Impôt sur le revenu 2017 : comment obtenir une déduction fiscale ?

Partagez

Lors de la déclaration des revenus, il est possible d'obtenir une baisse d'impôt avec la déduction de certaines dépenses. Définition, fonctionnement et calcul de la déduction fiscale.

Chaque année, des millions de Français déduisent certaines dépenses de leurs revenus à déclarer

 

  1. Définition de la déduction des revenus
  2. Fonctionnement du mécanisme
  3. Les principales déductions

 

Définition d'une déduction fiscale

La déduction d'impôt, comme une exonération, une réduction ou un crédit d'impôt, est un avantage fiscal octroyé à un contribuable. Son principal effet est de diminuer le montant des revenus imposables. Le fonctionnement de la déduction d'impôt est donc comparable à celui d'un abattement d'impôt.
Quasiment identique à la notion d'abattement, la déduction est accordée en contrepartie d'une dépense. Elle correspond la plupart du temps à des frais réellement engagés (versement d'une pension alimentaire, sur un produit d'épargne retraite, frais d'accueil d'une personne âgée...) ou à une estimation des dépenses établie par l'administration (déduction forfaitaire des frais professionnels).

Fonctionnement d'une déduction fiscale

Les déductions fiscales sont des sommes déductibles des revenus qui servent de base au calcul de l'impôt. L'opération est ainsi effectuée avant application du barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Exemple : pour une déduction d'impôt de 1.000 euros, si les revenus imposables d'un célibataire atteignent 30.000 euros avant avantage fiscal, leur montant retombe à 29.000 euros (30.000 – 1.000). Le revenu imposable ainsi que l'impôt sur le revenu seront diminués en conséquence.
Sans déduction, le revenu net imposable (RNI) atteindrait 27.000 euros pour un impôt sur le revenu 2016 de 2.455 euros. Après déduction, le RNI se limite à 26.000 euros et l'impôt à 2.282 euros. L'avantage fiscal (173 euros ici) est donc bien inférieur à celui obtenu grâce à une réduction ou un crédit d'impôt du même montant, puisque ces derniers se solderaient par une baisse d'impôt nette de 1.000 euros.


Les principales déductions fiscales

L'option pour les frais réels

Tout contribuable bénéficie par défaut lors de sa déclaration de revenus d'un abattement ou d'une déduction forfaitaire de 10% pour frais professionnels. Mais s'il estime les dépenses liées à l'exercice de son activité supérieures à celles résultant de l'abattement de droit commun, il peut opter pour la déduction des frais professionnels, qui prend en compte les frais de transport, de nourriture et d'autres dépenses.

Les pensions alimentaires

Parmi les principales charges déductibles des revenus déclarés chaque année, on retrouve les pensions alimentaires. Ces sommes, versées aussi bien aux enfants majeurs qu'aux mineurs, parents ou grands-parents, ouvrent droit à un avantage fiscal.
La déduction fiscale atteint ainsi 3.407 euros en 2016 pour l'accueil d'un ascendant sans ressources, et ce sans justificatif. Pour un enfant célibataire majeur, le plafond de déduction monte à 5.732 euros, le bénéficiaire devant pour sa part déclarer cette aide.

Pour en savoir plus : Impôt et pension alimentaire, les plafonds pour la déclaration 2016


De même, les pensions alimentaires au bénéfice de l'ex-conjoint sont déductibles des revenus.

Lire : Comment déduire la pension alimentaire versée à vos proches


L'épargne retraite

Autres sommes déductibles, les cotisations d'épargne retraite. Les montants placés sur un produit dédié, comme un plan d'épargne retraite populaire (Perp), Préfon, Corem, les régimes de retraite supplémentaire ainsi que les contrats Madelin et les plans épargne pour la retraite collectif (Perco) peuvent être déduits des revenus imposables dans certaines limites.

Pour connaître les plafonds d'épargne retraite, lire notre article


Frais d'accueil d'une personne âgée

Même en l'absence d'obligation alimentaire à l'égard d'un proche, une déduction d'impôt est accordée pour toute dépense ou avantage en nature octroyé à une personne de 75 ans ou plus au 1er janvier de l'année d'imposition. Outre cette condition d'âge, il faut que cette personne soit logée sous le même toit que le foyer fiscal, qu'elle respecte les seuils de revenus définis pour toucher l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou l'allocation supplémentaire d'invalidité (Asi). Les dépenses occasionnées sont déductibles pour leur montant réel à hauteur de 3.407 euros en 2016. Ils ne sont pas imposables chez la personne bénéficiaire.

La CSG déductible

La contribution sociale généralisée (CSG), qui fait partie des prélèvements sociaux, est également déductible des revenus. Tout du moins une partie puisque 5,1% de la CSG est déductible des revenus d'activité, sur 7,5%. Pour le contribuable, la CSG est déjà déduite des revenus.

Lire notre article : CSG non déductible ou déductible, explications


Autres dépenses déductibles

Parmi les charges déductibles des revenus, il est encore possible de citer celles relatives à la rénovation de Monuments historiques (sans plafond) ainsi que les dépenses de grosses réparations effectuées par des nus-propriétaires (dans une limite annuelle de 25.000 euros). L'investissement dans une location meublée, avec le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) ou de loueur en meublé professionnel (LMP) permet également de déduire de ses revenus locatifs tout ou partie de ses charges. Même possibilité pour les bailleurs qui louent leur bien vide grâce au mécanisme du déficit foncier.

Pour en savoir plus : Location meublée : LMNP, LMP, Censi-Bouvard, ce qu'il faut savoir

 

Calendrier fiscal 2017

calendrier fiscal avril 2017

Réseaux Sociaux