Comment réduire ses impôts sans investir en 2017

Partagez

Payer moins d'impôts sans investir un seul euro en 2017, c'est possible ! Il existe plusieurs astuces pour réduire ses impôts 2018 en n'utilisant aucun dispositif de défiscalisation, ni aucune déduction fiscale de l'épargne retraite. Explications.

reduire ses impots sur le revenu sans investir

 

Comment diminuer sa fiscalité en 2018 sans dépenser d'argent ? Les astuces à connaître pour réduire ses impôts sans recourir aux investissements que nécessitent la plupart des mécanismes de défiscalisation en vigueur en 2017.

- Faire des enfants pour réduire ses impôts
- En concubinage, bien répartir ses enfants sur les déclarations
- Frais de garde d'enfant : déclarer pour bénéficier d'un crédit d'impôt
- Une déduction fiscale sans justificatif quand il y a un Tanguy à la maison
- Frais réels, une option pour réduire ses impôts grâce à la déduction des frais professionnels
- Payer moins d'impôts sur les intérêts des livrets bancaires

Faire des enfants pour réduire ses impôts grâce aux demi-parts fiscales

Ce n'est pas le but premier mais avoir un ou plusieurs enfants permet de diminuer le montant de son impôt sur le revenu (IR). Comment ? Il suffit juste de penser à cocher, au titre de l'année de naissance (dans la déclaration 2018 sur les revenus 2017), la ou les cases correspondant au nombre d'enfants à charge dans le foyer fiscal : il s'agit des cases F et/ou G du cadre Etat-civil du formulaire de déclaration 2042. Les années suivantes, les cases sont en principe préremplies automatiquement.

Pourquoi les enfants permettent de réduire le montant de ses impôts ? Parce que chaque enfant donne droit à une demi-part fiscale supplémentaire pour le calcul de l'impôt pour les deux premiers enfants, et à une part fiscale complète par enfant supplémentaire à partir du troisième. Or pour un même revenu, plus le nombre de parts fiscales est élevé, plus l'impôt sur le revenu est réduit. Ce principe est également valable pour d'autres impôts comme la taxe d'habitation.

Simulations pour un couple marié ou Pacsé avec 2 enfants gagnant 50.000 euros (25.000 euros de salaire annuel chacun), sur la base des règles et du barème fiscal en vigueur en 2017 :
- Sans enfant (2 parts fiscales) : 3.581 euros d'impôt sur le revenu
- Avec 1 enfant à charge (2,5 parts fiscales) : 2.902 euros d'impôt sur le revenu
- Avec 2 enfants à charge (3 parts fiscales) : 1.633 euros d'impôt sur le revenu
- Avec 3 enfants à charge (4 parts fiscales) : 0 euro d'impôt sur le revenu

A noter : l'année de naissance, l'attribution de la demi-part ou de la part fiscale complète s'applique pour l'ensemble de l'année, quelle que soit sa date de naissance, même si bébé arrive le 31 décembre.

Après l'école primaire, chaque enfant rattaché au foyer fiscal permet en plus de bénéficier de la réduction d'impôt pour frais de scolarité. Son montant est de :
- 61 euros par enfant au collège
- 153 euros au lycée
- 183 euros dans l'enseignement supérieur.

Ces avantages fiscaux s'inscrivent dans le cadre de la politique familiale en France, qui vise à soutenir la natalité et compenser le surcoût lié à la présence d'enfants dans le foyer : plus la taille de la famille est importante, plus son niveau de vie diminue.

Pour les couples, le niveau de vie médian avant impôt et prestations familiales d'une famille est le suivant (base 100 = couple sans enfant, source PQE famille, PLFSS 2013) :
- Couple avec 1 enfant : 84,3
- Couple avec 2 enfants : 76
- Couple avec 3 enfants : 51,3

En concubinage, bien répartir ses enfants sur les déclarations

Impossible de se déclarer en concubinage pour un couple non marié comme on le fait à deux quand on est marié ou Pacsé : sur le plan fiscal, chaque concubin est considéré comme un célibataire même si le couple vit sous le même toit et qu'un ou plusieurs enfants sont nés de cette union libre. Le fisc considère qu'il y a deux foyers fiscaux, donc deux déclarations de revenus distinctes à établir. > A lire : Déclarer à deux sans être marié ni pacsé, mode d’emploi

Il est tout de même possible de tirer avantage de la situation en procédant à une judicieuse répartition des enfants à charge entre les parents. L'idée consiste à déterminer à quelle déclaration de revenus rattacher le ou les enfants pour payer moins d'impôt.

Généralement, en cas d'écart de revenus important entre chacun des parents, le couple aura intérêt à déclarer les enfants sur la déclaration où les revenus sont les plus élevés, comme le démontre l'exemple ci-dessous (calcul réalisé à partir de la législation fiscale en vigueur en 2017) :
Monsieur perçoit 50.000 euros de salaire annuel, madame 25.000 euros
Le couple a deux enfants
- Rattachement fiscal de 2 enfants par Monsieur, 0 par madame : 6.617 euros d'IR (4.826 euros + 1.791 euros)
- Rattachement fiscal d'1 enfant par Monsieur, 1 par madame : 7.285 euros d'IR (6.338 euros + 647 euros)
- Rattachement fiscal d'aucun enfants par Monsieur, 2 par madame : 7.850 euros d'IR (7.850 euros + 0 euros)

Dans le meilleur des cas, l'économie d'impôt se monte ici à 668 euros par rapport à la situation intermédiaire et à 1.233 euros par rapport à la pire option. On notera qu'il y a encore mieux à faire dans ce cas : se marier ! L'IR calculé pour ce couple dans le cadre d'une déclaration commune se monterait à 5.925 euros.

Frais de garde d'enfant : déclarer pour bénéficier d'un crédit d'impôt

Lorsqu'on emploie une nounou à domicile pour garder ses enfants, la tentation est grande de la payer « au black » pour payer moins cher en évitant les cotisations sociales, la CSG (contribution sociale généralisée) et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale).

Mais recourir travail au noir fait prendre des risques à l'employeur : c'est non seulement illégal (on parle de travail dissimulé), précaire pour la nounou qui ne bénéficie pas de droits sociaux, mais de surcroît, on perd le bénéfice du crédit d'impôt qui s'élève à 50% des sommes dépensées au titre des frais de garde dans l'année. > Explications en détails Impôts : comment déclarer les frais de garde d’enfants

L'avantage fiscal dépend du nombre d'enfants à charge, il se monte à 7.500 euros maximum par an.

Déduction fiscale sans justificatif en cas d'enfant majeur non rattaché au domicile

Un « Tanguy » encore à la maison même s'il n'est compté plus à charge dans la déclaration de revenus de la famille ? Un enfant majeur vivant au domicile familial, qui a pris son indépendance fiscale à défaut d'être indépendant financièrement, peut faire bénéficier d'un avantage fiscal à ses parents en compensation de cette charge.

A condition que cet enfant nourri, logé, blanchi, vive toute l'année civile sous le même toit que papa et maman et qu'il ne dispose pas de ressources suffisantes pour s'assumer, l'administration fiscale admet que ses parents puissent déduire de leur revenu imposable une somme de 3.411 euros (plafond annuel déductible pour l'imposition des revenus 2016, qui sera revalorisé de quelques euros pour l'imposition des revenus 2017). Avantage de ce dispositif : les parents n'aucun justificatif ni justification à fournir.

Attention cependant, le bénéficiaire du soutien financier parental doit déclarer la somme déduite par ses parents, somme qui est imposable pour lui. Par ailleurs, si l'hébergement de l'enfant majeur n'a duré qu'une partie de l'année, la somme déductible ne peut être prise en compte que prorata temporis selon le principe « tout mois commencé est retenu ».

Ainsi, l'hébergement du 1er janvier au 15 juin (soit 4 mois et demi) est pris en compte pour 5 mois alors que l'hébergement du 15 août au 31 décembre (4 mois et demi également) n'est pris en compte que pour 4 mois.

Opter pour les frais réels, ou comment réduire ses impôts grâce à la déduction des frais professionnels

Un salarié qui a d'importants frais professionnels non pris en charge par son employeur peut choisir un mode de déclaration spécifique de ces dépenses pour réduire ses impôts par rapport au calcul appliqué par défaut par l'administration fiscale. Cette possibilité s'appelle l'option pour les frais réels, par opposition à la déduction forfaitaire de 10%, plus connus sous l'expression d'abattement pour frais professionnels.

Inconvénient de la manœuvre, les modalités déclaratives sont fastidieuses : il faut effectuer de nombreux calculs et être en mesure de justifier les sommes déductibles au titre des frais réels.

Payer moins d'impôts sur les intérêts des livrets bancaires

Les Français détiennent plus de 180 milliards d'euros sur des comptes sur Livret (CSL) bancaires soumis à l'impôt. Un paradoxe financier - ces placements sans risque rapportent en moyenne seulement 0,30% avant impôt - mais aussi fiscal : sauf cas particuliers, une large part des intérêts perçus va dans la poche de l'Etat au taux de 14, 30, 41 et 45% en fonction de la tranche d'imposition du foyer. Une charge fiscale qui monte même de 29,5 à 64,5% en incluant les prélèvements sociaux servant au financement de la protection sociale, soit entre près d'un à deux tiers du rendement rogné par les différents niveaux de taxation, sans compter la prochaine hausse de la CSG au 1er janvier 2018.

Il y a donc mieux à faire. Le minimum est de réorganiser l'allocation de ses placements sûrs en déplaçant les dépôts des livrets imposables vers ceux qui ne le sont pas comme le Livret A et le LDDS (LDD solidaire, anciennement LDD).

Pour un couple sans enfant, cela représente tout de même un montant de 69.900 euros maximum à placer sans impôt sur le revenu, plafond qui se décompose de la façon suivante :
- plafond du Livret A de monsieur : 22.950 euros
- plafond du LDD solidaire de monsieur : 12.000 euros
- plafond du Livret A de madame : 22.950 euros
- plafond du LDD solidaire de madame : 12.000 euros

Dans l'hypothèse la plus favorable et sur une base annuelle, un couple sans enfant qui déplacerait 69.900 euros de ses CSL imposables vers des livrets réglementés, passerait d'une situation :
- de 209,7 euros d'intérêts annuels calculés au taux de 0,3%, soumis à l'impôt sur le revenu
- à 524,25 euros d'intérêts annuels non imposables au taux de 0,75% (taux du Livret A).

 

ARTICLES LES PLUS LUS

1. Impôts locaux 2017 : liste, dates, classement par villes
2. Comment réduire ses impôts sans investir en 2017
3. Comment payer moins d'impôts quand on est célibataire

Calendrier fiscal 2017

calendrier fiscal 2017 dates novembre

Réseaux Sociaux