Peut-on avoir une retraite sans avoir travaillé ?

Partagez

FAQ Retraite – Puis-je toucher une retraite en n'ayant jamais travaillé ? ToutSurMesFinances.com a étudié la question et vous répond.

Les femmes au foyer peuvent valider des trimestres de retraite

SOMMAIRE

Le principe

Les exceptions

- Le service militaire

- Le chômage

- Les femmes au foyer et les aidants familiaux

- Le minimum vieillesse

 

Le principe : pas d'activité professionnelle, pas de retraite

Pour percevoir une retraite, il faut théoriquement avoir exercé une activité professionnelle. En effet, tout travail (à condition qu'il soit déclaré) est obligatoirement assujetti en France à des charges sociales, dont des cotisations vieillesse. Ces dernières sont supportées en partie par l'employeur et en partie par le salarié (ou l'agent dans le secteur public) ou en totalité par les travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, chefs d'entreprise, professions libérales) qui sont leur propre patron.

Les cotisations vieillesse permettent de valider des trimestres dans les régimes de retraite de base et d'acquérir des points dans les régimes de retraite complémentaire. La pension de base est calculée en fonction du nombre de trimestres validés et la pension complémentaire selon le nombre de points cumulés. Il n'est donc pas possible de toucher, en théorie, une retraite sans avoir travaillé.

Les exceptions qui permettent d'avoir des droits à la retraite sans avoir d'activité professionnelle

Toutefois, il existe des cas de figure où l'on peut se créer des droits à la retraite sans exercer une activité professionnelle.

Le service militaire

Les régimes de base accordent en règle générale un trimestre de retraite pour 90 jours de service militaire (dans la limite de quatre trimestres dans l'année), y compris si la personne n'a pas cotisé ultérieurement à un régime de retraite. Sauf cas particuliers, les régimes complémentaires n'octroient pas de points de retraite au titre du service national.

Le chômage

Une inscription à Pôle emploi sans avoir jamais travaillé auparavant permet d'acquérir six trimestres de cotisation à la retraite, alors même que le demandeur d'emploi ne perçoit pas d'allocations chômage.

Les femmes au foyer et les aidants familiaux

Les personnes qui ne travaillent pas pour s'occuper de leur enfant (de moins de 20 ans) ou d'un proche en situation de handicap peuvent s'affilier à l'Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF). Cette affiliation volontaire est payante. L'assiette trimestrielle de cotisation correspond à 507 fois le Smic horaire (4.948,32 euros en 2017) sur laquelle est appliqué un taux de cotisation vieillesse de 17,75%. Soit une cotisation trimestrielle de 878 euros en 2017.

A compter de l'âge légal de départ à la retraite (62 ans), une pension de base, calculée à partir des trimestres validés et d'une année de Smic brut à 39 heures (19.793,28 euros en 2017), est versée. Il n'existe pas d'équivalent à l'AVPF à la retraite complémentaire.

L'affiliation à l'AVPF est prise en charge par la Caisse d'allocations familiales (Caf) pour les parents au foyer à condition qu'ils bénéficient de certaines prestations familiales (Paje, complément familial...), que l'enfant soit âgé de moins de trois ans ou qu'ils élèvent au moins deux enfants (trois s'ils vivent en couple) et que leurs revenus (ou ceux du couple) n'excèdent pas un certain montant. L'affiliation à l'AVPF est également gratuite pour les personnes qui assument la charge d'un enfant ou d'un parent vivant à domicile et présentant un taux d'incapacité permanente d'au moins 80%.

Le minimum vieillesse

A compter de 65 ans, les personnes n'ayant jamais travaillé peuvent percevoir l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) qui fait partie des minima sociaux et qui a remplacé le minimum vieillesse en 2006. L'Aspa est financée par le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), c'est-à-dire la solidarité nationale. Il s'agit donc d'une prestation qui n'est pas issue de cotisations.

L'ex-minimum vieillesse est toutefois versée sous conditions. Outre l'âge, il faut résider au moins six mois en France et ne pas dépasser un certain niveau de revenus annuels (9.638,42 euros pour une personne seule, 14.963,65 euros pour une personne vivant en couple). Depuis le 1er avril 2017, le montant de l'Aspa s'élève au maximum à 803,20 euros par mois pour un célibataire ou à 1.246,97 euros pour une personne qui vit en couple. En cas de dépassement du plafond, l'allocation est réduite d'autant.

A lire également :

Retraite du conjoint collaborateur : conditions, calcul et démarches

 
 

Réseaux Sociaux