.000 euros dans son avis d’impôt 2023. Ces retraités ont droit au taux de CSG de 6,60% en 2023, leur RFR étant supérieur à 24.526 euros et inférieur à 38.059 euros.

Barème de la CSG 2023 sur les pensions de retraite

Le barème 2023 était est fixé comme suit :

RFR 2021 pris en compte pour le taux de CSG 2023
Source : circulaire Cnav 2022/36 du 19/12/2022, lettre ministérielle D-22-024221 du 12/12/2022
Taux nulTaux réduitTaux intermédiaireTaux plein
0%3,80%6,60%8,30%
RFR à ne pas dépasserMontant du RFR de :Montant du RFR de :RFR supérieur à :
1 part fiscale11.614 €11.615 à 15.183 €15.184 € à 23.564 €23.563 €
1,5 part fiscale14.715 €14.716 à 19.137 €19.138 € à 29.844 €29.844 €
2 parts fiscales17.816 €17.817 à 23.291 €23.291 € à 36.144 €36.144 €
2,5 parts fiscales20.917 €20.918 à 27.345 €27.346 € à 42.434 €42.434 €
3 parts fiscales24.018 €24.019 à 31.399 €31.399 € à 48.724 €48.724 €
Chaque demi-part fiscale supplémentaire+ 3.101 €+ 3.101 € (seuil bas)
+ 4.054 € (seuil haut)
+ 4.054 € (seuil bas)
+ 6.290 € (seuil haut)
+ 6.290 €
Chaque quart de part fiscale supplémentaire+ 1.551 €+ 1.551 € (seuil bas)
+2.027 € (seuil haut)
+2.072 € (seuil bas)
+ 3.145 € (seuil haut)
+3.145 €

Simulation du taux de CSG 2024 sur les retraites

L’Assurance retraite permet aux retraités de simuler leur taux de CSG pour l’année 2024, grâce à un simulateur mis à disposition sur son site internet.

Pour utiliser l’outil de simulation, il faut renseigner :

  • le lieu de résidence (France métropolitaine Corse incluse, Martinique-Guadeloupe-Réunion, Guyane)
  • le nombre de parts fiscales en 2021 et 2022
  • le montant du revenu fiscal de référence 2021 (dans l’avis d’impôt 2022 sur les revenus 2021)
  • le montant du revenu fiscal de référence 2022 (à retrouver dans l’avis d’impôt 2023 sur les revenus 2022)

Le calcul est instantané. Le résultat est donné à titre indicatif.

Assiette de la CSG : quelle base de calcul ?

Assiette de la CSG : taux appliqué à la retraite brute

La base de calcul de la CSG (on parle aussi d’assiette de calcul) correspond au montant brut des pensions, sauf pour les bénéficiaires de la majoration pour tierce personne (MTP). Ainsi, la quote-part de pension d’une personne retraitée correspondant à cette majoration n’est pas imposable à la CSG.

La CSG concerne les pensions perçues au titre des régimes de retraite obligatoires :

  • la retraite de base (versée par la Cnav ou la Carsat pour les anciens salariés du privé)
  • la retraite complémentaire (versée par l’Agirc-Arrco pour les anciens salariés cadres et non-cadres du privé)
  • les bonifications et majorations de retraite (dont majoration de 10% pour famille nombreuse)
  • les sommes perçues au titre des droits dérivés (pension de réversion, pensions de veuve ou veuf).

Les retraites ne bénéficient d’aucun abattement : 100% du montant brut des pensions est soumis à la CSG.

Exemple de calcul de la retraite à taux plein, du brut ou net

Comment calculer le montant de la CSG sur ma retraite ? Voir l’exemple de calcul ci-dessous, pour une personne seule percevant une pension de retraite de 2.500 euros, dont 2.000 euros au titre du régime de base de la Sécurité sociale et 500 euros versés par un organisme de retraite complémentaire (caisse de retraite type Malakoff-Médéric) au titre de l’Agirc-Arrco. La CSG prélevée mensuellement se monte à :
8,3% de CSG sur 2.000 euros, soit 166 euros
8,3% de CSG sur 500 euros soit 41,5 euros
Soit un total de CSG de 207,5 euros.

Une partie de cette CSG est imposable à l’impôt sur le revenu, c’est la CSG non-déductible du revenu imposable.
Attention, d’autres prélèvements sociaux s’appliquent dans ce cas de figure, la CRDS (taux de 0,5%) et la Casa (taux de 0,3%), soit :
0,5% de CRDS sur 2.500 euros soit 12,5 euros
0,3% de Casa sur 2500 euros soit 7,5 euros
1% de cotisation maladie sur 500 euros, soit 5 euros

Le total des prélèvements sociaux sur sa pension se monte à 232,5 euros, soit une retraite nette, avant prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, de 2.267,5 euros.
A lire également > Prélèvement à la source pour les retraités : quel impôt à la source sur la retraite 2024 ?

Qui doit payer la CSG sur les retraites ?

En principe, tout retraité doit payer la CSG, si son domicile fiscal est en France et s’il est affilié à un régime obligatoire d’assurance maladie français.

Cependant, tous les retraités ne sont pas imposables à la CSG : sous un certain seuil de revenus, les retraités bénéficient d’une exonération totale (ils ne paient ni la CSG, ni les autres prélèvements sociaux sur les retraites tels que la CRDS ou la Casa). En d’autres termes, à partir d’un certain seuil prenant en compte l’ensemble des ressources du foyer (le revenu fiscal de référence), la CSG est prélevée. Ce seuil varie selon la composition du foyer fiscal et la localisation.

La loi (Article L136-1-2 du CSS) prévoit également une exonération de CSG pour les bénéficiaires de l’Aspa (allocation de solidarité aux personnes âgées, ex-minimum vieillesse).

CSG sur la retraite : à partir de combien est-on imposable ?

Le seuil d’assujettissement à la CSG varie selon les revenus dont on dispose et selon l’endroit où l’on vit. Le critère pris en compte est le revenu fiscal de référence de l’avant-dernière année (revenus 2022 pour le taux de CSG 2024) et celui de l’année précédant l’avant-dernière année (examen des revenus 2021) si le seuil a été franchi au titre des revenus 2022. Autrement dit, pour être exonéré de CSG en 2024, il ne faut pas dépasser les seuils pendant deux années consécutives.

Jusqu’à une certaine limite, on est non imposable à la CSG.

Pour les pensions touchées en 2024 pour une personne qui vit en France métropolitaine, les limites à ne pas dépasser pour être exonéré de CSG sont les suivantes (RFR 2022 de l’avis d’imposition 2023) :

  • 1 part fiscale : 12.230 euros pour une personne seule
  • 2 parts fiscales : 18.760 euros pour un couple marié ou Pacsé

Ces limites font l’objet d’une actualisation chaque année.

Exonération de CSG sur les retraites modestes : pour qui ?

Certains retraités modestes sont exonérés de CSG : il ne sont pas imposables à cet impôt, en vertu de l’article L136-1-2 du CSS.

Un retraité n’est pas soumis à la CSG :

  • sous condition de ressources : il y a un seuil de revenu fiscal de référence à ne pas dépasser
  • ou automatiquement s’il perçoit une allocation non imposable telle que l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa, ex-minimum vieillesse), l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) ou toute autre prestation dite « non contributive » (perçue au titre de la solidarité nationale et financée par l’impôt).

Une personne percevant l’ASI est exonérée de l’ensemble des prélèvements sociaux (dont la CSG) sur l’ensemble de pensions de vieillesse qu’elle touche.

Pour les personnes déjà à la retraite, l’exonération de CSG sous conditions de ressources est examinée et accordée de façon automatique par la Caisse de retraite en charge des versements, à partir des informations communiquées par l’administration fiscale.

CSG 2024 pour un couple à la retraite

CSG pour un couple de retraités, quel fonctionnement ?

Quelle CSG en 2024 pour un couple à la retraite ? Première chose importante à savoir, pour un couple marié ou uni par un Pacs, le taux de CSG est commun : chaque membre du couple est soumis au même taux de CSG même en cas de différence importante de revenus (y compris si seul, l’un des conjoints aurait pu prétendre au taux réduit ou à l’exonération de CSG).

Seuil d’exonération de CSG sur la retraite d’un couple en 2024

Par ailleurs, un couple est non imposable à la CSG si ses revenus sont inférieurs à certains seuils. Les revenus pris en compte sont ceux de l’avant-dernière année, soit :

  • revenus 2022 pour la pension versée en 2024,
  • revenus 2021 pour la pension versée en 2023,
  • revenus 2020 pour la pension versée en 2022,

Ainsi, pour un couple sans enfant et sans demi-part fiscale supplémentaire pour invalidité ou ancien combattant, soit 2 parts fiscales, le revenu fiscal de référence à ne pas dépasser pour bénéficier de l’exonération totale de CSG est pour les pensions de retraite touchées en 2023 :

  • de 18.760 euros en France métropolitaine
  • de 21.326 euros en Martinique, Guadeloupe et à la Réunion
  • de 22.150 euros en Guyane française

Ces seuils d’exonération correspondent aux limites en vigueur pour les pensions versées en 2024, basées sur le revenu fiscal de référence 2022 (visible dans l’avis d’imposition 2023).

Seuil du taux réduit de CSG pour un couple à la retraite en 2024

Depuis 2019, certains retraités bénéficient d’un taux réduit de CSG. Les taux 2022 ont été reconduits en 2023 (pas d’augmentation).

Pour bénéficier du taux réduit de CSG (soit 3,80%) ou du taux intermédiaire de CSG (soit 6,60%) en 2023, les limites de revenu fiscal de référence à respecter pour un couple sont les suivantes (montants pour la France métropolitaine) :

  • taux de CSG à 3,80% : de 18.8760 à 24.526 euros de RFR
  • taux de CSG à 6,60% : de 24.526 à 38.059 euros de RFR

À noter : depuis 2019, la loi prévoit que le passage du taux réduit de CSG de 3,8% au taux de 6,6% ne s’applique qu’en cas de dépassement du seuil pendant deux années de suite. Ainsi, le bénéfice du taux réduit de 3,8% est conservé si la limite de revenu fiscal de référence n’est franchie que pendant un an.

CSG, CRDS sur les retraites, quels taux, quelles différences ?

CRDS, une contribution complémentaire à la CSG

Cinq ans après la CSG, la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) a été créée en 1996 pour rembourser la dette de la Sécurité sociale. Son taux, fixé à 0,5% à l’origine, n’a jamais été modifié depuis sa création.

Une personne exonérée de CSG bénéficie également d’une exonération totale de CRDS.

À la différence de la CSG (entièrement ou partiellement déductible selon les cas), la CRDS est entièrement non déductible du revenu imposable quel que soit le niveau de revenus du retraité.

Taux de CSG-CRDS 2024

Le taux global de CSG-CRDS est le suivant :

  • taux nul : 0%
  • taux réduit : 4,3% dont 0,5% de CRDS
  • nouveau taux intermédiaire (depuis 2019) : 7,1% dont 0,5% de CRDS, 7,4% en incluant la Casa
  • taux plein : 8,8% dont 0,5% de CRDS, 9,1% en incluant la Casa

À partir de quel montant de retraite est-on imposable à la CSG-CRDS

Pour les retraités, le seuil d’exonération de CRDS est le même que celui applicable en matière de CSG (limite à ne pas dépasser pour la France métropolitaine) :

  • 1 part fiscale :
    12.230 euros en 2023
    11.614 euros en 2023
    11.431 euros en 2022
    11.408 euros en 2021
    11.306 euros en 2020
    11.128 euros en 2019
  • 1,5 part fiscale :
    15.495 euros en 2023
    14.715 euros en 2023
    14.483 euros en 2022
    14.454 euros en 2021
    14.325 euros en 2020
    14.099 euros en 2019
  • 2 parts fiscales :
    18.760 euros en 2023
    17.816 euros en 2023
    17.535 euros en 2022
    17.500 euros en 2021
    17.344 euros en 2020
    17.070 euros en 2019

CSG non déductible ou déductible : la CSG sur les retraites est-elle imposable ?

Selon le taux de CSG auquel on est soumis, une partie de celle-ci peut être imposable à l’impôt sur le revenu (c’est la CSG non déductible du revenu imposable) et l’autre ne pas être imposable (la CSG déductible).

CSG déductible, CSG non imposable à l’impôt sur le revenu

La CSG au taux réduit de 3,8% sur les retraites est entièrement déductible du revenu imposable, elle est donc non imposable. Ainsi, pour le calcul de l’impôt sur le revenu, c’est le montant de la pension nette de CSG qui est pris en compte (la CSG non imposable est déduite du montant brut de la retraite).

En revanche, au taux de 6,6%, la CSG est partiellement déductible : une quote-part de CSG de 4,2% est déductible du revenu imposable. Pour une retraite brute de 1.000 euros, la pension nette est égale à 92,9 euros (hors cotisation maladie de 1% sur la pension Agirc-Arrco). Sur ce montant, 4,2 euros sont non imposables, soit une base imposable à l’impôt sur le revenu de 95,8 euros (2,4% de CSG et 0,5% de CRDS sont réintégrés dans la base imposable à l’impôt sur le revenu).

De même, au taux de CSG de 8,3%, une quote-part de CSG de 5,9% est déductible du revenu imposable.

Exemple : pour une retraite brute de 100 euros, 5,90 euros sont non imposables, soit une base imposable à l’impôt sur le revenu de 94,1 euros. Cette déduction fiscale est appliquée automatiquement, aucune correction n’est à effectuer dans la déclaration de revenus.

CSG non déductible, une part de CSG sur les retraites imposable à l’impôt sur le revenu

Pour les retraités soumis au taux plein de CSG (8,3%) ou au taux réduit de 6,6%, une quote-part de CSG est non déductible du revenu imposable à hauteur de 2,4% : cette fraction est imposable à l’impôt sur le revenu.

Cette part de CSG non-déductible est donc comprise dans les revenus soumis au barème de l’impôt, comme s’il s’agissait de revenus perçus par le retraité.

L’existence de la CSG non déductible explique pourquoi le montant de pensions indiqué dans les relevés fournis par les caisses de retraite (récapitulatif du montant annuel des pensions à déclarer) ne correspond pas au montant réellement encaissé sur le compte bancaire. La somme à déclarer à l’administration fiscale est donc supérieure au montant de la retraite nette que l’on perçoit sur son compte bancaire.

CSG pour les retraités, explications

CSG sur les retraites, un impôt qui finance la Sécurité sociale

La CSG (acronyme dont la signification est contribution sociale généralisée) est un impôt en vigueur depuis 1991, qui sert à financer la Sécurité sociale (ce compris la nouvelle branche autonomie récemment créée) et l’Unédic (assurance chômage) depuis 2019. Elle prélevée par l’organisme ou la caisse de retraite en charge du versement de la pension.

La CSG est un impôt proportionnel : contrairement à l’impôt sur le revenu dont le barème est progressif (un taux pour chaque tranche de revenus), la pension de retraite perçue par une personne à la retraite est soumise à un taux de prélèvement unique de CSG.

Le principe du prélèvement de la CSG sur les retraites est prévu à l’article L136-1 du Code de la Sécurité sociale (CSS) : le texte de loi rend imposable à la CSG l’ensemble des revenus de remplacement dont les pensions de retraite font partie.

Il existe plusieurs taux de CSG sur les retraites.

CSG : combien de recettes prélevées sur les retraites

En 2022, la CSG représentait 20,2% des recettes des régimes de base de sécurité sociale.

En 2022, la CSG sur les retraites a représenté un prélèvement total de plus de 22,5 milliards d’euros (contre 17,2 milliards en 2017), en hausse par rapport à celui de l’année précédente. Les sommes prélevées sur les pensions de retraite devraient évoluer comme suit (source Commission des comptes de la Sécurité sociale, septembre 2023) :

  • 24,734 milliard d’euros en 2024 (+4,7%)
  • 23,614 milliard d’euros en 2023 (+4,5%)
  • 22,597 milliard d’euros en 2022 (+5,5%)
  • 21,414 milliard d’euros en 2021 (+2,2%)
  • 20,944 milliard d’euros en 2020 (+0,6%)
  • 20,799 milliard d’euros en 2019 (-5,5%)
  • 22,051 milliard d’euros en 2018 (+28%)

CSG et autres prélèvements sociaux

La CSG n’est pas le seul prélèvement social qui pèse sur les pensions de retraite. La liste des prélèvements sociaux sur les retraites est la suivante :

  • contribution sociale généralisée (CSG)
  • contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)
  • contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa)
  • cotisation d’assurance maladie : sur les retraites complémentaires, et pour les retraites de base uniquement pour les retraités relevant du régime local Alsace-Moselle (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Moselle) ou résidant à l’étranger, à Mayotte ou dans une collectivité d’Outre-mer

Historique des taux de CSG sur les retraites

CSG : historique du taux pour les retraités depuis 1991

Depuis la création de la CSG en 1991 par Michel Rocard, les retraités sont soumis à cet impôt. Fixé à 1,1% lors de son instauration au 1er février 1991, le taux a subi plusieurs augmentations par la suite jusqu’à atteindre le taux de 8,3%.

Le taux plein de CSG a évolué comme suit :

  • 1,1% du 1er février 1991 au 30 juin 1993
  • 2,4% du 1er juillet 1993 au 31 décembre 1996
  • 3,4% du 1er janvier au 31 décembre 1997 (apparition du taux réduit : 1%)
  • 6,6% du 1er janvier 1998 au 31 décembre 2017 (taux réduit : 3,8%)
  • 8,3% depuis le 1er janvier 2018 (taux réduit : 3,8%, taux médian, 6,6%)

Le taux de CSG sur les retraites est différent de celui sur les salaires depuis 1998. > Historique du taux de CSG sur les salaires depuis 1991

Historique des taux de CSG-CRDS sur les pensions de retraite

La CRDS a vu le jour en 1996. Elle concerne tous les retraités non exonérés de CSG. S’y ajoute la taxe Casa depuis le 1er avril 2013 au taux de 0,3%.

Le cumul CSG-CRDS au taux plein de CSG a évolué comme suit :

  • 1,1% du 1er février 1991 au 30 juin 1993
  • 2,4% du 1er juillet 1993 au 31 décembre 1996
  • 2,9% du 1er janvier au 31 décembre 1996
  • 3,9% du 1er janvier au 31 décembre 1997
  • 7,1% du 1er janvier 1998 au 31 décembre 2017, 7,4% Casa incluse depuis le 1er avril 2013
  • 8,8% depuis le 1er janvier 2018, 9,1% Casa incluse

Taux moyen de CSG des retraités ces dernières années

Le taux de CSG moyen des retraités de droit direct (pension issue des droits personnels, hors pension de réversion) résidant en France s’est établit à (source Drees) :

  • 5,3% en 2021
  • 5,3% en 2020
  • 5,4% en 2019
  • 5,9% en 2018

Nos offres sélectionnées pour vous :

ARTICLES CONNEXES
Menu