Déclaration de revenus 2018 : les cases et calculs que les impôts ne remplissent pas

Partagez

Le fisc facilite la vie des contribuables en pré-remplissant la déclaration de revenus mais elle n'est pas forcément complète. Cases à cocher, montants à signaler, revenus à déclarer... Le point sur ce qu'il faut indiquer et calculer soi-même.

Les cases et calculs de la déclaration que le contribuable doit remplir 

La déclaration de revenus 2017 est pré-remplie mais pas nécessairement terminée. Selon la situation d'un contribuable, de nombreuses informations doivent être ajoutées. Pour certains, il suffit de cocher une case. D'autres n'ont pas cette chance et doivent s'atteler à des calculs plus complexes.

Les cases à cocher et remplir

- Après une naissance

La nombre d'enfants mineurs à charge doit être précisé au fisc. En cas de naissance l'année passée, il faut corriger la case F du formulaire 2042. A la clé, une demi-part de quotient familial supplémentaire (une part entière après le troisième enfant).

Pour aller plus loin : Quels ajouts à la déclaration de revenus après une naissance ?


Quand on est parent isolé, il faut le signaler en cochant la case T de la déclaration 2042. En cas de garde alternée, le nombre d'enfants à charge doit être mentionné en case H.

- Mariage, Pacs, divorce, décès

D'autres événements de la vie doivent être partagés avec le fisc, du moment qu'ils modifient la situation du foyer fiscal. La case M permet de signaler un mariage conclu en 2017, tandis qu'il faut se référer à la case O après un Pacs. Un divorce ou une séparation doit être indiqué dans la cellule D. Si vous avez perdu votre conjoint, précisez-le en case V.

Dans tous les cas, vous devez indiquer la date de l'événement. Après un mariage ou un Pacs, le fisc demande également à connaître le numéro fiscal du conjoint.

- Enfants scolarisés

Une réduction d'impôt est accordée au titre des enfants scolarisés au collège (61 euros), au lycée (153 euros) ou dans l'enseignement supérieur (183 euros). Pour en bénéficier, il faut avoir sous la main le nouveau formulaire 2042 RICI dédié aux réductions et crédits d'impôt. Ensuite, il faut indiquer le nombre d'enfants au collège en case 7EA, au lycée en cellule 7EC et dans le supérieur en case 7EF respectivement.

En cas de résidence alternée, l'avantage fiscal est réduit de moitié. Reportez-vous aux cases 7EB, 7ED et 7EG.

- Enfants majeurs

Un enfant adulte peut demander à être rattaché au foyer fiscal de ses parents. Il faut alors cocher la case J du formulaire 2042. S'il est marié/pacsé ou chargé de famille, signalez-le en case N.

Pour aller plus loin : Rattachement fiscal des enfants majeurs, comment ça marche ?


Les montants à reporter

- Pension alimentaire

Les contribuables qui versent une pension alimentaire peuvent la déduire de leur revenu imposable. Son montant n'est jamais pré-renseigné par le fisc.

Il faut donc inscrire le total des versements dans la déclaration de revenus (formulaire 2042, cases 6GI à 6GU) : charge à vous d'identifier ce montant. Si un plafond de déduction entre en jeu (5.795 euros pour un enfant majeur par exemple), l'administration se charge de l'appliquer.

- Frais de garde d'enfants de moins de 6 ans à l'extérieur

Les sommes acquittées pour la garde d'un jeune enfant à l'extérieur du domicile donnent droit à un crédit d'impôt de 1.150 euros maximum (575 euros en résidence alternée).

Pour aller plus loin : Comment déclarer les frais de garde d'enfants


Le montant à préciser dans la déclaration (formulaire 2042 RICIcases 7GA à 7GG) correspond aux salaires nets d'une assistante maternelle, majorés des cotisations sociales, ou aux sommes inscrites sur les factures de l'établissement de garde (crèche, garderie, centre de loisirs...). Déduisez les aides perçues (complément de libre choix de mode de garde, aide de l'entreprise...).

- Dons

Il faut signaler les dons effectués en 2017 au profit d'organismes d'aide aux personnes en difficulté (case 7UD) ou à d'autres associations d'intérêt général (case 7UF) dans le formulaire 2042 RICI. Dans le premier cas, une réduction d'impôt de 75% est accordée, dans la limite de 531 euros donnés. Dans le second, elle atteint 66% des versements, plafonnés à 20% du revenu imposable.

Pour retrouver les bons montants, référez-vous aux reçus qui vous ont été remis.

- Services à la personne

L'emploi d'un salarié à domicile permet de bénéficier d'un crédit (pour les actifs, case 7DB du formulaire 2042 RICI) ou d'une réduction d'impôt (pour les retraités et inactifs, la case 7DF a disparu en 2018). L'avantage fiscal correspond quoi qu'il arrive à 50% des montants alloués dans la limite de 12.000 euros. Ce plafond est relevé dans certains cas particuliers.

Pour aller plus loin : Service à la personne, bien déclarer pour profiter de l'avantage fiscal


Les salaires nets versés au salarié (et les cotisations sociales payées) ou les sommes facturées par l'entreprise, l'association ou l'organisme qui organise la prestation doivent être déclarées. Il faut là aussi déduire les aides et allocations perçues.

A savoir : les retraités vont également bénéficier d'un crédit d'impôt (au lieu d'une réduction d'impôt) au titre des dépenses pour les services à la personne. Néanmoins, cette nouveauté s'applique désormais en 2018 pour les dépenses assumées depuis le 1er janvier 2017.


- Dépenses d'accueil des personnes dépendantes

Si un membre de votre foyer fiscal (ou vous-même) habite dans un établissement d'accueil de personnes âgées dépendantes (maison de retraite, logement-foyer, maison d'accueil...), une réduction d'impôt de 25% est accordée. L'avantage fiscal est limité à 10.000 euros de dépenses par personne hébergée.

Seuls les frais de nourriture et de logement sur la facture transmise par l'établissement sont pris en compte. Les frais de soins n'entrent pas dans le calcul de l'avantage fiscal. Après déduction des aides perçues, comme l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), veillez à remplir la case 7CD (case 7CE pour une deuxième personne hébergée) dans le formulaire 2042 RICI.

Les calculs à effectuer soi-même

- Frais réels déductibles

Les contribuables qui optent pour la déduction des frais réels, en lieu et place de l'abattement forfaitaire de 10% pour frais professionnels, ne peuvent pas compter sur l'aide du fisc. Les montants à soustraire des revenus imposables sont à préciser dans les cases 1AK à 1DK du formulaire 2042. Une liste détaillée des frais retenus doit être obligatoirement jointe à la déclaration.

Pour aller plus loin : Comment déclarer les frais réels déductibles


- Revenus fonciers

Les loyers perçus par les propriétaires bailleurs ne sont pas connus de l'administration fiscale. En-dessous de 15.000 euros de revenus locatifs bruts, ils doivent simplement être inscrits en case 4BE. Dans le cas contraire, il est nécessaire de remplir un formulaire 2044 de déclaration des revenus fonciers puis d'en reporter les résultats dans les cases 4BA à 4BF de l'imprimé 2042.

Pour aller plus loin : La déclaration des revenus fonciers, mode d'emploi


- Plus-values de cession de titres et valeurs mobilières

Le fisc ne pré-remplit pas les plus-values ou moins-values enregistrées en 2017 dans la déclaration 2018. Pour autant, vous n'êtes pas dispensé de les déclarer dans les cases 3VG à 3VH du formulaire 2042. D'autres documents (2042 C, 2074) doivent également être remplis le cas échéant.

Pour aller plus loin : La déclaration des plus-values de cession


- Intérêts de moins de 2.000 euros

Les revenus de placement sont déjà renseignés par l'administration. Il existe cependant deux exceptions : la case 2CA, pour la déduction des frais et charges, et la case 2FA. Cette dernière permet d'opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire de 24% lorsque le total des intérêts perçus ne dépasse pas 2.000 euros.

Pour aller plus loin : La déclaration des revenus de placements financiers


A savoir : Si vous avez des revenus exceptionnellement élevés à déclarer, pensez à la case ØXX du formulaire 2042 et au système du quotient pour payer moins d'impôt.

 

Calendrier fiscal 2019

calendrier fiscal 2019 dates

Réseaux Sociaux