13 questions que je me pose lors de ma déclaration de revenus


Devant sa déclaration de revenus, le contribuable est assailli de mille et une interrogations. Les réponses et conseils aux 13 questions les plus fréquentes.  

Devant sa déclaration de revenus, beaucoup de questions viennent à l'esprit du contribuable.

1.Jusqu’à quand puis-je déclarer ?

Cela peut paraître évident, mais avant de commencer à remplir sa déclaration de revenus, mieux vaut déjà s’assurer que l’on est encore dans les délais fixés par l’administration fiscale. Pour la déclaration papier, c’est fini pour cette année. En ligne, les autres contribuables, mis à part les résidents des départements 01 à 19, ont encore un peu de temps devant eux.

>> Déclaration de revenus : les dates limites par département pour 2016

2.Ai-je toutes les informations pour bien déclarer en ligne ?

Ouf, il est encore temps… Mais devant son ordinateur, prêt à s’atteler à la tâche, le contribuable réalise soudain qu’il lui manque quelques précieuses informations. En effet, pour se connecter à son espace personnel pour la première fois sur le site du fisc, impots.gouv.fr, il est nécessaire de rassembler trois identifiants : son numéro fiscal, celui de déclarant en ligne et son revenu fiscal de référence (RFR). La chasse aux papiers est alors ouverte, mais pas de panique. Le numéro fiscal (composé de 13 chiffres) se trouve sur les avis d’imposition reçus les années précédentes de même que le RFR. Quant au numéro de déclarant en ligne (7 chiffres), il est inscrit sur le formulaire papier. Si le fisc ne l’a pas envoyé cette année, il suffit d’appeler son centre des impôts.

Si ce n’est pas la première fois, dans ce cas, seuls deux identifiants sont requis : le numéro fiscal et le mot de passe généré à la première connexion. Si la mémoire vous fait défaut, là encore, le fisc a tout prévu et vous fait parvenir par email les informations oubliées.

>>Retrouver ses identifiants sur impots.gouv pour la déclaration de revenus 2016
>>Problèmes de connexion sur impots.gouv.fr, que faire ?

3.Frais professionnels : quelle option choisir et comment les calculer ?

Généralement, les contribuables savent qu’ils peuvent déduire des frais professionnels de leurs revenus à déclarer. Mais souvent, c’est le parcours du combattant pour savoir exactement comment s’y prendre. Première chose à savoir : le fisc applique automatiquement une déduction forfaitaire de 10%. Toutefois, si le redevable estime que ses frais professionnels dépassent ce montant, il peut opter pour la déduction des frais réels. Et là, pas le choix, il faut sortir sa calculette et ses justificatifs de dépenses car le fisc ne pourra calculer ces sommes à votre place.

>>Frais réels déductibles : comment déclarer
>>Déclaration de revenus : les cases et calculs que les impôts ne remplissent pas

Bon plan : En cas de télétravail, il est également possible déduire les dépenses afférentes aux locaux professionnels en frais réels si celles-ci dépassent 10% des revenus perçus.

4. Mariage, divorce, décès, déménagement : que faire ?

Tout changement est à signaler à l’administration fiscale. Un changement d’adresse est à indiquer à l’étape 2 dans la rubrique « Etat civil » en cochant une case et en mentionnant son nouveau domicile. Une éventuelle modification de sa situation familiale (mariage, Pacs, divorce, décès) est demandée au contribuable lorsqu’il débute sa déclaration en ligne dans l’onglet « étapes préalables ».

En effet, une évolution de sa situation familiale signifie par ailleurs une manière différente de remplir sa déclaration. Par exemple, l’année d’un divorce ou d’une rupture de Pacs, il faut remplir obligatoirement deux formulaires distincts. En ligne, c’est encore plus simple puisqu’une fois la bonne case cochée deux déclarations distinctes apparaissent à l’écran, pré-remplies des revenus de votre ex-conjoint et des vôtres.

>>Pour les divorces et ruptures de Pacs
>>Pour le décès d’un proche
>>Pour les mariages et Pacs

5. Je vis en avec mon compagnon mais nous ne sommes ni marié ni pacsé

Il faut alors remplir deux déclarations de revenus séparées. Il faut également savoir qu’il existe quelques astuces pour que chacun déclare au mieux et ainsi payer le moins d’impôt possible.

>>Déclarer à deux sans être marié ni pacsé, mode d’emploi

6. Ce que je peux déduire de mes impôts

Quel contribuable ne se pose pas cette question ? Parmi les réductions et crédits d’impôts les plus fréquents, on trouve les frais de garde d’enfants, les services à la personne (aide-ménagère, jardinier…), les dons à des associations, la réalisation de certains travaux d’économie d’énergie, les pensions versées à un proche ou encore les investissements immobiliers.

>> Comment déclarer les dons aux associations et partis politiques
>> Comment déclarer les frais de garde d’enfants
>> Service à la personne : bien déclarer pour profiter de l’avantage fiscal
>> Comment déclarer le crédit d’impôt à la rénovation

Pas de justificatif ? Ce n’est pas grave, vous n’en avez pas besoin dans l’immédiat. Mais le fisc peut les réclamer à tout moment, donc mieux vaut mettre la main dessus et les conserver pendant au moins 3 ans.

7. Mon enfant majeur, je le rattache ou non ? Et si oui, quels revenus déclarer ?

Tout dépend des revenus perçus et de sa situation familiale. Mais il existe une règle générale : les tranches supérieures du barème de l’impôt (30%, 41% et 45%) avec un ou deux enfants ont généralement plus intérêt à déduire une pension alimentaire et donc à ne pas rattacher leur enfant majeur tandis que pour les ménages se situant dans le bas de barème, il est souvent préférable de rattacher son enfant et de profiter d’une demi-part, voire d’une part (à compter du 3ème enfant) de quotient familial supplémentaire.

>> Enfant majeur : rattachement fiscal ou déclaration séparée ?

Attention, si vous décidez de rattacher votre enfant majeur, il est impératif de reporter sur votre déclaration les éventuels revenus qu’il a perçus au cours de l’année : stages, jobs d’été, apprentissage… Bonne nouvelle cependant, seules les sommes au-delà de certains plafonds sont à déclarer.

>>Faut-il déclarer ses revenus en contrat d’alternance ?
>>Déclaration 2016 : étudiants, stages, quels impôts à payer ?

8. Je donne un peu d’argent à mon enfant tous les mois, comment le reporter sur ma déclaration ?

Tout parent qui aide financièrement son enfant majeur, par exemple pour payer son loyer, peut déduire de ses revenus le montant de la pension versée dans la limite de 5.732 euros. Sur sa déclaration en ligne, il faut cocher la case « Charges déductibles » à l’étape 3 puis indiquer les sommes données en case 6EL et 6EM.

Si l’enfant est encore mineur, le plafond de déduction est similaire, toutefois il faudra reporter les montants alloués en cases 6GP dans le cadre d’une décision de justice et 6GU pour toute autre situation.

>>Déclaration : impôt et pension alimentaire, comment ça marche

9. J’ai un cas particulier, comment puis-je le mentionner au fisc ?

Plusieurs situations particulières exigent un petit complément d’information à l’adresse de l’administration fiscale afin de justifier telle ou telle donnée. Par exemple, l’abattement des journalistes ou encore le partage des avantages fiscaux après un divorce ou une rupture de Pacs. Rendez-vous à l’étape 3 de la déclaration sur Internet lorsque l’encart « Renseignements complémentaires » s’affiche. Autre possibilité : contacter directement le fisc via la nouvelle messagerie sécurisée, accessible depuis son espace personnel.

>>Une messagerie sécurisée sur impots.gouv pour dialoguer avec le fisc

10. J’ai acheté ma résidence principale avec un crédit, puis-je déduire les intérêts d’emprunt ?

Cette possibilité a été supprimée en 2011. Seuls les intérêts des prêts contractés avant cette date peuvent encore faire l’objet d’une déduction. Toutefois, dans d’autres cas, les intérêts d’emprunt sont encore déductibles de l’impôt.

>>Comment le crédit immobilier permet de réduire ses impôts

11. J’ai touché une prime, ça va me faire sauter une tranche, qu’est-ce que je peux faire ?

Beaucoup utilisée, l’expression « sauter une tranche » est en réalité vide de sens. Le barème de l’impôt sur le revenu étant progressif, seules les sommes dépassant la limite fixée pour une tranche sont imposables dans celle au-dessus. Les revenus ne sont donc pas imposés à un taux unique.

Ensuite, il est possible d’étaler une prime exceptionnelle sur quatre ans au maximum. Il faudra le notifier à l’étape 3, à la rubrique « Vos revenus ».

>>Barème de l’impôt : sauter une tranche, ce n’est pas grave

12. Mince, j’ai fait une erreur, oublié de signer…

Pas de panique, jusqu’à la date limite fixée dans votre département, il est possible de modifier sa déclaration de revenus autant de fois que souhaité. Mais attention, seule la dernière version, signée électroniquement, est prise en compte par le fisc. Pour rappel, une déclaration non signée n’est pas valable. D’une manière générale, mieux vaut donc prendre le temps de vérifier que rien n’a été oublié. Vous pouvez pour ce faire avoir recours à une checklist des informations à absolument mentionner sur votre déclaration.

La date est passée ? Là encore, rien n’est perdu. Un service de télécorrection ouvre début août jusqu’à fin novembre.

>>Corriger sa déclaration de revenus après l’avoir envoyée
>>Impôts 2016 : 10 points clés pour une déclaration de revenus sans erreur

13. Combien d’impôt vais-je payer ?

L’éternelle question une fois sa déclaration terminée. En remplissant son formulaire sur Internet, le contribuable instantanément accès à une estimation de son impôt.

>>L’avis d’imposition disponible dès avril 2016 sur impots.gouv